400 chevaux sont sauvés de l’horreur dans un champ – ils étaient en état de malnutrition et à l’agonie

Par Julian Bertone
10 septembre 2019 Mis à jour: 10 septembre 2019

Avertissement : cet article contient des images et des vidéos dérangeantes.

Dans un scénario d’horreur dénoncé par une ONG, la police a secouru plus de 400 chevaux détenus sur une propriété de l’arrondissement Ezeiza de la province de Buenos Aires, en Argentine. Les animaux se trouvaient dans des conditions déplorables de mauvais traitements et de malnutrition.

Selon ce que des groupes de protection des animaux ont révélé au média argentin Infobae, dans le champ de 460 hectares où les chevaux ont été secourus, environ 25 d’entre eux ont été retrouvés morts, et une vingtaine d’autres sont morts par la suite.

La situation a été connue à la suite d’une perquisition à laquelle la police de Buenos Aires a participé à la fin du mois d’août, après qu’une femme a porté plainte auprès du ministère de la Sécurité, assurant que les animaux étaient apparemment volés, maltraités et mal nourris, ce qui s’est avéré vrai par la suite, selon différents médias.

L’opération, commandée par la Surintendance de la sécurité rurale, a impliqué un grand nombre d’effectifs, y compris des commandements de la Prévention rurale de la région, l’Escadron de cavalerie de La Matanza et la Direction vétérinaire de la police.

Le Centre de sauvetage et de réhabilitation équine (CRRE) et l’ONG Caballos de Quilmes étaient chargés de soulager les animaux et de compter le nombre de morts ainsi que de chevaux souffrant de malnutrition, un nombre qui s’est élevé à plus de 100.

Les propriétaires de la ferme, Raúl Edgardo Onorato, et son fils, hommes d’affaires impliqués dans l’achat et la vente de chevaux, ont été traduits en justice, selon l’agence de presse argentine Télam.

La chaîne de télévision Telenueve rapporte que, d’après ce qu’elle a pu découvrir, le propriétaire a laissé les chevaux dans le champ « au bon cœur de Dieu ». Les animaux ont commencé à se reproduire, mais il n’y avait pas les installations nécessaires pour assurer leur bonne santé ni leur subsistance en termes de pâturages, d’abreuvoirs et de main d’oeuvre.

Compte tenu de la complexité et de l’ampleur de l’enquête, peu d’informations ont été dévoilées jusqu’à présent sur cette histoire. L’origine des animaux et la raison pour laquelle ils ont été rassemblés à cet endroit demeurent inconnues.

Pour les sauveteurs, leur destination était « l’abattage et l’exportation de viande à consommer », selon le site d’informations argentin Infobae.

Florencia Sampietro, membre du CRRE, a déclaré au journal argentin Clarín qu’ils savent que certains chevaux ont été volés, mais que les gens ne les signalent pas parce qu’ils savent qu’ils ne les retrouveront pas ou qu’ils ne peuvent pas prouver qu’ils en étaient propriétaires. Elle a également expliqué qu’ils ont reçu des menaces et elle a donné des détails qui exposent un problème beaucoup plus important : « Plus de 2 000 personnes nous ont contactés à la recherche de leurs chevaux. Il y a des gens qui les recherchent depuis des années et qui peuvent venir de partout. »

Une pétition a été lancée sur la plateforme Change.org, afin d’obtenir des signatures pour mettre fin à l’abattage des chevaux et sensibiliser le public aux mauvais traitements infligés aux équidés.

« Le cas des chevaux d’Ezeiza a révélé la pointe d’un iceberg de ce que signifie l’abattage équin dans notre pays : des chevaux jetés dans un champ sans contrôle sanitaire, sans eau et sans nourriture. En attente d’une mort certaine », peut-on lire dans la description de la pétition.

Les signatures visent à abolir la loi 24.525 1995 qui déclare d’intérêt national « la promotion, l’encouragement et le développement de la production, de la commercialisation et de l’industrialisation du bétail, de la viande équine, des produits et sous-produits. »

RECOMMANDÉ