Pandémie aux États-Unis : seulement 6 % des décès seraient dus « réellement » au Covid-19

La méfiance à l'égard de la réponse officielle au Covid-19 se fait sentir alors que le CDC publie une mise à jour sur le taux de mortalité
Par Conan Milner
13 septembre 2020
Mis à jour: 17 septembre 2020

Les médias sociaux sont remplis de reportages sur le nouveau nombre de décès liés au Covid-19, certains commentateurs suggérant qu’il fait paraître ce nouveau virus beaucoup moins menaçant que les chiffres précédents.

Le débat qui a suivi a révélé les distorsions et les problèmes de confiance qui ont affecté la manière dont les gouvernements et les populations ont fait face à la pandémie.

Des chiffres qui divisent

Ce chiffre provient d’un rapport récent des Centres américains de contrôle des maladies (CDC), qui a révélé que seulement 6 % des 161 392 certificats de décès signalés aux États-Unis au 22 août avaient le Covid-19 comme seule cause de décès. Six pour cent des 161 392, soit environ 9 682.

Les 94 % de décès restants présentaient deux ou trois comorbidités en plus de Covid-19. La plupart des personnes décédées du virus étaient d’un âge avancé.

Ces chiffres, peu couverts par la plupart des médias, ont inspiré un hashtag #sixpercent sur Twitter. Beaucoup ont affirmé que ce chiffre est la preuve que les restrictions appliquées au cours des six derniers mois ont été une réaction excessive qui a davantage ruiné l’économie que sauvé des vies.

On peut lire un tweet populaire comme tel :

« 9 682 morts. Dans un pays de 327 millions d’habitants. Cela équivaut à 0,0000296 %. Il est intéressant de noter que l’espérance de vie aux États-Unis est de 77 ans, alors que l’âge moyen des décès par Covid est de 80 ans. »

Le nombre de décès a été l’un des nombreux points de suspicion tout au long de cette réponse à la pandémie, avec des accusations selon lesquelles les autorités veulent maintenir des chiffres élevés afin de justifier une période de restrictions toujours plus longue.

Des détails concrets, tels que la directive des CDC qui semble contredire les politiques normales sur les causes de décès en obligeant les médecins à inscrire le Covid-19, et les régimes de compensation financière qui ont suscité des inquiétudes quant à l’incitation des hôpitaux à traiter les cas de Covid avec des respirateurs artificiels, alimentent également cette suspicion.

Un autre détail provient d’une conférence de presse organisée en avril, lorsque la coordinatrice du groupe de travail de la Maison-Blanche sur les coronavirus, le Dr Deborah Birx, a confié aux journalistes que par rapport à d’autres pays, les États-Unis avaient « adopté une approche très libérale en matière de mortalité ».

« Il y a d’autres pays qui, si vous aviez une condition préexistante… disons que le virus vous a fait aller aux soins intensifs et que vous avez ensuite un problème cardiaque ou rénal. Certains pays enregistrent cela comme un problème cardiaque ou rénal et non comme un décès dû au Covid-19 », a déclaré Mme Birx. « L’intention est que si une personne meurt avec le Covid-19, nous comptons cela comme un décès dû au Covid-19. »

Selon le rapport des CDC, les principales pathologies sous-jacentes liées aux décès par coronavirus sont les suivantes : grippe et pneumonie, insuffisance respiratoire, maladie hypertensive, diabète, démence vasculaire et non spécifiée, arrêt cardiaque, insuffisance cardiaque, insuffisance rénale, blessure ou empoisonnement intentionnel et non intentionnel.

Que nous apprend ce nouveau chiffre de 6 % ? Selon plusieurs tweets (dont certains ont été censurés), ce chiffre représente le nombre de personnes qui sont « réellement » mortes du Covid-19, alors que tous les autres décès proviennent d’une autre cause et ont simplement été testés positifs au Covid-19.

Mais selon le Centre national des statistiques de santé (NCHS), la vérité est plus compliquée. Le NCHS est l’organisation qui utilise les données provenant des certificats de décès pour produire des comptes provisoires de décès dus au Covid-19, et fournir des résumés qui examinent les décès dans des catégories spécifiques et de manière plus détaillée sur le plan géographique.

Robert Anderson, chef du Service des statistiques de mortalité du NCHS, explique que les certificats de décès énumèrent toutes les causes ou conditions qui ont contribué au décès.

« La cause sous-jacente du décès est la condition qui a commencé la chaîne d’événements qui a finalement conduit au décès de la personne. Dans 92 % des décès qui mentionnent ‘Covid-19’, le Covid-19 est cité comme la cause sous-jacente du décès », a déclaré M. Anderson.

Pour ceux qui pensent que les 94 % restants des décès enregistrés comme étant liés au Covid-19 n’ont rien à voir avec le virus, M. Anderson souligne que le virus joue effectivement un rôle dans la mortalité, surtout lorsque d’autres maladies entrent en jeu.

« Ces données sont conformes aux recommandations des CDC selon lesquelles les personnes souffrant de maladies sous-jacentes sont plus exposées au risque de maladie grave et de décès dus au Covid-19 », a-t-il déclaré. « Il est particulièrement important pour les personnes à risque accru de maladie grave due au Covid-19, et pour les personnes qui vivent avec elles, de se protéger contre l’infection du Covid-19. »

Avec un nombre croissant de décès et de cas qui dominent constamment le cycle de l’information, pourquoi les responsables ont-ils attendu jusqu’à présent pour publier ce nouveau chiffre de 6 % ? Le rapport des CDC accuse une question de temps et de comptabilité. Les certificats de décès prennent du temps à remplir, les États font leurs rapports à des rythmes différents, les responsables ont besoin de plus de temps pour coder les décès Covid-19, et d’autres systèmes de déclaration utilisent des définitions ou des méthodes différentes pour compter les décès.

Les CDC déclarent que le suivi de tous les décès impliquant le nouveau coronavirus « peut fournir des informations à savoir si un nombre excessif de décès est détecté, même lorsque le taux de mortalité par le Covid-19 est susceptible d’être calculé à la baisse ». Les décès dus à ces autres causes « pourraient être des décès dus au Covid-19 mal classés, ou pourraient être indirectement liés au Covid-19 », (comme les décès dus à un système de santé surchargé).

Comme les personnes déjà aux prises avec des problèmes de santé chroniques sont de loin les plus exposées au risque de mourir du virus, M. Anderson insiste sur le fait que les personnes appartenant à cette catégorie (et celles qui vivent avec elles) doivent encore prendre des précautions.

« Limitez autant que possible vos interactions avec les autres personnes », souligne M. Anderson. « Prenez des précautions pour éviter de contracter le Covid-19, comme porter un masque et rester à au moins 1,80 m de distance lorsque vous interagissez avec d’autres personnes. »

Mais avec une maladie où 80 % des personnes testées positives ne présentent aucun symptôme, où la propagation de la maladie par des porteurs asymptomatiques a été décrite par l’Organisation mondiale de la santé comme étant « très rare » et où une augmentation des suicides s’est produite depuis le début du confinement en raison du stress et de l’isolement, le débat sur le chiffre de 6 % va probablement exacerber les divisions sur notre réponse au Covid-19.

FOCUS SUR LA CHINE : 3 typhons en 2 semaines détruisent les cultures dans le Nord-Est

Le saviez-vous ? 

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ