8 choses que vous ignorez sans doute sur le colibri

28 juin 2017
Mis à jour: 28 juin 2017

1. ILS ONT UN MEGA CERVEAU

Le cerveau d’un colibri représente une somme exorbitante de 4,2% de son poids; proportionnellement, c’est le plus grand cerveau de tous les oiseaux (par comparaison, nos cerveaux font 2% de notre poids corporel). L’intérieur de ce grand cerveau est une véritable encyclopédie d’informations importantes.

Des études ont montré que les colibris peuvent se rappeler de toutes les fleurs qu’ils ont visités, y compris sur les routes de migration. Ils peuvent calculer le temps d’attente entre les visites afin que les fleurs aient le temps de générer plus de nectar. Ils peuvent même reconnaître les humains, et savoir quels sont ceux sur lesquels ils peuvent compter pour remplir les mangeoires à colibri vides.

2. ILS ONT UNE VUE INCROYABLE

Les colibris ont une excellente vision : ils peuvent voir les couleurs que nous percevons, et leurs yeux peuvent traiter la lumière ultraviolette, ce qui signifie qu’ils peuvent également voir certaines couleurs que nous ne pouvons pas percevoir.

En plus de cela, les colibris comptent parmi les nombreux animaux doués d’une troisième série de paupières. Ces volets translucides de la peau appelées membranes nictitantes agissent comme des lunettes de vol naturelles, protégeant les yeux du colibri tandis qu’il file dans les airs.

3. LEURS OREILLES SONT ÉGALEMENT ASSEZ BONNES

Les colibris ont une ouïe très fine et certains d’entre eux ont aussi des oreilles très jolies : beaucoup de mâles de la race avec des oreilles violettes ont un désordre assez risibles de plumes autour de l’oreille. Apparemment, c’est parce que les femelles les farfouillent.

4. LEURS BECS SONT DE VÉRITABLES ARMES

La saison des amours peut être un peu concurrentiel pour les colibris. Et pas seulement dans le genre « eh, oh, je l’ai vu en premier ». Les mâles colibris se la donnent. Après avoir intimidé leur concurrent, les mâles territoriaux utilisent leur bec ressemblant à des aiguilles comme des petits couteaux et se poignardent dans la gorge.

Ils utilisent également leurs becs pour un autre type de meurtre : la chasse. Le nectar est leur source de nourriture préférée, mais ce n’est pas le seul; les colibris mangent aussi de petits insectes volants. Quand ils approchent d’un insecte, ils étendent leur large bec. Lorsque le bec atteint son ouverture maximale, il se referme comme une pince à cheveux, piégeant le malheureux à l’intérieur.

5. ET LEURS LANGUES SONT STUPÉFIANTES

Depuis de très nombreuses années, les ornithologues et les scientifiques croyaient que les colibris utilisaient leurs langues comme des pailles pour aspirer le nectar. Puis, en 2011, les chercheurs ont découverts que les colibris ont la langue fourchue bordée de fines extensions ressemblant à des cheveux appelées lamelles. Lorsque l’oiseau-mouche commence à boire, les fourches de la langue s’ouvrent, se déroulent et s’enroulent autour d’une goutte de nectar. Alors que la langue est ramené dans la bouche, les fourches se ferment et le nectar se retrouve piégé dans les lamelles.

6. ILS ONT BEAUCOUP DE PLUMES

Un colibri compte plus de plumes par cm que tout autre oiseau, à l’exception possible du pingouin. Et même si le pingouin gagne sur le nombre de plumes, celles du colibris sont beaucoup plus festives. Les plumes brillantes sur leurs gorgerins (tache scintillante de la gorge) dispersent la lumière comme des bulles de savon, créant ainsi quelques-unes des couleurs les plus spectaculaires de la nature.

Mais elles ne sont pas là seulement pour le spectacle. Pour courtiser les femelles, les colibris mâles font des sons avec les plumes de leur queue. Ils montent dans les airs, puis plongent devant les femelles à des vitesses atteignant 65 pieds par seconde (68 km/h). Comme ils piquent, le vent volette à travers les plumes de leur queue, ce qui provoque des sons grinçants qui aurait un énorme effet sur les oiseaux-mouches femelles.

7. ILS SONT BÂTIS POUR ÊTRE PERFORMANTS

Aucun autre oiseau sur Terre ne peut voler comme un oiseau-mouche. Ils peuvent voler vers l’avant ou vers l’arrière, en vol stationnaire, et même voler à l’envers, et ils le font tellement vite que nous ne pouvons pas le voir, battant leurs ailes entre 70 et 200 fois par seconde. Cette puissance, précision et agilité leur permet d’atteindre des vitesses allant jusqu’à 48 km/h en vol et 100 km/h en plongée. Leurs compétences en course en ont fait un sujet de grande fascination scientifique et plusieurs expériences étranges.

8. IL FAUT ALIMENTER LA BÊTE 

Tout cette action a un coût. Comme les coureurs de marathon ou les adolescents, les colibris ont un métabolisme super-rapide et ont besoin de manger constamment (toutes les 10 minutes). Les estimations varient, mais on croit qu’ils mangent généralement deux à trois fois leur poids corporel chaque jour en insectes et en nectar. Comme Joe Hanson le pointe dans « Il est correct d’être intelligent », c’est l’équivalent humain d’un réfrigérateur entier plein de nourriture.

Version Anglaise :8 things you don’t know about Hummingbirds

Faire un don à Epoch Times

Soutenez le journalisme honnête

RECOMMANDÉ