5 pratiquants de Falun Gong persécutés à mort dans les prisons chinoises

Par Li Chen
6 mai 2021
Mis à jour: 10 mai 2021

En moins d’un mois, du 14 mars au 12 avril, au moins cinq pratiquants de Falun Gong de Chine continentale ont été directement persécutés à mort dans les prisons et autres lieux de détention du Parti communiste chinois (PCC).

Le Falun Gong, également connu sous le nom de Falun Dafa, est une pratique spirituelle ancrée dans la tradition bouddhiste qui a attiré 70 à 100 millions de pratiquants à la fin des années 1990. Les pratiquants viennent de tous les horizons, du gouvernement central aux familles ordinaires.

Craignant sa popularité, le 20 juillet 1999, Jiang Zemin, alors chef du Parti, a lancé une campagne de suppression du Falun Gong. Depuis lors, des millions de personnes en Chine ont été licenciées, renvoyées de l’école, emprisonnées, torturées ou tuées pour leur pratique de Falun Gong, selon le Falun Dafa Information Center.

Un ouvrier du bâtiment

Lu Guanru était un ancien employé de la Société de construction de logements du Bureau administratif du pétrole de Daqing et était chargé de la planification des coûts de construction des logements. Il a commencé à pratiquer le Falun Gong en 1994 et a été récompensé comme travailleur avancé chaque année pour son travail.

Le 9 novembre 2018, la police de la région de Daqing, dans la province du Heilongjiang, a arrêté plus de 60 pratiquants de Falun Gong, dont Lu, et a fait une descente au domicile de près de 100 personnes, selon un rapport de Minghui.

Le pratiquant de Falun Gong Lu Guanru a été persécuté à mort par la prison de Tai Lai à Daqing, dans la province du Heilongjiang, le 4 avril 2021. (Minghui.org)

Minghui est « un site web dédié au reportage sur la communauté du Falun Gong dans le monde », selon l’introduction de son site officiel.

Pendant la période où il était détenu au centre de détention de Daqing, Lu a été nourri de force, ce qui a provoqué des saignements d’estomac, et a été réanimé à l’hôpital à plusieurs reprises.

Selon le rapport du Minghui, Lu « a été soumis à des ligotages, à la congélation et à la torture debout ».

Reconstitution de torture : attaché (Minghui.org)

Le 1er juillet 2019, Lu a été condamné à sept ans d’emprisonnement pour sa foi avec une amende de près de 5 200 euros.

Le 4 avril, il est décédé d’un accident vasculaire cérébral hémorragique dans la prison de Tailai à Daqing, dans la province du Heilongjiang. Il était âgé de 69 ans.

Sa famille soupçonne qu’il a été torturé à mort.

Un colonel à la retraite

Dans la nuit du 12 avril, Gong Piqi, un colonel à la retraite de 66 ans, pratiquant du Falun Gong, a été tué dans la ville de Qingdao, dans la province de Shandong.

Gong Piqi, colonel à la retraite et pratiquant de Falun Gong, a été persécuté à mort dans la prison de Jinan dans la nuit du 12 avril 2021. (Minghui.org)

Gong a commencé à pratiquer le Falun Gong le 15 août 1999, après le début de la persécution.

Lorsque les dirigeants de son unité militaire ont appris que Gong pratiquait le Falun Gong, ils l’ont forcé à prendre une retraite anticipée.

Le 20 juillet 2018, Gong a été condamné à 7 ans et demi de prison pour sa croyance.

Dans la nuit du 12 avril, la famille et les amis de Gong ont été informés qu’il était mort d’une hémorragie cérébrale soudaine. Ils se sont précipités à l’hôpital le lendemain matin, dans l’espoir de voir son corps, mais l’hôpital et la prison leur ont refusé.

La vidéo de surveillance de la prison montre que Gong ne se sentait pas bien le soir de sa mort et qu’il était allongé dans son lit, pendant lequel un médecin de la prison est venu prendre sa tension artérielle, puis est parti sans offrir aucun traitement. Vers 20 h 32 ce soir-là, Gong est tombé sur le sol.

Malgré les vives protestations de la famille de Gong, seuls le frère aîné et le neveu de Gong ont été autorisés à jeter un coup d’œil au corps, mais ils n’ont pas été autorisés à prendre des photos ou des vidéos.

« La tête de M. Gong était blessée et enflée et il y avait du sang dans ses oreilles, selon son frère », a rapporté Minghui.

Une comptable

Mao Kun, une comptable et pratiquante de Falun Gong, a été persécutée à mort par le centre de détention de la ville de Chengdu le 11 avril 2021. (Minghui.org)

Le 10 juillet 2019, un groupe de policiers a fait irruption dans la maison de Mao Kun, une comptable et pratiquante de Falun Gong dans la ville de Chengdu, dans la province du Sichuan. Mao et les cinq pratiquants de Falun Gong qui étaient chez elle pour lui rendre visite ont tous été arrêtés.

« Le bras de Mme Mao a été cassé et son visage a été meurtri lors de l’arrestation violente », indique le rapport de Minghui.

Le 28 décembre 2020, Mme Mao a été condamnée à 11 ans et demi de prison. Elle a déposé un appel au tribunal. L’affaire est toujours en appel.

Le 9 avril, Mao a été emmenée au troisième hôpital du peuple de Chengdu par le centre de détention de la ville de Chengdu pour être réanimée. Le centre de détention a également informé sa famille de demander une libération conditionnelle médicale urgente pour elle.

Le soir du 11 avril, Mao est décédée au troisième hôpital populaire de Chengdu. Elle était âgée de 57 ans.

Un homme de 83 ans

Le 26 mars, Huang Qingdeng, 83 ans, pratiquant de Falun Gong de la ville de Hongqiao dans la province du Zhejiang, est mort après avoir été torturé à la prison n° 2 de Hangzhou.

Vers 14 heures, le 26 mars, Huang a été renvoyé de la prison sous perfusion d’oxygène.

« Son corps entier était noir et bleu. Sa famille a soupçonné qu’on lui ait administré du poison avant de le libérer », a rapporté Minghui.

Huang a été arrêté et son domicile a été perquisitionné le 17 avril 2019, parce qu’il utilisait son téléphone portable pour parler aux gens de la persécution du Falun Gong. Il a été condamné à sept ans de prison par le tribunal municipal de Yueqing.

À la mi-novembre 2020, les responsables de la prison ont appelé et dit à sa famille que Huang était à l’hôpital pour être réanimé. Les médecins ont déclaré que la vie de Huang était en danger. Mais les autorités pénitentiaires ont refusé de libérer Huang sur parole médicale. Il a été détenu jusqu’à sa mort.

Un travailleur hospitalier

Guo Baojun est diplômé de l’université normale de Zhengzhou. Il était autrefois enseignant dans une école primaire et a ensuite travaillé pour l’hôpital du canton de Houzhai. Il a commencé à pratiquer le Falun Gong en 1995. Les gens des villages locaux et de ses unités de travail ont tous dit que Guo était une personne aimable.

En novembre 2019, Guo a été arrêté alors qu’il distribuait du matériel de Falun Gong dans un village local. Le 29 juin 2020, il a été condamné à deux ans de prison.

Pendant plus d’un an, sa famille n’a pas été autorisée à le voir. Le 3 décembre 2020, son fils a reçu un appel téléphonique du centre de détention n° 3 de la ville de Zhengzhou, où il était détenu, disant que Guo Baojun était à l’hôpital.

Ce jour-là, son fils a rencontré Guo, qui avait l’air émacié, selon son fils. Ses paupières étaient sévèrement enflées et gonflées. Il y avait une sonde gastrique dans son nez et un cathéter dans le bas de son corps. Ses pieds étaient attachés avec des menottes de l’épaisseur d’un index.

La famille de Guo n’avait pas été autorisée à le voir depuis la visite de son fils.

Le 14 mars, le centre de détention a informé la famille de Guo Baojun que Guo était décédé.

Le 19 mars, le centre de détention a lu à la famille de Guo une lettre de notification indiquant que Guo était mort d’une insuffisance respiratoire. Les proches ont refusé de signer la lettre de notification et ont demandé un rapport d’autopsie. Mais le centre de détention a refusé et n’a pas permis à la famille de voir le corps de Guo.

La persécution « continue probablement »

Dans son rapport annuel publié en avril, la Commission américaine pour la liberté religieuse internationale (USCIRF) a déclaré que « des milliers de pratiquants de Falun Gong ont été harcelés et arrêtés au cours de l’année 2020 pour avoir pratiqué leur croyance, et certains sont probablement morts des suites des mauvais traitements et des tortures subis en détention. Des rapports internationaux crédibles ont également suggéré que les prélèvements d’organes, y compris sur les pratiquants de Falun Gong, ont probablement continué ».

Le ministère des Affaires étrangères américain a annoncé des sanctions à l’encontre de 17 responsables étrangers pour des violations importantes des droits de l’homme. Huang Yuanxiong, chef de la police du poste de police de Wucun dans la ville de Xiamen, dans la province méridionale du Fujian, a été sanctionné pour son implication dans la détention et l’interrogatoire des pratiquants de Falun Gong.

Lai Jianping, un ancien avocat de Pékin, a déclaré à Epoch Times que la persécution du Falun Gong par le PCC est illégale, « inhumaine et totalement dépourvue de conscience ».

Il a ajouté que les prisons et les institutions connexes impliquées dans la persécution des pratiquants de Falun Gong, qu’il s’agisse de ceux qui ont autorisé la persécution ou de ceux qui l’ont exécutée, finiront par être tenus pour responsables.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ