Les turbulences à Hong Kong marquent un tournant majeur pour Pékin

Par Cang Shan
29 juillet 2019 Mis à jour: 29 juillet 2019

Alors que des gangsters battent des résidents de Yuen Long et que les protestations contre le projet de loi sur l’extradition s’intensifient, la situation à Hong Kong entre dans une nouvelle phase. Son développement affecte la politique de Hong Kong et de la Chine. Elle peut même façonner l’avenir de la politique internationale.

Une caractéristique majeure des régimes autoritaires est que le pouvoir administratif vient du plus haut niveau de la pyramide. En raison de la complexité des affaires d’un grand pays, ceux qui détiennent le pouvoir doivent compter sur les couches des systèmes bureaucratiques pour gouverner. Par conséquent, l’évolution politique dans un grand pays autoritaire suit ses propres règles spécifiques. Les systèmes bureaucratiques lancent des campagnes quand ils veulent quelque chose de différent de la plus haute puissance, ou quand ils veulent que la plus haute puissance cède à leurs exigences.

Un tel retour de bâton au plus haut niveau est souvent révélé lors d’incidents spécifiques. L’affaire Lei Yang en 2016 en est un exemple.

Lei Yang, résident de Pékin, a été arrêté alors qu’il se rendait à l’aéroport parce qu’il était soupçonné d’avoir eu recours à la prostitution et il est mort plus tard le même jour à l’âge de 29 ans. La police a déclaré que Lei Yang est mort d’un accident vasculaire cérébral après avoir été intercepté dans un salon de massage des pieds. La télévision d’État China Central Television a même diffusé le témoignage d’une prostituée, qui prétendait avoir offert des services sexuels à Lei Yang. La famille a trouvé des blessures sur le corps de Lei Yang et a soupçonné qu’il avait été battu à mort par la police. La police n’a pas gardé de dossier sur l’arrestation et la détention. Le public chinois était furieux de la mort du jeune homme et a exigé une enquête.

Suite au tollé général, le dirigeant chinois Xi Jinping et Wang Qishan, alors secrétaire de la Commission centrale pour l’inspection disciplinaire, ont ordonné une enquête approfondie. La police de Pékin était indignée et 4 000 policiers locaux ont cosigné une lettre de démission, en signe de résistance à l’enquête. L’autorité centrale du Parti communiste chinois (PCC) compte sur ces policiers pour assurer la sécurité à Pékin.

Sous pression, Xi Jinping a choisi de faire rapidement des compromis. L’affaire Lei Yang n’a pas fait l’objet d’une enquête et les policiers impliqués n’ont pas été tenus responsables.

L’homme au centre du rebondissement était Fu Zhenghua du système de sécurité publique de Pékin. Fu Zhenghua, alors vice-ministre du ministère de la Sécurité publique et simultanément membre de la Commission centrale des questions politiques et juridiques, a dirigé la répression sévère des avocats et des dissidents des droits humains. Il a également été le fer de lance du projet « Beijing transparent », un projet visant à surveiller tous les opposants politiques possibles aux plus hautes puissances.

Bien que Xi Jinping ait fait un compromis sur l’incident, il ne faisait plus confiance à Fu Zhenghua, initialement transféré de la faction de Jiang Zemin, ancien chef du PCC. Fu Zhenghua a été démis de ses fonctions au Comité politique et juridique central en août de la même année. Il a été expulsé du ministère de la Sécurité publique l’année dernière et est devenu ministre de la Justice, une position largement inconsistante dans le système judiciaire chinois.

Même si Xi Jinping s’est occupé de Fu Zhenghua, son compromis a ouvert une nouvelle porte aux politiciens chinois. Ils se sont rendu compte que s’ils exerçaient des pressions en dehors de la sécurité du régime et des intérêts politiques, même la plus haute puissance devrait faire des compromis. Après 2016, un plus grand nombre de membres du système de sécurité publique a pris des fonctions dans les commissions politiques et juridiques locales et centrales. Les lois et les politiques locales se sont à nouveau développées, et les différents ministères et commissions de Pékin ont adopté une position de plus en plus dure à l’égard de Xi Jinping.

L’incident du Lei Yang a été un tournant pour l’administration de Xi. Le pouvoir de Xi était à la hausse avant. Elle a commencé à décliner à la suite de l’affaire Lei Yang.

La situation actuelle à Hong Kong est assez similaire à celle de l’affaire Lei Yang.

Le système traditionnel de la contrepartie centrale a ses propres opinions et positions dans la gestion de Hong Kong. Il dispose également de ses propres outils de gouvernance traditionnels et coutumiers. Plus important encore, Il a ses propres intérêts énormes. Un tel système nécessite d’urgence que Xi Jinping fournisse des instructions et une autorisation claires pour traiter les protestations. De toute évidence, Il n’a pas encore reçu l’autorisation qu’il souhaitait et il a donc eu recours à divers moyens pour intensifier la situation et forcer Xi Jinping à en accepter les termes.

L’ampleur, l’impact économique négatif de la situation à Hong Kong et les répercussions sur la politique intérieure et internationale sont plus de 100 fois supérieurs à ceux de l’affaire Lei Yang. Si Xi Jinping choisit de faire de nouveau des compromis, il a alors effectivement annoncé le décès de ses nouvelles polices. Cela signifie aussi que l’autorité centrale de Xi Jinping ne va pas au-delà de Zhongnanhai, tout comme avec Jiang Zemin et Hu Jintao.

Mettons de côté les conflits de philosophies politiques. Le ralentissement économique, la perte du soutien populaire et le ressentiment des fonctionnaires entraîneront l’éclatement de conflits sociaux. Les campagnes de lutte contre la corruption de Xi Jinping ont fait de l’ensemble du système représenté par de nombreux fonctionnaires corrompus son ennemi. Même une démission pacifique peut ne pas être une option.

Si Pékin peut gérer la corruption dans le système de Hong Kong à un niveau fondamental, redonner le pouvoir de gouvernance au peuple de Hong Kong et, grâce à cela, accumuler de l’expérience dans la gestion d’un système social ouvert et le transférer sur le continent, il pourrait trouver une issue.

De ce point de vue, la situation de Hong Kong est certes un défi pour Pékin, mais c’est aussi une opportunité. Bien que les chances que Pékin saisisse l’occasion soient extrêmement minces.

Cang Shan est le rédacteur en chef du bureau de Hong Kong de Epoch Times.

RECOMMANDÉ