12 000 tonnes d’écorces d’orange ont créé une forêt luxuriante au Costa Rica

Par Isabel Valencia-La Gran Epoca
12 octobre 2019 Mis à jour: 12 octobre 2019

Une expérience environnementale avec des écorces d’orange, entreprise dans les années 1990 au Costa Rica, a débouché sur une forêt verte luxuriante, mais aussi sur des discussions politiques et économiques à ce sujet.

En 1996, deux écologistes américains ont décidé de former une alliance avec une entreprise de transformation de jus au Costa Rica pour éliminer leurs déchets de pelures d’orange et de pulpe dans une réserve forestière voisine. L’expérience a eu un tel impact positif sur l’écosystème qu’elle continue d’être prise comme exemple.

Daniel Janzen et Winnie Hallwachs, tous deux écologistes à l’université de Pennsylvanie aux États-Unis, et également consultants auprès des autorités environnementales du Costa Rica, ont approché la société de jus Del Oro pour faire une utilisation durable des déchets produits qui soit profitable à l’environnement. En 1996, cette entreprise avait son usine de transformation alimentaire près de la réserve de Guanacaste, selon un reportage de la BBC.

Plus de 1 000 camions ont déversé 12 000 tonnes de déchets dans les pâturages arides près de la réserve, située dans le nord du pays. En 2013, une équipe de scientifiques de l’Université de Princeton, aux États-Unis, est retournée voir le même site pour y trouver un paysage complètement différent, puisque la biomasse de ce secteur avait augmenté de 176 %, ce qui a fait que la superficie de près de trois terrains de football (trois hectares) était devenue une forêt tropicale verte et exubérante.

L’accord avec l’entreprise a été conclu lorsque les écologistes ont demandé à l’usine de faire don d’un terrain en échange de la prise en charge des déchets de l’usine de transformation qu’ils allaient éliminer dans ce qui était autrefois des pâturages arides près de la réserve. Mais ils savaient d’avance que la biodégradation des déchets organiques pouvait faire des merveilles pour l’environnement, puisqu’elle agirait comme un engrais, favorisant ainsi le rétablissement de la réserve tropicale.

Ils avaient raison, car en comparant les résultats des trois hectares qui ont reçu les résidus d’oranges avec les autres zones qui n’avaient pas fait l’objet d’interventions, ils se sont rendu compte que la différence était énorme, puisqu’ils avaient non seulement plus de biomasse, mais aussi que le sol était plus riche, disposait de plus de biodiversité et d’une couverture forestière. Cela a été produit à un coût très bas et d’une manière très efficace, tout cela grâce au fait que les déchets d’oranges ont été décomposés par le travail des larves de mouches, des champignons et des microbes.

« Les déchets organiques peuvent résoudre nombre de ces problèmes simultanément en étouffant les herbes et les mauvaises herbes et en enrichissant et ameublissant le sol, à mesure qu’ils sont décomposés par les mouches des fruits indigènes et les microorganismes qui sortent des forêts locales pour profiter de ce banquet », a déclaré à la BBC Timothy Treuer, le scientifique qui a dirigé l’expédition dans la région en 2013. « Les arbres indigènes qui avaient autrefois du mal à survivre ont soudainement une chance de repartir à zéro dans un environnement beaucoup plus favorable », a ajouté le scientifique de Princeton.

Cependant, en 1998, la société rivale de jus TicoFrut a entamé des poursuites judiciaires contre Del Oro et la Guanacaste Conservation Area (ACG), qu’elle accusait de « polluer » un parc national, entraînant l’annulation du projet à cette date. En 2000, la Cour suprême du Costa Rica a jugé que le contrat signé entre Del Oro et le Ministère de l’environnement et de l’énergie était illicite.

TicoFrut a estimé qu’il était injuste que Del Oro ne soit pas obligé de construire une usine de traitement et a également déclaré que les déchets d’oranges polluaient le sol et les rivières voisines, en plus d’être un bouillon dangereux pour les ravageurs et les maladies des agrumes. Ces affirmations ont ensuite été réfutées par Daniel Janzen.

De plus, des années plus tard, l’expérience de Janzen et Hallwachs a été revendiquée, montrant au monde entier qu’il s’agit d’un moyen facile, rapide et efficace d’aider à conserver les forêts menacées et de rendre les forêts tropicales plus résistantes.

« Indépendamment de ce qui s’est passé, il y a de bonnes raisons d’espérer que les déchets agricoles peu traités (et donc peu coûteux) pourront être utilisés pour accélérer la restauration des forêts tropicales », explique M. Treuer. « En tant que scientifique, il est frustrant de voir que des solutions possibles à des défis majeurs sont entravées, qu’on y fasse obstacle ou qu’elles soient évitées à cause de préoccupations non fondées, en particulier lorsque ces préoccupations découlent des intérêts des entreprises », conclut-il.

RECOMMANDÉ