1 400 morceaux de carapaces de tortues marines menacées d’extinction ont été saisis dans une cargaison faisant l’objet d’un trafic illégal

Par Louise Bevan
25 août 2020
Mis à jour: 25 août 2020

Le 12 août, une saisie de plus de 1 400 pièces de carapaces de tortues de mer menacées a été exposée au grand jour sur le sol d’un entrepôt de Miami, démasquant une entreprise particulièrement destructrice dans le domaine du commerce illégal d’animaux sauvages. Les trafiquants utilisaient la Floride du Sud comme un tremplin entre les Caraïbes et les acheteurs potentiels en Asie.

Les douanes et la protection des frontières américaines ont saisi les 1 400 « scutelles », ou sections de carapace – pesant environ 132 kg, et constituant l’une des plus importantes saisies de carapaces de tortues de mer vertes et de tortues imbriquées menacées jamais effectuées dans le pays – en novembre 2019.

Les cinq caisses ont été déchargées sur le sol d’un entrepôt près de l’aéroport international de Miami. Les scutelles avaient été peintes en bleu pour tenter de les déguiser en recyclage de plastique ; les employés ont lavé les carapaces pour révéler les belles couleurs masquées avec de la peinture bleue pareille aux craies de billard.

(Avec l’aimable autorisation de l’U.S. Customs and Border Protection)

Le Service américain des pêches et de la faune (USFWS) a estimé que 100 tortues avaient été tuées pour assurer cette cargaison.

L’USFWS a mis un post sur Facebook le lendemain de l’exposition dans l’entrepôt, expliquant que « les contrebandiers ont essayé de faire passer les carapaces pour du ‘recyclage plastique’ afin de les transporter illégalement des Caraïbes vers l’Asie ».

« Les tortues imbriquées sont parmi les espèces sauvages les plus menacées au monde », ont-ils poursuivi. « Autrefois abondantes, les populations dans les océans Indien, Atlantique et Pacifique ont diminué, en grande partie à cause de la dégradation de l’habitat et du commerce illégal des espèces sauvages. »

Située au centre de plusieurs zones d’habitation de tortues de mer, Miami est devenue une porte d’entrée pour l’exportation illégale de carapaces de tortues vers l’Asie et l’Europe.

« Le trafic d’espèces sauvages est un crime grave qui affecte les espèces dans le pays et à l’étranger », a déclaré la directrice de l’USFWS, Aurelia Skipwith, au Miami Herald. « Les tortues de mer sont des éléments essentiels des écosystèmes océaniques sains. Malheureusement, elles sont aussi gravement touchées par le commerce illégal d’espèces sauvages. »

(Avec l’aimable autorisation de l’U.S. Customs and Border Protection)

Les tortues de mer sont convoitées par les trafiquants d’animaux sauvages pour leur belle carapace polyvalente – utilisée pour fabriquer des montures de lunettes, des bijoux et des articles de décoration -, leur viande et leurs œufs.

La tortue imbriquée (Eretmochelys imbricata) est classée comme « en danger critique d’extinction » sur la liste rouge de l’UICN ; la tortue de mer verte (Chelonia mydas) est classée « en danger ». Les menaces les plus courantes pour ces deux tortues sont le forage pétrolier et gazier, la surpêche, la pollution des océans, le changement climatique et l’intervention humaine, y compris le trafic illégal.

Les tortues imbriquées et les tortues marines vertes sont protégées par la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) depuis 1977, et le commerce de leurs carapaces est interdit. Toutefois, ni les douanes américaines ni l’USFWS n’avaient le pouvoir de procéder à une arrestation en relation avec la saisie du chargement illégal de novembre 2019.

« Les saisies peuvent contribuer à dissuader le trafic d’animaux sauvages en envoyant un message clair signalant que la criminalité liée aux animaux sauvages n’est pas la bienvenue ici aux États-Unis », a déclaré Eva Lara, inspecteur régional de la faune et de la flore au Bureau de l’application de la loi du FWS. « Même si aucune poursuite n’a été engagée dans cette affaire, il s’agit d’une action importante qui contribue à lutter contre la criminalité liée aux espèces sauvages. »

L’USFWS continue de travailler en collaboration avec les douanes américaines dans l’espoir de localiser davantage de cargaisons illégales. « En fin de compte », a déclaré M. Skipwith à WSVN, « notre travail permettra de sauver les animaux afin que les générations futures soient responsables et puissent les voir dans la nature, là où ils doivent être ».

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ