Internée 10 jours dans un asile d’aliénés pour y faire une enquête

29 juillet 2018 Mis à jour: 6 septembre 2019

Elizabeth Cochrane était très différente de beaucoup d’autres femmes. D’abord, après avoir perdu son père à un très jeune âge, elle a aidé sa mère à élever ses 14 frères et sœurs.

Mais c’est son travail de journaliste d’investigation et de défense des droits des femmes à partir de la fin des années 1800 qui l’ont rendue célèbre et influente.

Sa jeunesse

Photo : La bibliothèque du Congrès, section des tirages et des photographies

Elizabeth Jane Seaman, née Cochrane, dite Nellie Bly, est née le 5 mai 1864 à Cochran’s Mills, en Pennsylvanie, au nord-est des États-Unis. En 1895 elle maria Robert Seaman. Ses croyances dans l’égalité de la valeur et des droits des femmes ont commencé tôt quand elle a répondu à un article dans le Pittsburgh Dispatch intitulé What Girls Are Good For (« Ce dont les jeunes filles sont capables »).

Elizabeth, 20 ans, lit l’article dans le Dispatch en réponse au père de cinq filles qui demandait ce qu’il fallait faire avec ses enfants célibataires de sexe féminin.

Le « Quiet Observer » (L’observateur silencieux) offusque

Photo : La bibliothèque du Congrès, section des tirages et des photographies

Le journal a publié une réponse au père en question, qui avait signé « Père anxieux », sous la forme d’une chronique écrite par Erasmus Wilson. Connu sous le nom de Quiet Observer (l’Observateur silencieux), ce dernier avait une place régulière dans le journal. Le « Quiet Observer » ou « Q.O. », comme on l’appelait, était tout sauf silencieux dans sa chronique, alors qu’il donnait réponse aux préoccupations du « père anxieux ».

Erasmus Wilson a écrit que les femmes qui travaillent sont « une monstruosité », déclarant que la seule place convenable pour une femme était au foyer. Il a même attaqué les parents qui laissaient croire à leurs filles qu’il n’y avait rien de mal à travailler et à avoir une carrière, plus tard, alors qu’elles seraient un peu plus âgées.

La réponse qui a tout déclenché

Photo : La bibliothèque du Congrès, section des tirages et des photographies

Elizabeth a été horrifiée à la fois par la lettre et la réponse à la lettre. Elle a donc rédigé une lettre à l’éditeur proclamant son indignation.

Le rédacteur en chef George Madden en a pris note et fût très impressionné par les écrits d’Elizabeth. En fait, à cause de cette lettre, il lui a offert un emploi de chroniqueuse pour le Dispatch. Elle a accepté et a ensuite été embauchée par M. Madden comme rédactrice permanente.

Permission d’être entendue

Photo : La bibliothèque du Congrès, section des tirages et des photographies

Son nom de plume devint Nellie Bly, et elle a reçu la permission de rédiger des articles sur les sujets qui la passionnaient, tels que les droits et les problèmes des femmes. Il y avait à l’époque des femmes écrivaines professionnelles qui travaillaient pour les journaux, mais ces types de questions étaient rarement abordées.

Les femmes à cette époque abordaient plutôt des sujets tels que les recettes, le jardinage et la mode. Nellie Bly a été une pionnière dans son domaine et pour les femmes en général.

Aller de l’avant et sous couvert d’anonymat

Photo : La bibliothèque du Congrès, section des tirages et des photographies

Puisque la jeune Elizabeth entamait des sujets qui ne semblaient pas convenables pour les femmes, souvent elle devait passer sous couverture. Elle se mettait secrètement dans une situation soupçonnée de maltraitance envers les femmes sur le lieu de travail. Après une enquête approfondie, elle dénonçait le traitement horrible et les conditions de travail auxquelles les femmes étaient soumises.

Lorsque Le Dispatch a finalement réassigné son travail vers un contenu typiquement féminin, elle a quitté Pittsburgh pour New York afin de trouver de meilleures opportunités. Après quatre mois sans succès, Elizabeth a posé sa candidature au New York World. Pour l’une de ses toutes premières missions, on lui a demandé de s’infiltrer sous couvert dans un asile en tant que patiente dans un hôpital psychiatrique bien connu.

Première admission

Photo : La bibliothèque du Congrès, section des tirages et des photographies

Le Blackwell’s Island Hospital à New York repose sur une île loin de tout et éloignée de tout le monde, aussi les étrangers n’y entraient pas souvent. La rumeur circulait que les employés de l’asile étaient notoirement cruels et abusifs, mais une vérification certaine était difficile, étant donné leur code strict d’inaccessibilité. En outre, ceux qui étaient au courant avaient trop peur de parler.

Elizabeth se voit confier la mission d’aller dans sa communauté et de se comporter de manière à s’assurer qu’elle serait internée à l’asile, alors que le journal New York World promettait sa libération après dix jours. Elizabeth avait peur, mais elle était déterminée. Ce qu’elle avait entendu dire de l’endroit aurait fait froid dans le dos à n’importe qui.

Mais il n’était étonnamment pas difficile pour Elizabeth d’aller sous couvert et de convaincre les autorités qu’elle était folle, et bientôt elle fut envoyée au centre hospitalier spécialisé.

Dix jours d’enfer

Photo Source: Pxby/CC

L’asile était surpeuplé et comptait deux fois plus de patients que de lits. La nourriture était non comestible, sèche ou avariée, sans ustensiles, et servie avec de l’eau sale appelée « thé ». Les rats faisaient autant partie de l’environnement que les patients.

Une fois à l’intérieur, Elizabeth a commencé à agir normalement et a même cessé de prétexter une maladie mentale. Mais elle a noté plus tard que l’endroit était assez bouleversant pour qu’une personne à l’intérieur développe une maladie mentale.

C’était horrible. Qui plus est, la grande facilité pour se faire interner était déjà surprenant car personne n’a même pensé qu’elle aurait pu ne pas être démente après tout. Elizabeth a interviewé d’autres patientes qui n’avaient pas non plus de maladie mentale. Certaines étaient tout simplement incapables de parler l’anglais et pauvres. Elle a été témoin régulièrement d’abus physiques et mentaux du genre des plus cruels.

Le bain des patientes se faisait dans l’eau glacée et sale dans des baignoires non lavées. Elles étaient ligotées et battues et toute plainte était traitée par une punition encore pire. Les femmes avaient perdu toute confiance et tout espoir dans leurs médecins qui ne prêtaient nullement attention à ce que les femmes leur révélaient courageusement. Souvent, les médecins dévoilaient même aux autres membres du personnel ce que leurs patientes avaient partagé, ce qui se traduisait par des sanctions plus sévères de la part du personnel de l’asile.

Pire encore, les internées qui souffraient vraiment d’une maladie mentale n’étaient pas traitées. Elizabeth n’avait jamais imaginé à quel point les choses pouvaient être horribles, mais elle a rassemblé consciencieusement toute l’information dont elle aurait besoin lors de sa sortie.

Libérée

Photo : La bibliothèque du Congrès, section des tirages et des photographies

Après qu’Elizabeth a passé 10 jours en tant que patiente sous couvert d’anonymat, elle a été libérée par l’intermédiaire d’un avocat. Son expérience a été documentée dans un livre qu’elle a écrit peu de temps après, intitulé Ten Days in a Mad-House (Dix jours dans un asile). L’exposé a révolutionné la façon dont les femmes atteintes d’une maladie mentale, ainsi que tous les patients atteints d’une maladie mentale, étaient admis et traités dans les établissements partout en Amérique.

Le journalisme d’investigation révolutionnaire a provoqué un tsunami d’améliorations, à commencer par la Commission d’une enquête judiciaire, une augmentation du budget d’un million de dollars pour les malades mentaux de New York et même l’adoption de nouvelles lois.

Elizabeth, alias Nellie Bly, était célèbre, mais elle n’avait toujours pas terminé son oeuvre. Son statut de célébrité lui a permis d’offrir beaucoup plus d’articles sur des sujets tels que la politique, la pauvreté et une myriade de questions souvent intouchables et inaccessibles aux femmes.

Une héroïne pour nous tous

Photo : La bibliothèque du Congrès, section des tirages et des photographies

Elizabeth Seamen de son nom de femme mariée est devenue et est toujours une icône américaine.

Sa ténacité et son esprit audacieux ont inspiré des générations de femmes qui allaient suivre.

Elle est décédée après avoir gravé un héritage permanent dans les droits civils des femmes et de toute l’humanité. Avant de décéder en 1922 à l’âge de 57 ans à la suite d’une pneumonie, elle a été témoin de la victoire du suffrage féminin dans la bataille pour le vote, lorsque le 19e amendement a été adopté en 1920 dans la Constitution américaine.

Source : Newsner

Version originale

Si cet article vous a inspiré, n’hésitez pas à le partager !

Le tabou de la traite arabo-musulmane des Africains :
14 siècles d’esclavage et 17 millions de victimes

RECOMMANDÉ