150 groupes de défense des droits de l’homme se rassemblent pour exprimer leur opposition au régime du Parti communiste chinois

Par Eva Fu
2 octobre 2020
Mis à jour: 2 octobre 2020

NEW YORK – Plus de 150 groupes dans une soixantaine de villes du monde entier se sont rassemblés pour protester contre les violations des droits de l’homme commises par le régime chinois alors qu’il célébrait sa 71e année de règne.

La coalition mondiale du 1er octobre – date anniversaire de la prise de pouvoir du Parti communiste chinois en 1949 – était composée de Tibétains, de Hongkongais, de Taïwanais, de Mongols, de musulmans ouïgours, de Kazakhs et de dissidents chinois en exil, chacun ayant des griefs contre le régime pour avoir persécuté ses communautés. La répression qu’ils ont subie a révélé au monde le vrai visage du régime chinois : un régime qui ne respecte pas les droits de l’homme et qui constitue une menace pour le monde, ont-ils déclaré à Epoch Times.

« Le PCC [Parti communiste chinois] ne peut pas se voir accorder un laissez-passer, ne peut pas être absous de justice, juste parce qu’il dirige la Chine », a déclaré le député Scott Perry (Parti républicain, Pennsylvanie) dans un discours devant le Capitole américain.

« Ils doivent se sortir de l’oppression, des camps de concentration, de toutes sortes de choses horribles que vous connaissez déjà, que ce soit le Falun Gong, nos amis en Mongolie ou la prise de contrôle du Tibet« , a-t-il poursuivi, en faisant référence à la persécution par Pékin de l’ancienne pratique spirituelle, à l’érosion des coutumes culturelles mongoles et à la répression des bouddhistes tibétains, respectivement.

Des Tibétains, des Ouïghours, des Kazakhs, des Hongkongais, des Mongols du Sud, des Taïwanais et des militants chinois pour la démocratie se sont réunis pour appeler les gouvernements à s’opposer à la répression de la liberté, de la démocratie et des droits de l’homme par le Parti communiste chinois, devant le siège des Nations unies à New York, le 1er octobre 2020. (Samira Bouaou/The Epoch Times)

« Tout cela doit cesser, et c’est une activité criminelle qui doit être reconnue et combattue par l’ensemble de la communauté mondiale, et les États-Unis doivent prendre la tête », a-t-il ajouté.

Scott Perry a présenté jeudi matin un projet de loi visant à désigner le PCC comme un « groupe transnational organisé » et à éliminer l’immunité souveraine des fonctionnaires chinois – ce qui leur permettrait d’être jugés par un tribunal américain pour des poursuites pénales.

« Nous devons être la génération qui affronte, qui vainc et qui met fin au régime pervers du PCC », a-t-il déclaré.

Contrairement à ces dernières années, les militants ont déclaré qu’ils ont ressenti un nouveau sentiment de solidarité alors que différents groupes ont été témoins de la récente répression autoritaire de Pékin, comme la proposition du régime d’éliminer l’enseignement en mongol dans les écoles de Mongolie-Intérieure, les arrestations massives de militants pro-démocratie à Hong Kong, et les politiques répressives au Tibet et au Xinjiang.

Pema Namgyal, lors de la manifestation où des Tibétains, des Ouïghours, des Kazakhs, des Hongkongais, des Mongols du Sud, des Taïwanais et des militants chinois pour la démocratie se sont unis pour appeler les gouvernements à s’opposer à la répression de la liberté, de la démocratie et des droits de l’homme par le Parti communiste chinois, devant le siège des Nations unies à New York, le 1er octobre 2020. (Samira Bouaou/The Epoch Times)

Pema Namgyal, un jeune Tibétain de 26 ans, étudiant en psychologie, a été l’un des 200 manifestants à New York qui ont demandé que le régime chinois soit traduit en justice.

« Cela n’a rien à voir avec le peuple chinois proprement dit, mais avec le gouvernement lui-même », a-t-il déclaré lors d’un rassemblement près du siège des Nations unies. Pema Namgyal est né et a grandi en Inde, puis a immigré à New York avec ses parents en tant que réfugiés.

La tromperie a caractérisé les 71 années de règne du PCC, a déclaré une femme qui s’est identifiée comme Hongkonger A (Hongkongaise A).

« Ils disent ‘oui’ à tout avant de signer un accord, mais reviennent sur leurs promesses immédiatement après », a-t-elle déclaré, notant la déclaration conjointe sino-britanique qui promet à sa patrie, une ancienne colonie britannique, un haut degré de liberté sous la domination chinoise jusqu’en 2047.

Une femme qui s’identifie comme Hongkonger A, lors de la manifestation où des Tibétains, des Ouïghours, des Kazakhs, des Hongkongais, des Mongols du Sud, des Taïwanais et des militants chinois pour la démocratie se sont unis pour appeler les gouvernements à s’opposer à la répression de la liberté, de la démocratie et des droits de l’homme par le Parti communiste chinois, devant le siège des Nations unies à New York, le 1er octobre 2020. (Samira Bouaou/The Epoch Times)

Alors que son père lui a sans cesse parlé des « maux » du régime durant sa jeunesse, ce n’est que l’année dernière, lorsque des millions de personnes à Hong Kong ont protesté contre un projet de loi d’extradition désormais supprimé, qu’elle a pris pleinement conscience de l’ampleur de la tyrannie de Pékin. L’application rapide par les autorités d’une loi de sécurité nationale de grande envergure a été particulièrement alarmante, a-t-elle affirmé.

« Nous avions la liberté d’expression, la liberté de la presse. Maintenant, nous n’avons plus rien », a-t-elle déclaré.

Nicole Sara, une militante qui a vécu à Hong Kong pendant 11 ans, a qualifié la « Journée nationale » de Chine de « jour de deuil ».

Nicole Sara lors de la manifestation où des Tibétains, des Ouïghours, des Kazakhs, des Hongkongais, des Mongols du Sud, des Taïwanais et des militants chinois pour la démocratie se sont unis pour appeler les gouvernements à s’opposer à la répression de la liberté, de la démocratie et des droits de l’homme par le Parti communiste chinois, devant le siège des Nations unies à New York, le 1er octobre 2020. (Samira Bouaou/The Epoch Times)

« En ce qui concerne tous ces gens, il n’y a rien à célébrer », a-t-elle déclaré à Epoch Times. « C’est le début de la dévastation pour beaucoup, beaucoup de gens. »

« Les régimes maléfiques vont et viennent », a-t-elle dit, croyant que le régime chinois s’effondrera un jour. « Un jour, nous regarderons en arrière et nous verrons la tache sur l’histoire chinoise. »

FOCUS SUR LA CHINE – La Chine revendique 4 nouvelles inventions qui ne sont pas de son ressort

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ