30 ans après la chute du mur de Berlin, le communisme est toujours parmi nous

Par Emel Akan
9 novembre 2019 Mis à jour: 9 novembre 2019

WASHINGTON – Cela fait 30 ans que le monde entier a regardé dans l’émerveillement et les larmes alors que des milliers de personnes aidaient à abattre le mur de Berlin avec des marteaux et des haches.

Le mur physique – une barrière de béton de 156 km de long, placé sous surveillance, qui divisait Berlin – s’est rapidement effondré, tout comme le rideau de fer, symbole de la division idéologique entre l’Est et l’Ouest.

Beaucoup étaient optimistes et croyaient que le communisme était devenu une relique du passé. Mais aujourd’hui, une personne sur cinq dans le monde vit encore sous une dictature communiste. En outre, le communisme gagne du terrain à l’échelle mondiale et constitue une menace pour les démocraties occidentales.

Le 9 novembre marque le 30e anniversaire de la chute du mur de Berlin, qui a ouvert la voie à la réunification de l’Allemagne. Cet événement historique a déclenché des changements radicaux dans le monde, notamment la défaite des régimes communistes en Europe, la chute de l’Union soviétique et la conclusion pacifique de la guerre froide qui a duré un demi-siècle.

S’exprimant lors de la conférence sur le thème des leçons apprises depuis la chute du mur de Berlin il y a 30 ans, organisée par le Conseil de l’Atlantique le 6 novembre, l’ancien secrétaire d’État James Baker a déclaré que les présidents des États-Unis, de Harry Truman à George H.W. Bush, ont joué un rôle important dans la défaite du communisme.

« Tous les présidents américains depuis Truman ont joué un rôle indispensable, mais par-dessus tout, c’est l’esprit d’endurance des citoyens des nations captives qui a finalement gardé les voiles tournées vers la liberté », a-t-il déclaré.

En un siècle, le communisme a établi des dictatures massives en Union soviétique et en Chine, et plus de 100 millions de personnes sont mortes sous les mains de l’idéologie. Aujourd’hui, la Chine, le Laos, le Vietnam, la Corée du Nord et Cuba ont toujours une dictature communiste à parti unique.

Le mois dernier, la Chine a dépassé l’Union soviétique en tant que régime communiste le plus ancien de l’histoire.

Trente ans après la chute du mur de Berlin, « nous sommes encore sous le choc de la croissance d’un ‘régime totalitaire antidémocratique’ à Pékin », a déclaré Marion Smith, directeur exécutif de la Fondation du Mémorial des victimes du communisme.

Selon Marion Smith, l’une des principales leçons tirées de l’effondrement du mur est que les gens partout dans le monde souhaitent vivre libres et que le même triomphe de la liberté peut se produire pour les gens comme il y a 30 ans pour les Allemands et les Européens.

Cependant, le simple désir de liberté et de démocratie ne suffira pas, a-t-il affirmé.

« Nous devons être très clairs sur le fait que le Parti communiste chinois – et nous le voyons dans toute la Chine continentale – est toujours prêt à tuer son propre peuple pour rester au pouvoir », a-t-il expliqué en faisant référence aux événements du Xinjiang et de Hong-Kong.

Quelques mois avant la chute du mur de Berlin, des manifestants chinois, pour la plupart des étudiants, ont appelé à la démocratie sur la place Tiananmen, mais ont été écrasés par une importante répression militaire. C’est pourquoi les résultats des mouvements en faveur de la démocratie en Chine et dans l’ensemble du bloc de l’Est en 1989 n’ont pas été les mêmes, a expliqué M. Smith.

M. Smith a également critiqué la politique étrangère des États-Unis à l’égard de la Chine dans les années 1980, qui a donné plus de pouvoir à Pékin.

Une vue de l’est montre les Berlinois rassemblés sur le mur de Berlin pour célébrer le nouvel an et la fin effective de la partition de la ville le 31 décembre 1989. (Steve Eason / Archives Hulton / Getty Images)

« Dans les années 80, les États-Unis ont accepté une sorte d’accord selon lequel notre principal adversaire était l’Union soviétique et notre ami et aspiration était la république populaire de Chine », a-t-il précisé, jugeant cela malheureux.

« Il est dommage qu’après l’effondrement de l’Union soviétique et la dissolution de l’Union soviétique en 1991, nous n’ayons pas jeté un regard neuf sur nos relations avec la république populaire de Chine. »

Le retour du communisme

Des sondages récents montrent que le communisme est de plus en plus populaire aux États-Unis. Plus d’une personne appartenant à la génération du millénaire sur trois voit le communisme d’un œil favorable et perçoit le capitalisme et le communisme comme étant tout aussi violents.

Le soutien au communisme parmi les jeunes générations a augmenté de près de 10 % au cours de l’année écoulée.

« Je pense que c’est un problème d’éducation », a avancé Marion Smith. « L’un des rôles les plus importants d’une bonne éducation est certainement d’apprendre certaines des leçons horribles et durement acquises du siècle dernier, qui est que les idées erronées, les idéologies violentes du fascisme et du marxisme ont échoué. »

Les fragments du mur

« Un nombre croissant de personnes aux États-Unis croient que le socialisme et le communisme sont glorieux, mais ne se sont probablement jamais rendues dans les pays qui les ont pratiqués », a déclaré Art Harman, qui a assisté à la chute du mur à Berlin en 1989.

Inspiré par la couverture télévisée en direct des événements de Berlin le 9 novembre 1989, Art Harman et deux de ses amis ont décidé de prendre l’avion pour l’Allemagne depuis Washington et de rejoindre la foule à Berlin. Dans une ambiance de fête, ils ont aidé à ébrécher des morceaux de mur avec des marteaux et des burins.

« C’était comme de la musique magique. La musique de la liberté », écrira-t-il plus tard dans son blog.

Il a rapporté des milliers de morceaux du mur aux États-Unis et les a vendus à des gens du monde entier, y compris des Allemands, a-t-il confirmé dans une interview.

Là-bas, Art Harman a été très touché par le changement rapide d’humeur des gardes-frontières est-allemands, qui avaient « les plus grands sourires sur leur visage ».

« Avant, leur travail consistait simplement à s’asseoir là, le doigt sur la gâchette », a-t-il raconté. « Pour la première fois, ils n’avaient pas à faire cela. Et je pense que pour eux, c’était si libérateur et spirituellement bénéfique. »

Selon Harman, il y a des leçons à tirer de la chute du mur de Berlin.

« Aussi répressif que soit votre gouvernement aujourd’hui, cela peut changer en un clin d’œil », a-t-il déclaré.

« Quelques années avant l’ouverture du mur, l’Union soviétique paraissait aussi forte que le fer », a-t-il ajouté, laissant entendre que le régime soviétique était au sommet de sa puissance militaire.

Voir cet « effondrement sans effusion de sang » était « si miraculeux », a-t-il noté, ajoutant que la même chose pourrait se produire en Chine, au Venezuela, à Cuba et en Iran aujourd’hui.

Emel Akan est journaliste à la Maison-Blanche à Washington. Auparavant, elle a travaillé dans le secteur financier comme banquière d’affaires chez JPMorgan et comme consultante chez PwC. Elle est titulaire d’une maîtrise en administration des affaires de l’université de Georgetown.

RECOMMANDÉ