10 personnes hospitalisées après avoir reçu de l’insuline au lieu du vaccin antigrippal

Par Eduardo Tzompa
12 novembre 2019 Mis à jour: 12 novembre 2019

Un groupe de 10 personnes d’un centre de soins pour handicapés mentaux de l’Oklahoma, aux États-Unis, ont été hospitalisées après avoir reçu des injections d’insuline au lieu de vaccins contre la grippe.

Huit de ces personnes étaient des patients et deux étaient des employés de la maison Jacquelyn à Bartlesville, à environ 65 km au nord de Tulsa, une institution au service des personnes ayant une déficience intellectuelle et un handicap de développement, a déclaré le sergent Jim Warring du service de police de Bartlesville, interviewé par le quotidien Usa Today.

Les pompiers et le personnel d’urgence ont reçu un appel du centre mercredi 6 novembre. Cependant, lorsqu’ils sont arrivés sur les lieux, ils ont trouvé plusieurs personnes inconscientes.

« Toutes ces personnes sont dans le même état, elles sont allongées sur le sol, elles ont besoin d’aide, mais elles ne peuvent pas communiquer ce dont elles ont besoin. C’est pourquoi je félicite chaleureusement le personnel médical des services d’incendie et d’urgence d’avoir fait un travail remarquable pour cerner le problème », a déclaré la chef de police Tracy Roles lors d’une conférence de presse, selon 8ABC.

Neuf personnes ont été transportées en ambulance à l’hôpital Jane Phillips de Bartlesville, tandis qu’un dixième patient a quitté l’établissement, transféré à l’institution par une personne non identifiée, ajoute le reportage.

« Je n’ai jamais vu un malheur médical de cette ampleur. Cela aurait pu être pire. Je ne veux pas minimiser ce qui s’est passé, mais pensez à ce qui aurait pu arriver, cela aurait certainement pu être vraiment tragique », a ajouté M. Roles.

Le pharmacien qui a injecté l’insuline avait été engagé par le centre de soins pour administrer un vaccin aux résidents et aux employés, rapporte Rebecca Ingram, PDG d’AbilityWorks de l’Oklahoma, selon le reportage de CNN.

La police a en outre expliqué que tous les patients seront encore hospitalisés jusqu’à jeudi en raison des réactions qu’ils subissaient dans leurs corps à cause de l’insuline.

Tony D. Sellars, directeur des communications du Département de la santé de l’Oklahoma, a déclaré qu’il suivrait de près le rapport d’incident.

« Il n’y a aucune raison de penser pour l’instant que le centre aurait dû avoir un soupçon raisonnable que ce type d’erreur se produirait ou qu’il aurait pu l’éviter », a déclaré M. Sellars, selon CNN.

RECOMMANDÉ