31 ans plus tard, des militants chinois racontent la tragédie du massacre de la place Tiananmen

Par Eva Fu
5 juin 2020
Mis à jour: 5 juin 2020

Le premier camion blindé est apparu vers 23 heures le 3 juin 1989. Vers 1 h 30, des coups de feu ont été tirés. Le bruit des coups de feu a continué toute la nuit alors que les chars arrivaient, écrasant les personnes et les objets qui se trouvaient sur leur chemin.

C’était une nuit de chaos sur la place Tian’anmen : les balles volaient au-dessus des têtes alors que les gens tombaient comme des mouches, et les manifestants paniqués mettaient des corps inanimés sur des vélos, des bus et des ambulances pour les évacuer. On estime que des milliers de manifestants pro-démocratie sont morts.

Lily Zhang était infirmière en chef dans un hôpital de Pékin, à environ 15 minutes de marche de la place de la ville. Elle s’est réveillée au son des coups de feu. Une autre infirmière, en sanglotant, lui a dit qu’ « à l’hôpital », la mare de sang des manifestants blessés « formait une rivière ».

Trois décennies plus tard, l’effusion de sang connue sous le nom de massacre de la place Tian’anmen continue de hanter les survivants, dont beaucoup ont fui la Chine communiste pour plus de liberté. Ils espèrent qu’en parlant de ce qui s’est passé ce jour-là, le public se souviendra toujours de ce qui a été perdu.

« C’est le moins que je puisse faire pour ma patrie », a déclaré Daniel Lou, aujourd’hui homme d’affaires à New York, dans une interview.

Nuit fatidique

Les manifestations de la place Tian’anmen, un mouvement de jeunesse prônant des réformes démocratiques qui s’est formé en 1989, sont devenues un sujet tabou en Chine. À ce jour, le régime communiste chinois ne révèle ni le nombre ni le nom des personnes tuées lors de la répression.

Lily Zhang, qui était restée sur la place pour s’occuper des étudiants en grève de la faim jusqu’à la nuit du 3 juin, s’est précipitée à l’hôpital le matin en apprenant le massacre. Elle a été horrifiée lorsqu’elle est arrivée à l’hôpital pour y trouver une scène de « zone de guerre ».

Un manifestant de Pékin bloque le chemin d’un convoi de chars le long de l’avenue de la Paix éternelle près de la place Tiananmen. Depuis des semaines, les Chinois manifestent pour la liberté d’expression et de presse. (©Getty Images | Bettmann)

Dès le début de la répression, les ambulances des 30 hôpitaux de la ville ont été mobilisées. Les étudiants blessés ont rempli tous les lits d’hôpitaux, certains devant être partagés par deux personnes. Leur sang a taché le sol du hall, les couloirs et les escaliers. À l’hôpital de Lily Zhang, au moins 18 personnes étaient déjà mortes avant leur arrivée dans l’établissement.

Les soldats ont utilisé des balles « dum-dum », qui se dilatent à l’intérieur du corps et infligent des dommages supplémentaires, a noté Lily. Beaucoup ont été gravement blessés et saignaient si abondamment qu’il était « impossible de les ranimer ».

À l’entrée de l’hôpital, un journaliste gravement blessé du journal d’État, China Sports Daily, a déclaré aux deux soignants qui le portaient qu’il « n’imaginait pas que le Parti communiste chinois ouvrirait vraiment le feu ».

« Abattre des étudiants non armés et des simples citoyens – quel genre de parti au pouvoir est-ce ? » ont été les derniers mots qu’il a laissés au monde, a rappelé Lily Zhang.

Journaliste au magazine d’information national Beijing Review à l’époque, Daniel Lou se tenait dans une rue voisine, regardant se dérouler ce qu’il appelait une « nuit fatidique » avec le sentiment d’être témoin d’un moment historique.

« C’est une tragédie », a-t-il déclaré, ajoutant que c’était « le début du déclin moral de la Chine. »

« Le gouvernement chinois dirigé par les communistes a tourné le dos à son propre peuple », a déclaré Daniel Lou. « Ceux qui ont fait des sacrifices ont été punis au lieu d’être récompensés. Quel message le pays envoie-t-il à son propre peuple ? » De nombreux militants étudiants impliqués dans le mouvement ont été emprisonnés à la suite du massacre.

Zhou Fengsuo, un leader étudiant pendant les manifestations, a compté 40 cadavres aux premières heures du 4 juin alors qu’il marchait de la place Tian’anmen à l’université Tsinghua, où il étudiait.

Avant de quitter la place, Zhou a fait un bref discours dans lequel il a promis que les manifestants pro-démocratie feront de nouveau parler d’eux un jour. « J’ai eu le sentiment que lorsque le régime a eu recours à la violence contre les gens, ils ont perdu leur supériorité morale », a-t-il déclaré au journal Epoch Times.

Lily Zhang, qui avait 28 ans à l’époque et qui avait été désignée par le gouvernement local comme une « travailleuse modèle », pensait qu’elle allait « aimer résolument la nation et le Parti ». Mais ce jour-là, elle a pleuré avec ses collègues, disant que ce spectacle de désolation lui avait « refroidi le cœur ».

« Je ne pensais pas que ce gouvernement était comme ça », a-t-elle dit.

Les répercussions

Le sentiment de méfiance ne s’est approfondi qu’après que les responsables chinois ont rapidement dénoncé les manifestants comme des émeutiers, et affirmé que « personne n’a été abattu pendant la suppression [de la manifestation] de place Tian’anmen ».

La rafle gouvernementale a eu lieu peu après.

Zhou Fengsuo, étudiant dans une université de premier plan, a passé un an en prison et n’a pas été autorisé à reprendre ses études.

À l’hôpital de Lily Zhang, une réunion a été organisée, demandant à tout le monde de « prendre position » en déclarant qu’il n’y avait pas eu de morts. Mais le personnel a refusé de participer à la réunion.

« Nous avons tous pensé : qui peut prononcer de telles paroles contre sa conscience ? » a-t-elle dit.

Deux éminents présentateurs d’informations de la chaîne publique CCTV ont été rétrogradés et démis de leurs fonctions après avoir porté du noir lors du reportage sur le massacre du 4 juin. Le rédacteur en chef de la Beijing Review a également démissionné pour protéger son personnel, qui avait auparavant organisé des manifestations pacifiques pour soutenir les étudiants. Néanmoins, Daniel Lou est devenu une « cible clé » et a fait l’objet d’une enquête pour son « rôle » dans le mouvement.

Tous trois ont depuis lors fait route vers les États-Unis, ne voyant aucun espoir dans un avenir sous la Chine communiste.

Les participants tiennent des bougies alors que la statue de la déesse de la démocratie (au centre) est aperçue dans le parc Victoria de Hong Kong le 4 juin 2017, lors d’une veillée aux chandelles pour marquer le 28e anniversaire de la répression du mouvement étudiant sur la place Tian’anmen à Pékin en 1989. (Anthony Wallace/AFP via Getty Images)

Mémoire

La répression, selon les témoins, rappelle la brutalité du régime chinois. Aujourd’hui, elle est mise en évidence par la dissimulation par les autorités de l’épidémie du virus du PCC *, qui a fait souffrir le monde entier, ont-ils déclaré.

« Un régime totalitaire fera du tort à tous », a déclaré Zhou Fengsuo.

Kenneth Lam, qui s’est rendu à Pékin pour participer aux manifestations en mai 1989 et y est resté jusqu’au 4 juin, était assis sur un monument au centre de la place ce matin-là lorsque des soldats armés sont arrivés en courant. Les manifestants de Pékin ont réussi à l’éloigner. L’appelant par le surnom de « Xiao Qiang », ils lui ont demandé de « revenir vivant, et de raconter cela au monde ».

Travaillant comme avocat bénévole pour les manifestants de Hong Kong l’année dernière, Kenneth Lam a constaté une similitude dans la volonté des manifestants des deux mouvements de sacrifier leur avenir pour le plus grand bien de tous.

Les étudiants de l’Université de Pékin se détendent alors que plusieurs centaines d’étudiants entament une grève de la faim illimitée dans le cadre des manifestations de masse pro-démocratie contre le gouvernement chinois sur la place Tian’anmen le 14 mai 1989. (Catherine Henriette/AFP via Getty Images)

Sur la place Tian’anmen, des centaines de personnes ont revêtu des foulards rouges pour participer à une grève de la faim, tandis qu’à Hong Kong, de jeunes manifestants descendent dans la rue pour sauvegarder l’autonomie et les libertés de la ville, mettant en jeu leur sécurité et leur future carrière, a déclaré M. Lam.

« C’est un côté très radieux et très beau de la nature humaine », a-t-il déclaré.

Cette « similitude frappante » 31 ans plus tard, a déclaré M. Lam, est la preuve qu’il y a quelque chose de plus durable à l’intérieur de l’être humain que le pouvoir et la coercition.

« Un régime autoritaire ne peut jamais écraser le côté positif de la nature humaine », a-t-il déclaré.

Cet article a été mis à jour afin de décrire plus précisément ce qui est arrivé aux deux présentateurs de télévision de CCTV.

HONG KONG : CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR

* Epoch Times qualifie le nouveau coronavirus, à l’origine de la maladie Covid-19, de « virus du PCC » parce que la dissimulation et la mauvaise gestion du Parti communiste chinois ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ