36.000 kilos de bombes ont été largués sur une île devenue un refuge de l’organisation terroriste État islamique

Par Samuel Allegri
12 septembre 2019 Mis à jour: 12 septembre 2019

Les forces américaines et de la coalition ont largué environ 36.000 kilos de bombes à guidage laser sur une île «infestée» par l’organisation terroriste État islamique (appelé EI en français, ISIS en anglais ou Daesh en arabe), qui serait devenue un refuge pour le groupe terroriste.

Des images des affrontements contre les terroristes islamistes au Moyen-Orient montrent des explosions massives dans toute l’île de Qanus le matin du 10 septembre.

L’opération Inherent Resolve – la coalition qui lutte contre les forces terroristes, a publié un communiqué dans lequel elle affirme qu’elle « prive à Daesh la possibilité de se cacher sur l’île de Qanus ».

Le commandant de la coalition, le major-général Eric T. Hill, a poursuivi en disant : « Nous mettons en place les conditions pour que nos forces partenaires continuent à apporter la stabilité dans la région. »

Voici la vidéo :

Des chasseurs-bombardiers F-15 et F-35 américains ont visé l’île de Qanus, située près de la province de Salah ad Din, au nord de Bagdad, près du fleuve Tigre.

La coalition estime que l’île est un « centre de transit majeur » pour l’organisation terroriste État islamique.

« Des opérations de dégagement au sol sont actuellement menées par le 2e bataillon des forces d’opérations spéciales irakiennes en vue de détruire cet important centre de transit des membres de l’EI, qui se déplacent de Syrie et du désert de Jazeera vers Mossoul, Makhmour et la région de Kirkouk en Irak« , a indiqué la coalition, selon ABC.

« Nous refusons à Daesh la possibilité de se cacher sur l’île de Qanus », a déclaré le Général de division Hill, « Nous mettons en place les conditions pour que nos forces partenaires continuent à apporter la stabilité dans la région ».

Daesh est l’acronyme arabe du groupe terroriste EI (venant de EIIL (État islamique en Irak et au Levant) ou EIIS (État islamique en Irak et en Syrie), décrit en anglais comme étant ISIS (Islamic State of Iraq and Sham).

Après avoir perdu le califat autoproclamé en Irak et en Syrie, les membres de l’EI ont essayé de se regrouper et de se réorganiser, a déclaré le général de brigade William Seely, commandant américain de la Force opérationnelle en Irak à Bagdad, selon ABC.

« Lorsqu’ils se sont retirés en Syrie, ils se sont tournés vers leur avenir. Ils ont alors commencé à envoyer des combattants, à envoyer de la logistique, à envoyer des groupes de personnes pour retourner dans des camps (de personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays) ou dans des camps de réfugiés puis ils ont essayé de se fondre dans la masse », a déclaré William Seely. « Ils essaient de mettre en place une logistique. Ils essaient de mener des opérations. Ils essaient de refinancer leurs opérations. »

Selon Fox, plus de 200 bombes ont été larguées sur EI en août et environ 5 000 en août 2017, au plus fort de l’intervention militaire américaine.

Le président Donald Trump a annoncé sur Twitter qu’il avait annulé une réunion secrète à Camp David en raison d’une attaque à Kaboul. Un soldat américain et 11 autres personnes sont morts dans l’attaque, qui était supposée être une tentative de créer un «faux levier».

« Quel genre de personnes tueraient autant de personnes pour renforcer leur position de négociation ? » a demandé le président.

« Ils n’ont fait qu’empirer les choses ! S’ils ne peuvent pas accepter un cessez-le-feu pendant ces pourparlers de paix très importants, et qu’ils tuent en plus 12 personnes innocentes, ils n’ont probablement pas la capacité de négocier un accord significatif. Combien de décennies encore vont-ils passer à se battre ? »

RECOMMANDÉ