5 ingrédients qui empoisonnent votre cerveau

Par Derek Henry
2 janvier 2020 Mis à jour: 2 janvier 2020

Les choses susceptibles de nous rendre fous ne manquent pas dans le monde d’aujourd’hui, mais il y a des choses qui pourraient réussir à le faire dans un délai plus court. Ces ingrédients dérangeants pour les intestins, compromettant le foie et endommageant le cerveau, proviennent du « génie absolu » de l’homme, et ont clairement ruiné notre capacité à penser clairement.

Évitez scrupuleusement ces 5 ingrédients, et constatez combien votre fonction cérébrale s’améliorera :

Le gluten

Le gluten est une molécule protéique courante que l’on trouve dans le blé, l’orge, le seigle, le kamut et l’épeautre. Cette protéine collante se fixe à la paroi de l’intestin grêle, où elle peut causer des troubles du système digestif et immunitaire. La maladie cœliaque est l’affection la plus courante associée à la sensibilité au gluten. Cependant, il existe également une affection appelée non cœliaque, la sensibilité au gluten (SNCG), et elle est un facteur important dans les troubles inflammatoires du cerveau et du système nerveux.

Des études ont montré de nombreuses associations entre la sensibilité au gluten et des troubles dans toutes les parties du système neurologique, y compris le cerveau, la moelle épinière et les nerfs périphériques. Il a été démontré que le gluten est un facteur déclencheur important dans les troubles psychiatriques, les troubles cognitifs, la démence et pratiquement tous les autres troubles neurologiques.

(Shutterstock)

Les édulcorants artificiels

Que ce soit l’aspartame (maintenant appelé aussi AminoSweet), le sucralose (la marque Splenda, dont la publicité est interdite en France mais qui est utilisée dans la restauration) ou la saccharine (la marque américaine Sweet ‘N Low, introduite en 2000 en France), les édulcorants artificiels si populaires en raison de leur commercialisation sans calorie, empoisonnent les cerveaux depuis des décennies. L’aspartame est une combinaison de produits chimiques, à savoir l’acide aspartique (un acide aminé ayant des effets excitants sur les cellules du cerveau), le méthanol et la phénylalanine, et lorsqu’il est décomposé, il produit un composé qui est un puissant produit chimique provoquant des tumeurs au cerveau.

La consommation d’aspartame provoque divers symptômes, notamment des crises d’anxiété, des troubles de l’élocution, la dépression et des migraines. On le trouve, ainsi que d’autres édulcorants artificiels, dans les sodas, le yogourt, la gomme à mâcher, les sauces de cuisson, les édulcorants de table, l’eau aromatisée, les céréales et les produits sans sucre.

Le glutamate monosodique (GMS)

Le GMS est une forme de sel concentré ajouté aux aliments pour en rehausser la saveur. Il trompe les papilles gustatives et le cerveau en leur faisant croire que les aliments ont un goût délicieux, mais comme il s’agit d’une excitotoxine, il incite le cerveau à produire des quantités excessives de dopamine, une hormone qui procure une sensation de bien-être. Malheureusement, les bons sentiments ne durent pas, mais les effets secondaires, si. Les excitotoxines ont été liées à des lésions cérébrales et à d’autres maladies neurologiques, notamment la maladie de Parkinson, la maladie d’Alzheimer, la démence, la sclérose en plaques, le lupus et bien d’autres.

Soyez à l’affût du GMS dans tous les produits transformés, y compris les collations « santé », les vinaigrettes, la sauce barbecue, les cubes de bouillon, les soupes et les légumes en conserve.

Le sucre raffiné

Le sucre raffiné est devenu l’un des ingrédients les plus prolifiques de notre alimentation, et l’un des plus dangereux. Sa consommation constante a été liée à de nombreux problèmes de santé différents, qui ont tous un effet négatif sur le cerveau.

La consommation de sucre raffiné supprime le facteur neurotrophique dérivé du cerveau, ou BDNF, une hormone de croissance très importante pour le cerveau. Ce facteur déclenche de nouvelles connexions entre les neurones du cerveau qui sont vitales pour les fonctions de la mémoire. Des études ont montré que les taux de BDNF sont faibles chez les patients souffrant de dépression et de schizophrénie, et la consommation de sucre pourrait exacerber ces conditions en contribuant davantage à ces faibles taux.

Le sucre raffiné augmente également l’inflammation, ce qui peut perturber les systèmes digestif et immunitaire. Si cette inflammation est chronique, elle peut entraîner un risque accru de dépression et de schizophrénie. Le Dr Ilardi, professeur agrégé de psychologie à l’université du Kansas, encourage les patients dépressifs à éliminer le sucre raffiné de leur alimentation, et ceux qui étaient prêts à s’y conformer ont signalé des améliorations importantes de la clarté mentale et de l’humeur.

(Shutterstock)

Le fluorure

La décision d’ajouter du fluorure à l’eau potable publique a peut-être eu l’un des effets les plus dangereux et les plus répandus sur notre santé globale, et plus particulièrement sur le cerveau.

Le Réseau de lutte contre le fluorure (FAN) a fait état d’une étude qui a révélé que le fluorure était lié à un QI plus faible, même dans les plages ajoutées aux réserves d’eau des États-Unis. Une étude parrainée par l’UNICEF a révélé que le QI était réduit dès 0,88 mg/l de fluorure, un niveau qui est ajouté aux systèmes d’eau potable américains et considéré comme se situant dans la fourchette optimale.

La FAN a également déclaré que 34 études établissent maintenant un lien entre le fluorure et la baisse du QI chez les humains, tandis que d’autres études le lient à des troubles de l’apprentissage et de la mémoire, à des lésions cérébrales chez le fœtus et à une altération des fonctions neurocomportementales.

Ces 5 ingrédients peuvent être relativement faciles à éviter avec une bonne motivation et des connaissances adéquates. Cependant, cela peut être plus difficile pour certains d’entre eux.

*Image du « cerveau » via Shutterstock

Derek Henry est coach en santé holistique pour la guérison du corps.

RECOMMANDÉ