120 officiers militaires américains à la retraite mettent en garde contre le conflit entre le marxisme et la « liberté constitutionnelle »

Par Jack Phillips
13 mai 2021
Mis à jour: 14 mai 2021

Plus de 120 généraux et amiraux américains à la retraite ont signé une lettre ouverte dans laquelle ils avertissent que les États-Unis sont engagés dans un combat existentiel et exhortent « tous les citoyens » à s’impliquer dans la politique locale et étatique.

« Nous sommes dans un combat pour notre survie en tant que République constitutionnelle comme jamais depuis notre fondation en 1776. Le conflit oppose les partisans du socialisme et du marxisme aux partisans de la liberté constitutionnelle », indique la lettre (pdf), signée par 124 anciens chefs militaires et publiée au nom que s’est donné le groupe d’anciens militaires, Flag Officers 4 America (officiers au service du drapeau américain).

La lettre indique également que l’opposition aux projets de loi et aux lois qui renforceraient les initiatives électorales a des implications troublantes.

« L’intégrité des élections exige de s’assurer qu’il y a un seul vote légal exprimé et compté par citoyen. Les votes légaux sont identifiés par les contrôles approuvés par la législature de l’État en utilisant des pièces d’identité gouvernementales, des signatures vérifiées, etc. Aujourd’hui, nombreux sont ceux qui qualifient ces contrôles de bon sens de ‘racistes’ dans le but d’éviter des élections équitables et honnêtes », peut-on lire dans la lettre.

Selon le site Web de Flag Officers 4 America, il s’agit d’un groupe d’anciens chefs militaires qui « se sont engagés à soutenir et à défendre la Constitution des États-Unis contre tous les ennemis », qu’ils soient « nationaux » ou « étrangers ».

Parmi les signataires de la lettre figurent le général de brigade Donald Bolduc, candidat au Sénat dans l’État du New Hampshire, le général de corps d’armée William Boykin et le vice-amiral John Poindexter, qui a été conseiller adjoint à la sécurité nationale du président Ronald Reagan.

« La Chine est la plus grande menace extérieure pour les États-Unis. L’établissement de relations de coopération avec le Parti communiste chinois l’encourage à poursuivre sa progression vers la domination mondiale, sur le plan militaire, économique, politique et technologique. Nous devons imposer davantage de sanctions et de restrictions pour entraver leur objectif de domination mondiale et protéger les intérêts des États-Unis », indique la lettre.

Parmi les autres menaces énumérées, citons le retour des États-Unis dans l’accord sur le nucléaire iranien, l’immigration illégale et l’arrêt du projet de pipeline Keystone XL. Le président Joe Biden a pris un décret pour stopper le projet de pipeline au début de sa présidence.

Par ailleurs, les chefs militaires à la retraite ont déclaré que les ordres de confinement de la population durant la pandémie de Covid-19 affectant les écoles et les entreprises sont assimilables à des « actions de contrôle de la population ».

« Nous devons soutenir et tenir pour responsables les politiciens qui agiront pour contrer le socialisme, le marxisme et le progressisme, soutenir notre République constitutionnelle, et insister sur un gouvernement fiscalement responsable tout en se concentrant sur tous les Américains, en particulier la classe moyenne, et non sur des intérêts spéciaux ou des groupes extrémistes qui sont utilisés pour nous diviser en factions qui se font la guerre », indique la lettre.

La lettre conclut en exhortant « tous les citoyens à s’impliquer dès maintenant au niveau local, étatique et/ou national afin d’élire des représentants politiques qui agiront pour sauver l’Amérique, notre République constitutionnelle, et demanderont des comptes à ceux qui sont actuellement en fonction ».

Certains anciens militaires ont remis en question l’objectif de la lettre.

L’amiral à la retraite Mike Mullen, ancien chef d’état-major interarmées, a déclaré que la lettre « nuit à l’armée et, par extension, au pays » et qu’elle contient des « points de discussion » du GOP (ou Grand Old Party, surnom donné au Parti républicain), selon Politico.

Pendant ce temps, en France, des dizaines de généraux à la retraite ont été sanctionnés après avoir récemment envoyé une lettre mettant en garde contre une éventuelle guerre civile sur la « protection de nos valeurs civilisationnelles ». Ils ont reproché aux dirigeants français de ne pas s’occuper de ce qu’ils décrivent comme une immigration sans entrave dans le pays.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ