500.000 utilisateurs rejoignent Parler après l’interdiction de 2 comptes de conservateurs sur Twitter

Par Paula Liu
27 juin 2020
Mis à jour: 28 juin 2020

La plateforme de médias sociaux Parler a reçu 500 000 inscriptions d’utilisateurs après que Twitter a banni et verrouillé de son site des comptes d’utilisateurs conservateurs appréciés, selon de multiples sources.

Les données de mesure des utilisateurs de Parler, acquises par Mediaite, montrent que Parler, qui est actif depuis environ deux ans, a vu sa base d’utilisateurs augmenter d’environ 50 %, portant le nombre total d’utilisateurs à 1,5 million.

L’augmentation des inscriptions est intervenue après que Twitter a exclu de sa plateforme deux personnalités populaires conservatrices, dont l’une est Carpe Donktum, un créateur de contenu bien connu dont le contenu est souvent partagé par le président Donald Trump, et la deuxième personne est Raheem Kassam, un rédacteur en chef de National Pulse, selon Mediaite. Bien que le compte de M. Kassam n’ait pas été banni comme celui de Carpe Donktum, son compte a néanmoins été verrouillé.

En conséquence, de nombreuses personnes ont critiqué Twitter pour avoir injustement restreint des comptes d’utilisateurs à tendance conservatrice. Certains législateurs ont même encouragé d’autres personnes à rejoindre Parler, notamment le sénateur Ted Cruz (républicain-Texas), qui a déclaré qu’il avait également rejoint la plateforme jeudi, qualifiant la plateforme de média social qui comprend ce qu’est la liberté d’expression, selon Mediaite. M. Cruz a un compte sur les deux plateformes

Et le député Matt Gaetz (républicain-Floride) a également rejoint Parler, tout en ayant un compte actif sur Twitter.

Parler, créé en 2018 par John Matze et Jared Thomson, se présente comme l’alternative à Twitter en matière de liberté d’expression. « Les géants de la Big Tech ne sont pas trop grands pour être détruits, en fait, ils sont aveuglés par leur taille/puissance et se font du mal en ciblant idéologiquement des groupes », a déclaré John Matze en 2018, selon les informations diffusées.

Les raisons de l’interdiction et du verrouillage des comptes

National Pulse a fait un rapport sur le verrouillage du compte Twitter de M. Kassam, écrivant que le 20 juin, M. Kassam a partagé un message sur Twitter concernant de multiples agressions au couteau à proximité d’une manifestation de Black Lives Matter. Cependant, trois jours après sa publication, Twitter a averti M. Kassam et lui a dit que son compte était verrouillé.

Twitter a allégué qu’en publiant le tweet, Raheem Kassam avait violé les règles de la plateforme qui interdisent de partager des contenus mettant en scène des personnes décédées « dans lesquels elles meurent parce qu’elles ont l’intention de nuire, ou si le contenu est excessivement sordide ».

M. Kassam a dénoncé les deux poids, deux mesures de Twitter, notamment en ce qui concerne le contenu impliquant George Floyd. Il a déclaré que bien que les vidéos présentant l’affaire Floyd présentent un contenu similaire – toutes représentant des personnes décédées – le contenu et les vidéos concernant George Floyd pouvaient être conservés sur Twitter.

M. Kassam a déclaré au National Pulse : « En tant que VRAI journaliste, vous réfléchissez profondément – à chaque fois – au fait que vous montrez ou non quelque chose que les gens verront ou pas. Tout compte fait, j’ai calculé qu’il y avait de sérieuses nouvelles de dernière minute qui aideraient le public lors d’une attaque terroriste en Angleterre. C’est ce que les gens ont pensé lorsqu’ils ont partagé la vidéo de George Floyd. Ils voulaient que les gens sachent la vérité et l’ont tweeté. Mais pour une raison particulière, la mort de Floyd est maintenue sur Twitter, tandis que la mort de trois hommes blancs aux mains d’un demandeur d’asile libyen doit être effacée ? Les gens peuvent en tirer leurs propres conclusions. »

Carpe Donktum, un créateur de contenu pro-Trump, a en revanche vu son Twitter banni pour violation des droits d’auteur, selon Lacorte News.

Twitter a déclaré à propos de cette affaire : « Selon notre politique en matière de droits d’auteur, nous répondons aux plaintes valables qui nous sont envoyées par un titulaire de droits d’auteur ou ses représentants autorisés. Le compte a été définitivement suspendu pour des violations répétées de cette politique. »

Carpe Donktum a déclaré qu’il respectait toujours les règles relatives aux droits d’auteur.

« J’ai TOUJOURS respecté les règles de retrait pour droits d’auteur, et j’ai soumis des contre-demandes lorsque cela était nécessaire, mais je n’ai JAMAIS téléchargé de contenu qui a été retiré. J’ai respecté les directives communautaires et j’ai suivi les règles. Cela n’a pas d’importance. J’ai été banni pour mon efficacité, et ils ne me regardent même pas dans les yeux en le faisant », a déclaré Carpe Donktum.

En outre, il a déclaré que Twitter ne lui a pas offert d’informations sur la manière de récupérer son compte, ce qui lui fait croire qu’il est définitivement banni de la plateforme.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ