Bilan 2019 : Le dernier combat de Hong Kong pour la liberté

Cet article fait partie d'une série spéciale d'Epoch Times qui passe en revue l'année 2019
Par Annie Wu
26 décembre 2019 Mis à jour: 26 décembre 2019

Lorsque les manifestations se calment dans les rues de Hong Kong, la vie en ville reprend son cours : les gens se rendent à pied à leurs destinations, d’autres vendent leurs marchandises et les véhicules circulent normalement. Cependant, dans presque tous les quartiers, il reste des graffitis et des affiches – sur les trottoirs, les murs, les ponts, les lampadaires et les devantures de magasins – qui déclarent la rébellion, le désir de liberté et la colère contre le gouvernement brisé par le Parti communiste chinois et la brutalité de la police qui a approuvé leur pouvoir.

Depuis plus de six mois, les Hongkongais ont lancé le plus grand défi au Parti communiste chinois. Furieux d’un projet de loi d’extradition maintenant retiré qui résume leurs craintes concernant l’empiétement croissant du régime chinois sur l’autonomie de la ville, des millions de personnes ont envahi les rues pour demander l’abandon de ce projet de loi.

« Ce projet de loi n’est qu’un point de déclenchement. Mais derrière cela, il y a des problèmes sous-jacents et plus profonds : les craintes des Hongkongais à l’égard du régime communiste chinois », a déclaré Zack Ho, 18 ans, responsable d’un groupe d’étudiants militants appelé Inspidemia Hong Kong.

Zack Ho, un militant étudiant, photographié au bureau d’Epoch Times Hong Kong, le 16 décembre 2019. (Nina Wong/The Epoch Times)

Le gouvernement chinois a promis que l’autonomie et les libertés de la ville resteraient inchangées pendant 50 ans après son passage de la domination britannique à la domination chinoise en 1997.

Mais le projet de loi – qui aurait permis au régime chinois de demander l’extradition de personnes pour les juger – a réveillé la colère et la crainte des Hongkongais face à un avenir incertain, a déclaré M. Ho, car « le gouvernement de Hong Kong a rendu la ville plus ‘rouge’, plus intégrée avec la Chine continentale » au fil du temps. [Note : le Parti communiste chinois (PCC) est également appelé le dragon rouge ou la terreur rouge.]

Pendant des mois, le gouvernement de Hong Kong a refusé de céder aux manifestations. Pendant ce temps, la police a tiré des gaz lacrymogènes, des balles en caoutchouc et d’autres projectiles pour réprimer les protestations.

Des liens jamais rompus

En signe de frustration face à l’incapacité du gouvernement de Hong Kong à écouter ses habitants, le 1er juillet, jour du 22e anniversaire de la rétrocession de la ville, des manifestants ont pénétré par l’entrée du bâtiment de l’Assemblée législative et ont pris d’assaut l’intérieur, pulvérisant des graffitis sur les murs et endommageant les biens.

Alors que la police les avertissait qu’elle allait faire évacuer les lieux, les manifestants qui avaient encerclé l’immeuble ont décidé d’essayer de sauver les personnes qui se trouvaient à l’intérieur – par crainte qu’elles puissent être arrêtées. Les manifestants qui se trouvaient à l’intérieur avaient refusé de quitter les lieux et avaient lancé un ultimatum au gouvernement pour qu’il réponde à leurs demandes.

« À partir de ce jour, nous avons établi le concept de ne pas rompre les liens entre les pacifiques et les vaillants », a déclaré Ventus Lau, un militant pro-démocratie qui a été accusé en relation avec la manifestation du 1er juillet. Ce dernier fait référence à ceux qui sont prêts à utiliser des tactiques plus agressives lors d’affrontements avec la police.

« Même si vous n’êtes pas d’accord avec cette stratégie, nous serons toujours du même côté », a-t-il ajouté.

Ventus Lau, militant pro-démocratie, photographié dans un studio à Hong Kong, le 18 décembre 2019. (Gordon Yu/The Epoch Times)

Ivan Lam, président du parti pro-démocratie Demosisto, estime que la solidarité est un facteur clé de la longévité du mouvement.

Pendant le mouvement des parapluies de 2014, lorsque M. Lam, son collègue Joshua Wong, membre de Demosisto, et d’autres jeunes militants ont mené une manifestation pro-démocratique visant à faire pression sur le gouvernement pour qu’il accorde le suffrage universel aux élections municipales, « il y avait toujours des arguments entre différentes tactiques et stratégies », a-t-il dit.

« C’est une des raisons pour lesquelles nous avons échoué à chaque fois dans le passé. »

Les manifestations du mouvement des parapluies se sont terminées sans que le système électoral de la ville ait été modifié.

Le suffrage universel a été promis dans la mini-constitution de la ville rédigée par les autorités chinoises et britanniques avant la rétrocession. Actuellement, le plus haut fonctionnaire de la ville est élu par un comité composé en majorité d’élites favorables à Pékin et pro-communiste.

Dans ce mouvement, il n’y a pas de dirigeants, et les manifestants ont adopté une philosophie « soyez comme l’eau » pour suivre le courant, et changer de tactique si nécessaire.

Et contrairement à 2014, où les manifestants ont continuellement occupé le quartier des affaires de la ville jusqu’à ce que les autorités aient nettoyé le site, « pas une action en particulier ne représente le mouvement, nous utilisons différentes actions pour le soutenir », a déclaré M. Lam, notant que les Hongkongais ont récemment entrepris des efforts pour établir de nouveaux syndicats pro-démocratie en préparation d’une grève prévue.

« Le mouvement ne s’éteindra pas comme on éteint un feu, il continuera. »

Le futur

Après plus de 6 000 arrestations depuis juin, au cours des dernières semaines, les manifestants ont été moins enclins à s’engager dans des confrontations de rue, tandis que la police a fait preuve de plus de retenue dans son recours à la force. Les tensions se sont apaisées après la victoire écrasante des candidats pro-démocratie aux élections des conseils de district.

Maintenant, au septième mois de la campagne, les manifestants doivent répondre à des questions importantes : où va le mouvement maintenant ? Peut-il être maintenu ou va-t-il s’éteindre comme le mouvement des parapluies ?

« Maintenant, c’est un tournant critique […] Il est possible que les protestations se calment […] il est peut-être temps d’être prêt pour un combat à long terme, à partir de différents aspects de la société », a déclaré Mme Mockingjay, une étudiante de l’université de Hong Kong (HKU). Comme de nombreux manifestants, elle a choisi d’utiliser un pseudonyme par crainte de représailles de la part des autorités.

Nombreux sont ceux qui demandent que les protestations entrent dans la vie quotidienne, en choisissant par exemple de fréquenter les restaurants et les magasins qui soutiennent les protestations. Certains, comme Ventus Lau, pensent que des tactiques plus radicales doivent coexister avec les marches et les rassemblements pacifiques qu’il a aidé à organiser.

« Même si vous organisez des rassemblements tous les jours, ce gouvernement ne se souciera pas de vous », comme en témoignent ces derniers mois, a déclaré M. Lau. « Nous avons besoin de choses qui peuvent menacer cette administration afin de gagner cette guerre. »

Quant aux mesures concrètes pour l’avenir, personne n’avait de réponse claire. La plupart ont simplement parlé d’un désir inébranlable de persister jusqu’à ce que toutes les demandes soient satisfaites.

« Comme pour un match de football, il faut juste que le jeu continue », a déclaré M. Lau.

La demande la plus importante est celle du suffrage universel, car le régime chinois a déjà déclaré qu’il n’autoriserait pas l’élection du plus haut responsable de la ville sans que Pékin ait examiné les candidats.

Mais « sans un changement fondamental du système électoral, le gouvernement de Hong Kong ne pourra pas écouter les demandes de la population et devra toujours obéir au gouvernement chinois », a déclaré Mme Mockingjay.

Sans une véritable démocratie, « les problèmes de Hong Kong sont comme une bombe à retardement et vous ne savez pas quand elle explosera », a déclaré M. Lau.

Lors d’un récent débat organisé par les étudiants de HKU, visant à aider leurs camarades de classe internationaux à comprendre les protestations en cours, les étudiants protestataires ont lancé un débat sur l’avenir de leur pays, sur les failles de l’activisme pro-démocratique passé et sur la façon dont le mouvement devrait progresser.

Il y a eu un changement indéniable depuis le début des protestations : les Hongkongais sont maintenant plus conscients politiquement que jamais auparavant. Mme Mockingjay a déclaré que ses amis, qui avaient l’habitude d’afficher sur les médias sociaux des messages sur la socialisation et l’alimentation, commentent maintenant constamment les manifestations.

H., une étudiante en quatrième année d’ingénierie qui a souhaitait rester anonyme, a déclaré que les Hongkongais évitaient autrefois de parler de politique. Mais avec ce mouvement, « même si vous ne cherchez pas la politique, la politique vous trouve ».

Les chances sont grandes, et M. Lau voit de l’espoir dans la persévérance du peuple.

« Nous croyons toujours que Hong Kong est un lieu de liberté. Nous n’oublierons jamais cela. »

Le grand-père de H avait fui la Chine continentale pour se réfugier à Hong Kong, considérant la ville comme un refuge contre le contrôle communiste. « Je ne veux pas voir Hong Kong rendue au Parti communiste chinois, surtout pas si facilement », a-t-il déclaré.

RECOMMANDÉ