7 signes avant-coureurs d’une probable démence – Votre senior fixe-t-il souvent dans le vide, perdu dans ses pensées?

Par Robert Jay Watson
9 février 2020
Mis à jour: 9 février 2020

Plus de 50 millions de personnes dans le monde sont atteintes de démence, et ce nombre devrait passer à 75 millions d’ici 2030, selon l’organisation Alzheimer’s Disease International.

Avec plus d’informations que jamais sur les processus physiologiques de la démence et un vaccin prêt pour les essais sur l’homme, il est important de connaître les signes avant-coureurs que votre corps vous donnera. En détectant la démence à un stade précoce, les médecins peuvent prescrire des thérapies et des modifications du mode de vie et du régime alimentaire, des mesures qui peuvent être extrêmement utiles pour gérer la maladie.

Aujourd’hui, nous allons examiner sept indicateurs qui peuvent vous aider à diagnostiquer l’apparition de la démence.

1. Fréquentes chutes et problèmes de coordination

Illustration – Shutterstock | Photographee.eu

Si vous ou quelqu’un que vous connaissez souffrez de fréquents troubles de l’équilibre et de la coordination, cela pourrait être un signe précoce de l’apparition de la démence. Des chercheurs dans le domaine de la santé ont établi que les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, la forme de démence la plus répandue, sont plus exposées que les autres adultes de leur âge aux risques de fracture de la hanche due à une chute.

On ne sait pas exactement pourquoi, mais comme le dit Paul Adams, directeur principal de la gestion des produits chez Phillips Lifeline, « imaginez que vous ne sachiez pas où vous êtes et que vous ne reconnaissiez pas les personnes qui vous entourent […] lorsque vous êtes anxieux et paniqué, vous avez tendance à agir avec précipitation et imprudence ». Donc, si la perception spatiale pose problème, faites-vous examiner par un médecin.

2. Le mépris de la loi

Illustration – Shutterstock | Koldunov

Un mauvais jugement en matière de finances ou du respect de la loi peut être un signe précoce de changements dans le cerveau liés à la démence frontotemporale (DFT). « Il est parfois difficile de se faire à l’idée qu’une partie spécifique de notre cerveau ne fonctionne pas correctement, ce qui conduit à des comportements qui peuvent être perturbateurs, détachés et parfois condammanbles », a déclaré à Reuters le docteur et chercheur Georges Naasan.

Dr Nassan est l’auteur d’une étude sur le sujet pour le Journal of the American Medical Association Neurology, qui a révélé que les patients atteints de FTD étaient plus susceptibles de commettre « des vols, des infractions au code de la route, des avances sexuelles, des intrusions et le fait d’uriner en public », alors que ceux atteints de la maladie d’Alzheimer étaient plus susceptibles de commettre « des infractions au code de la route, souvent liées à une déficience cognitive ».

3. Perte du sens du sarcasme ou non discernement des mensonges

Illustration – Shutterstock | CMYK

Comme la capacité du cerveau à discerner la vérité du mensonge et le sens sous-jacent des mots se trouve dans le lobe fronto-temporel, les personnes atteintes de démence passent souvent à côté de ces nuances. Les patients atteints de démence semblent incapables de saisir les indices verbaux et non verbaux (tels que l’intonation, les expressions faciales, etc.) qui leur permettraient normalement de savoir que la personne n’est pas sérieuse ou honnête.

Un groupe d’universitaires de l’université de Californie, San Francisco a fait une expérience avec une cassette vidéo de personnes racontant des mensonges ou étant sarcastiques dans une conversation et l’a montrée à un groupe de personnes âgées, certaines en bonne santé et d’autres atteintes de démence. Ils ont constaté que la crédulité était un indicateur fiable de la démence, un fait qui correspond au nombre élevé de patients atteints de démence qui sont victimes d’escroqueries.

4. Être perdu dans ses pensées

Illustration – Shutterstock | De Visu

Alors que les patients atteints de démence à corps de Lewy sont connus pour présenter des fluctuations cognitives, notamment en regardant fixement dans le vide pendant de longues périodes, une étude de 2010 de l’Université de Washington à St Louis a montré que ce symptôme se retrouve souvent chez les patients atteints de la maladie d’Alzheimer.

Souvent appelé « regard réduit », il s’agit d’un effet de la gestion normale des mouvements oculaires et du suivi du cerveau. Si vous constatez ce phénomène ou si d’autres le constatent, vous devriez consulter un médecin. Cette diminution du contrôle et de la conscience des mouvements oculaires peut également se manifester sous la forme de sauts de lignes lorsque vous essayez de lire.

5. Perte des capacités motrices et cognitives

Illustration – Shutterstock | Robert Kneschke

De nombreux patients atteints de démence trouveront qu’ils ont du mal à accomplir des tâches de base qui étaient autrefois faciles. Cela peut inclure la manipulation d’objets, comme le boutonnage d’une chemise, qui nécessite une motricité fine, ainsi que des difficultés générales à se rappeler comment faire quelque chose.

Cela peut ne pas être évident du premier coup, mais une étude de 2016 a montré qu’il y avait une forte corrélation entre le fait de mettre plus de temps à effectuer des tâches de motricité fine et la maladie d’Alzheimer.

6. Manger des objets non comestibles

Illustration – Shutterstock | exopixel

Les problèmes d’alimentation sont fréquents chez les patients atteints de démence, qu’il s’agisse d’une perte d’appétit, d’une suralimentation ou du fait de ne plus apprécier ses aliments « préférés ». Mais l’un des aspects les plus distinctifs qui accompagne les maladies neurales dégénératives est la consommation d’objets inappropriés ou non comestibles.

Cela peut s’expliquer par le fait qu’une personne atteinte oublie où elle se trouve ou ce qu’elle fait pendant les repas et peut accidentellement percevoir un objet associé au repas comme faisant partie de la nourriture elle-même.

7. Perte de l’empathie

Illustration – Shutterstock | fizkes

« L’empathie cognitive est la capacité à comprendre l’état émotionnel d’une autre personne. Elle vous permet de percevoir l’humeur d’une autre personne, qu’elle soit heureuse, craintive ou inquiète », explique le Dr Muireann Irish de Neuroscience Research Australia. Cette perte d’empathie est souvent le résultat de la démence, notamment en raison de la perte de cellules dans ce que les chercheurs appellent souvent le « cerveau social ».

Si ce phénomène peut être constaté à la fois chez les patients atteints de la maladie d’Alzheimer et de la maladie du lobe frontotemporale, selon le Dr Irish, dans le Journal of Alzheimer’s Disease, le dernier l’exprime de manière beaucoup plus aiguë.

RECOMMANDÉ