Depuis 15 ans, les «Neuf Commentaires» sont à l’avant-garde de la rupture de l’humanité avec le communisme

Depuis le 19 novembre 2004, date à laquelle Epoch Times a commencé à publier sa série éditoriale, plus de 300 millions de Chinois ont renoncé à leurs liens avec le Parti communiste, et la communauté internationale se réveille face à la menace communiste
Par Epoch Times
22 novembre 2019 Mis à jour: 26 novembre 2019

Il y a trente ans, un groupe d’Allemands de l’Est en quête de liberté a fait tomber le mur de Berlin, le symbole de la brutalité communiste de la guerre froide. Cependant, le spectre du communisme reste présent dans un axe des régimes autoritaires dirigé par le Parti communiste chinois (PCC), qui dirige une superpuissance croissante de 1,4 milliard de citoyens captifs.

Depuis la chute du mur de Berlin et la chute du bloc soviétique, le PCC a étendu son influence malveillante dans le monde entier, promouvant son modèle totalitaire dans un défi direct aux valeurs démocratiques du monde libre.

Cet affrontement est particulièrement évident à Hong Kong, où des millions de personnes résistent à la menace d’une ingérence communiste dans l’État de droit et les libertés civiles de leur ville.

Il y a quinze ans, le 19 novembre 2004, Epoch Times a commencé à publier une série éditoriale, les « Neuf commentaires sur le Parti communiste« . Pour la première fois, les Neuf Commentaires ont mis à nu la nature fondamentale du Parti communiste et du communisme en tant que spectre maléfique alimenté par la haine démoniaque et camouflé sous la tromperie.

Les Neuf Commentaires ont déclenché un réveil parmi des centaines de millions de personnes vivant sous le joug communiste. Aujourd’hui, de la Chine aux États-Unis, des manifestants résistant à la dictature du PCC dans les rues de Hong Kong aux sereins rassemblements annuels organisés dans les quartiers chinois de New York, les Neuf Commentaires écrivent une épopée sans précédent dans l’histoire moderne. Et nulle part ailleurs cette histoire ne s’est déroulée de manière aussi dramatique et forte qu’avec le mouvement Tuidang, le mouvement pour quitter le Parti communiste chinois et rompre avec l’influence maligne du spectre communiste.

À l’occasion du 15e anniversaire de la publication des Neuf Commentaires, le nombre de personnes en Chine continentale et dans le monde qui ont renoncé à leurs liens avec le PCC et ses deux organisations de jeunesse affiliées est à l’heure actuelle de plus de 346 millions de démissions.

Aujourd’hui, confrontés désespérément à des volées de balles et de gaz lacrymogènes tirés à partir d’armes de police, les Hongkongais crient les mots « Tian mie zhong gong »« Le Ciel mettra fin au PCC » – qui ont fait leur apparition en association avec le mouvement Tuidang. À Washington, les politiciens américains des deux partis demandent au monde libre d’établir une distinction claire entre la nation chinoise et son régime communiste. Tout cela a suivi les leçons et les principes visionnaires exposés dans les Neuf Commentaires.

30 ans après Berlin, Hong Kong résiste à la répression

Les manifestants de Hong Kong qui risquent leur liberté et leur sécurité pour dire non au Parti communiste font partie de ceux qui utilisent leur propre sang et leur propre conscience pour écrire un nouveau chapitre de l’épopée contemporaine.

Hong Kong, ville portuaire du sud de la Chine et ancienne colonie britannique où le « haut niveau d’autonomie » promis par le PCC en 1984 a subi une érosion progressive depuis la rétrocession de 1997, connaît depuis plus de cinq mois des manifestations pro-démocratie dans toute la ville. Elle a été présentée par la communauté internationale comme un « nouveau Berlin » dans la confrontation entre liberté et tyrannie.

Les Hongkongais ont été diabolisés par les autorités, les porte-parole du PCC et les médias alignés sur le PCC pour avoir osé repousser la tyrannie de Pékin. Les reportages sélectifs les considèrent comme des émeutiers qui méritent d’être sévèrement punis par la police de Hong Kong.

Les Neuf Commentaires notent que le Parti communiste n’a jamais changé sa nature sans scrupules. En Chine, alors que le PCC réprime la dissidence sous prétexte de « maintenir la stabilité », c’est le PCC lui-même qui est la principale cause d’instabilité.

« Avec ses plusieurs millions de soldats et de policiers armés, le PCC est la véritable source d’agitation », déclare le dernier des neuf commentaires. « Les citoyens ordinaires n’ont ni raison ni capacité de susciter l’agitation ».

La source de toute violence à Hong Kong aujourd’hui réside dans les forces de police contrôlées par le PCC en ville et dans les bandes de triades.

De nombreux Hongkongais ont payé cher leur résistance au PCC. Des milliers de manifestants, dont un tiers d’étudiants, ont été emprisonnés. Certains ont été torturés ou violés par la police, et le nombre de personnes apparemment assassinées en secret ne cesse d’augmenter. Pendant ce temps, la police intensifie sa répression, comme en témoignent la prise d’assaut violente des campus universitaires de Hong Kong et les arrestations massives sans discernement.

Cependant, la population de Hong Kong n’est pas seule. Ils ont vu que les dignitaires et les citoyens des États-Unis, du Royaume-Uni et du monde entier sont à leurs côtés. En outre, ils peuvent compter sur les médias justes du monde entier, dont Epoch Times et New Tang Dynasty Television, pour raconter leur vraie histoire.

Les Hongkongais ont également appris des pratiquants de la discipline spirituelle du Falun Gong, qui ont inlassablement clarifié les faits sur leur foi et leur persécution par le PCC au cours des 20 dernières années. Par le biais d’imprimés, en discutant directement avec les gens ou d’autres moyens, les habitants de Hong Kong prennent pleinement conscience des mensonges et de la brutalité du PCC. Beaucoup d’entre eux ont lu les Neuf Commentaires et comprennent tout ce que le Parti communiste et le gouvernement de Hong Kong ont en réserve pour leur ville.

Les Hongkongais se sont rendu compte que leur seul espoir est un avenir sans le PCC.

Et vice versa, comme l’écrivent les Neuf Commentaires, « lorsque les gens reconnaissent la nature mauvaise du PCC et résistent à être trompés par ses fausses images, la fin arrivera pour le PCC et sa nature sans scrupules ».

Lao Zi (Lao Tseu), l’ancien sage chinois du taoïsme, a dit : « Si la population ne craint pas la mort, à quoi bon la menacer de mort ? » Lorsque la violence atteint les limites de son efficacité, la vitalité du projet totalitaire atteint également ses limites.

Quand la nature pernicieuse du PCC est révélée à tous, la peur ne peut plus enchaîner l’âme humaine.

Il y a trente ans, à la veille de la chute du mur de Berlin, le dictateur est-allemand a juré d’imiter le massacre de la place Tiananmen. Pourtant, à la fin, il n’a pas réussi à lever le couteau de la répression contre la force combinée du peuple. Dans les derniers jours de l’Union soviétique, quand les partisans de la ligne dure communistes ont ordonné à l’armée et au KGB de réprimer les manifestations populaires, les soldats ont déposé leurs armes.

Ce n’est que sans le PCC qu’il y aura une nouvelle Chine

Il y a près de 100 ans, le spectre du communisme s’est manifesté en Chine sous la forme du Parti communiste chinois (PCC). Il y a soixante-dix ans, il a réussi à s’emparer du pouvoir politique, à s’approprier le nom de la Chine tout en persécutant et en transformant impitoyablement le peuple chinois. Travaillant à l’étranger, le PCC n’a épargné aucun effort pour exporter le modèle communiste dans le but d’étendre son hégémonie aux quatre coins de la planète.

Des instituts Confucius à la Nouvelle Route de la soie (Une ceinture et une route), des réseaux 5G de Huawei aux récentes incursions dans la blockchain, le PCC a infiltré les domaines de la culture, de l’économie et de la technologie pour exporter avec vigueur ses modèles corrompus de gouvernance économique et sociale. La « communauté d’un avenir commun pour l’humanité » est le nom sous lequel ce Parti habille ces tentatives d’exportation de diverses formes de socialisme à travers le monde en vue d’une révolution communiste à outrance.

Alors que la confrontation entre le PCC et le monde libre atteignait un tournant décisif, le Comité de rédaction des Neuf Commentaires a publié deux nouveaux livres : The Ultimate Goal of Communism (Le But ultime du communisme) et Comment le spectre du communisme gouverne notre monde.

Ces deux volumes, publiés en 2017 et 2018, offrent une vue d’ensemble de la feuille de route du spectre communiste pour la corruption et la destruction de la culture, de la morale, et finalement de l’humanité elle-même.

Les Neuf Commentaires se terminent par :

« Ce n’est que sans le Parti communiste chinois qu’il y aura une nouvelle Chine. »

« Ce n’est que sans le Parti communiste chinois que la Chine aura de l’espoir. »

En plus des centaines de millions de Chinois qui se sont libérés du sort démoniaque du Parti communiste, les nations libres du monde entier s’éveillent rapidement à la menace que représente le PCC pour les valeurs universelles et commencent à faire une distinction claire entre le Parti communiste et le peuple chinois.

Le 7 novembre 2017, à l’occasion du 100e anniversaire de la Révolution bolchévique qui a apporté le communisme en Russie en 1917, le président américain Donald Trump a fait une déclaration historique, déclarant ce jour-là « Journée nationale pour les victimes du communisme ».

Le 6 février 2019, M. Trump a réitéré dans un discours que les États-Unis ne seraient « jamais un pays socialiste ».

Dans un discours prononcé en octobre 2018, le vice-président américain Mike Pence a condamné les opérations pernicieuses du PCC et mis en doute sa légitimité.

Le 30 octobre 2019, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a souligné que le PCC était un régime léniniste attaché à la « domination internationale » et que le « peuple chinois épris de liberté » rejetait son modèle.

Le conflit entre les États-Unis et le PCC, et non entre les États-Unis et la Chine, a déclaré M. Pompeo lors d’une manifestation organisée le 8 novembre pour commémorer la chute du mur de Berlin,« c’est le défi entre le Parti communiste chinois et son régime autoritaire et les peuples épris de liberté dans le monde entier ».

Ces dernières années, les États-Unis ont lancé des enquêtes approfondies sur la myriade de canaux par lesquels le PCC a construit et exercé son influence. Washington a pris des mesures efficaces pour résister aux politiques agressives du PCC en affrontant le régime chinois dans les domaines du commerce, de la technologie et des droits humains.

Les États-Unis ont progressivement renforcé leur soutien à la liberté religieuse, en particulier dans les pays gouvernés par des régimes communistes. Le pays a également adopté des déclarations et des lois pour soutenir les Hongkongais dans la bataille pour la démocratie et l’État de droit dans leur propre ville.

Dirigée par les États-Unis, la communauté internationale change de position à l’égard de la Chine, cessant d’essayer d’apaiser le PCC et se mettant en mode protection contre la subversion communiste et au soutien du peuple chinois dans sa lutte pour la liberté.

La vérité exposée dans les Neuf Commentaires montre la voie de l’avenir

La chute du mur de Berlin, il y a trente ans, a livré au monde entier un message fort du peuple est-allemand : la démocratie et l’État de droit triompheront des forces d’oppression et de tyrannie.

Aujourd’hui, les Hongkongais démolissent le « mur de Berlin » du Parti communiste chinois en offrant une résistance pacifique et inébranlable.

Le caractère impitoyable du PCC auquel la population de Hong Kong est confrontée aujourd’hui fait écho à la persécution nationale du Falun Gong, qui a commencé en juillet 1999. Depuis lors, dans toute la Chine, des dizaines de millions de personnes pratiquant le Falun Gong, qui aspirent à l’amélioration de leur moralité et la perfection spirituelle conformément aux valeurs universelles d’Authenticité, Compassion et Tolérance, ont risqué leur vie pour être vrais et bons en faisant face à la malveillance du régime du PCC.

Depuis vingt ans, le PCC consacre d’immenses ressources à la persécution du Falun Gong. D’innombrables pratiquants du Falun Gong ont enduré des souffrances inimaginables, comme être rejetés de leur école ou de leur emploi ou condamnés à des camps de travail, où ils risquent la torture, la violence sexuelle et le meurtre par prélèvement de force de leurs organes alors qu’ils sont encore vivants. Pourtant, la cruauté et le mal sans précédent du PCC n’ont jamais vaincu leur volonté de dire la vérité à la Chine, à Hong Kong et au monde entier.

De nombreux Hongkongais, bien qu’auparavant aveuglés par la campagne de propagande du PCC contre le Falun Gong, comprennent maintenant l’importance des efforts incessants et pacifiques des pratiquants de Falun Gong pour clarifier les faits et éveiller chacun dans le monde à la véritable nature du PCC.

Alors que Hong Kong fait face à la menace imminente d’une répression meurtrière, les Chinois du monde entier ont établi des comparaisons directes entre la conduite du PCC à Hong Kong et les épreuves que subissent les pratiquants de Falun Gong depuis tant d’années.

« Je dois des excuses au Falun Gong » et  » je remercie le Falun Gong pour ces 20 ans de persévérance à dire la vérité » sont parmi les paroles dites et entendues par un nombre croissant de Hongkongais.

Et à la lumière de la liste croissante des jeunes Hongkongais déclarés morts « par suicide », des victimes de viol collectif publiquement calomniées par la police de Hong Kong et des déclarations mal intentionnées du régime concernant les « décès collatéraux », beaucoup de Hongkongais ont également déclaré : « Ce n’est que maintenant que je me rends compte à quel point la répression du Falun Gong par le PCC a été cruelle » et « je suis désolé, car le PCC m’a trompé durant tout ce temps ».

Le Comité de rédaction des Neuf Commentaires sur le Parti communiste a clairement indiqué que la nature du communisme n’est pas celle d’une idéologie ou d’un mouvement, mais un spectre maléfique composé de haine et de toutes sortes de forces corrompues. C’est de la haine et de la lutte que le Parti communiste absorbe la force nécessaire pour nourrir l’existence de ce spectre maléfique.

Et malgré la menace du PCC qui se profile à l’horizon, les habitants de Hong Kong gardent espoir.

Parce que, comme il a été écrit 15 ans auparavant dans les Neuf Commentaires, la communauté internationale s’unit finalement pour rejeter le PCC.

Parce que d’innombrables pratiquants du Falun Gong ont fait tous les sacrifices pour faire de la lumière dans les ténèbres de la tyrannie communiste.

Parce que les valeurs universelles que le Falun Gong enseigne – Authenticité, Bienveillance, Tolérance – sont en train de restaurer la moralité et la culture traditionnelle chinoise et ont éveillé la puissance inégalée qui existe dans chaque être humain – la bonté.

Les auteurs des Neuf Commentaires ont écrit :

« Même si le PCC semble posséder toutes les ressources et l’appareil violent du pays, si chaque citoyen croit au pouvoir de la vérité et protège la moralité, le spectre maléfique du PCC perdra le fondement de son existence. Toutes les ressources peuvent instantanément retourner entre les mains des justes. C’est à ce moment-là que la renaissance de la Chine aura lieu. »

La chute du mur de Berlin et l’effondrement de l’empire communiste soviétique ont prouvé que même la tyrannie la plus brutale ne peut détruire la bonté dans le cœur des gens. Lorsque les tyrans utilisent la violence pour s’opposer au peuple, ils ne font que creuser les tombes de leurs mauvais régimes.

La bonté peut vaincre la peur, éliminer la haine et inspirer le courage. Avec un cœur de bonté, nous pouvons abattre ce mur sombre et embrasser un avenir sans communisme !

RECOMMANDÉ