53 nations s’engagent à exclure de leurs réseaux les vendeurs 5G non fiables

Par Ella Kietlinska et Toya Batmunh
29 novembre 2020
Mis à jour: 29 novembre 2020

Le Brésil, l’Équateur et la République dominicaine ont rejoint la semaine dernière l’initiative Clean Network, dirigée par les États-Unis, qui vise à garantir que ses participants n’utilisent que des fournisseurs de confiance dans leurs réseaux 5G, a déclaré mercredi le sous-secrétaire d’État Keith Krach.

« Le Brésil est devenu le 50e membre du Clean Network (réseau propre) suivi par l’Équateur, la République dominicaine, et la Jamaïque est en chemin », a déclaré M. Krach. « En seulement six mois, l’alliance des démocraties de Clean Network a atteint 53 nations et représente les deux tiers du produit intérieur mondial », a déclaré M. Krach dans un communiqué.

Les participants sont tenus d’appliquer des « normes de confiance numérique acceptées au niveau international » à leurs opérateurs de télécommunications, à leurs applications mobiles et à leurs magasins, aux systèmes basés sur le nuage qui stockent des informations personnelles sensibles et la propriété intellectuelle des entreprises, aux câbles reliant le pays à l’Internet mondial et aux chemins de télécommunication.

L’objectif est d’exclure les fournisseurs 5G non fiables « tels que Huawei et ZTE, qui sont tenus de se conformer aux directives du Parti communiste chinois » aux États-Unis et dans les pays participants.

L’alliance s’inscrit dans le cadre de « l’approche globale de l’administration Trump visant à protéger les biens de la nation, notamment la vie privée des citoyens et les informations les plus sensibles des entreprises, contre les intrusions agressives d’acteurs malveillants, tels que le Parti communiste chinois », selon le Ministère.

Le logo de la société chinoise Huawei, visible sur l’écran d’un téléphone portable Huawei à Londres, le 14 juillet 2020 (Daniel Leal-Olivas/AFP via Getty Images)

M. Krach s’est rendu en Amérique latine au début de ce mois pour construire et développer l’alliance Clean Network.

« Avoir le Clean Network est très important pour lutter contre la cybercriminalité, les violations de données et le blanchiment d’argent, ainsi que pour attirer les investissements vers de nouveaux produits et services à valeur ajoutée, qui nécessiteront des solutions innovantes. Un réseau est seulement aussi fort que son maillon le plus faible », a déclaré Augusto Lins, président de Stone, une société brésilienne de 20 milliards de dollars qui fournit des solutions technologiques financières.

« Un réseau 5G propre ne concerne pas seulement les téléphones portables, mais aussi les processus de fabrication essentiels, les plateformes pétrolières et gazières, les réseaux électriques, les systèmes d’assainissement et l’Internet des objets. Le Clean Network contribuera à garantir que les infrastructures essentielles du Brésil – électricité, transport et systèmes d’assainissement – sont sûres et fiables », a déclaré Siemens Brésil, une division d’une multinationale technologique.

« Le Clean Network nous aidera à faire du Brésil une plate-forme d’exportation fiable, en élargissant le marché brésilien de 200 millions de consommateurs à 500 millions de consommateurs potentiels », a déclaré la société.

M. Krach, avec ses homologues brésilien et japonais, a également lancé un nouveau forum trilatéral appelé Japan-U.S.-Brazil Exchange. L’un de ses objectifs est d’étendre la coopération économique et les investissements étrangers, y compris la coopération pour le développement de « réseaux 5G transparents et sûrs, basés sur le fondement d’une concurrence libre et loyale, la transparence et l’État de droit, en accord avec leur législation nationale, leurs priorités politiques et leurs obligations internationales », selon une déclaration commune.

En Équateur, M. Krach a rencontré le président équatorien Lenin Moreno pour discuter des mesures à prendre pour inciter les investissements du secteur privé américain en Équateur, selon une déclaration. M. Moreno a déjà mis en œuvre en Équateur les réformes nécessaires pour relever les défis économiques.

Le ministre équatorien des Télécommunications, Andrés Michelena, a déclaré qu’il était important de protéger les infrastructures de télécommunications du pays ainsi que les données personnelles et la vie privée de ses citoyens.

« L’Équateur a également réitéré son engagement à unir ses efforts dans la poursuite d’un Internet mondial ouvert et sécurisé, fondé sur les valeurs démocratiques et le respect des droits de l’homme », a déclaré M. Michelena dans la déclaration. « L’Équateur soutient les principes de l’initiative Clean Network. »

M. Krach a également discuté de la sécurité du réseau avec des représentants des opérateurs de télécommunications mobiles équatoriens.

Le ministre des Affaires étrangères de la République dominicaine, Roberto Alvarez, a déclaré dans une déclaration : « Il est essentiel que les données qui transitent par l’infrastructure 5G de la République dominicaine restent sécurisées. Le réseau propre fournit aux pays et aux entreprises une base fiable pour garantir la sécurité de leurs informations les plus sensibles. »

M. Krach s’est également rendu au Chili et a déclaré que son gouvernement « se rapproche d’une décision sur le Clean Network » et que les dirigeants du secteur privé chilien comprennent l’importance cruciale de la sécurité des données.

M. Krach a également discuté de la sécurité du réseau avec des représentants des opérateurs de télécommunications mobiles équatoriens.

Le ministre des Affaires étrangères de la République dominicaine, Roberto Alvarez, a déclaré : « Il est essentiel que les données qui transitent par l’infrastructure 5G de la République dominicaine restent sécurisées. Le réseau propre fournit aux pays et aux entreprises une base fiable pour garantir la sécurité de leurs informations les plus sensibles. »

M. Krach s’est également rendu au Chili et a déclaré que son gouvernement « se rapproche d’une décision sur le Clean Network » et que les dirigeants du secteur privé chilien comprennent l’importance de sécuriser l’infrastructure 5G pour protéger leurs industries et leurs clients.

Au Panama, M. Krach a rencontré le ministre des Affaires étrangères Alejandro Ferrer ainsi que d’autres hauts responsables des finances, de la sécurité et des télécommunications. « Le Panama s’est positionné comme un pôle d’innovation en Amérique centrale », a ajouté M. Krach.

Sur cette photo prise le 27 juin 2020, un homme passe devant une affiche publicitaire pour le dernier smartphone de la société de télécommunications chinoise Huawei à Tokyo. (KAZUHIRO NOGI/AFP via Getty Images)

Clean Network

Lorsque l’initiative Clean Network a été lancée il y a six mois, « il semblait trop tard pour empêcher la Huawei du Parti communiste chinois de s’intégrer profondément dans la prochaine génération de télécommunications mondiales », a déclaré M. Krach lors d’une conférence de presse mercredi.

Huawei, une entreprise chinoise de technologie des télécommunications, avait à l’époque « 91 contrats commerciaux dans le monde entier, dont 47 en Europe », a déclaré M. Krach.

Et l’élan du Clean Network a recueilli un soutien international et bipartisan écrasant.

Actuellement, 27 des 30 alliés de l’OTAN font partie du Clean Network, 26 des 27 membres de l’Union européenne et 31 des 37 pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) ont rejoint le réseau.

Des pays à la pointe de la technologie comme le Japon, Israël, l’Australie, Singapour, Taïwan, le Canada, le Vietnam et l’Inde ont également rejoint l’initiative.

En outre, le réseau propre comprend 180 fournisseurs de services de télécommunications (telcos) et de nombreuses entreprises technologiques de premier plan telles qu’Oracle, HP, Reliance Jio, NEC, Fujitsu, Cisco, Siemens, Softbank et VMware, a déclaré M. Krach.

« En conséquence, les 90 contrats de Huawei, tant vanté, ont été réduits à seulement 12 en dehors de la Chine. Cela a prouvé que la Chine inc. est battable et, ce faisant, a révélé sa plus grande faiblesse, à savoir la confiance », a-t-il déclaré.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ