À 15 ans, il invente un test de dépistage précoce du cancer du pancréas avec un taux de réussite de 100 %

Par Michael Wing
24 août 2019 Mis à jour: 24 août 2019

À l’âge de 15 ans, Jack Andraka a réalisé une avancée médicale qui pourrait potentiellement sauver des milliers de vies. Ce n’est pas un traitement curatif contre le cancer, mais c’est un test de dépistage précoce, ce qui peut faire toute la différence entre la vie et la mort.

En fait, c’est le décès d’un ami très proche qui a succombé à un cancer du pancréas qui a poussé Andraka à chercher une solution qui aurait pu sauver la vie de son ami.

Le jeune inventeur de Crownsville, dans le Maryland, s’est rendu compte qu’une grande partie du problème était due à l’absence de méthode de détection précoce, car le cancer du pancréas au stade avancé étant, jusqu’à récemment, une condamnation à mort – dans lequel seulement 2 % des patients survivaient. Par contre, détectées très tôt, les chances de survie étaient très bonnes.

Andraka a commencé à rechercher un moyen de détecter le cancer à un stade précoce et a rapidement appris que sa mortalité était liée à un dépistage trop tardif, à cause d’une méthode vieille de 60 ans, trop chère pour être utilisée largement – le coût des tests étant de 700 euros, avec un taux d’échec de 30 % et cinq jours pour le réaliser.

Maintenant, examinez la situation un instant et comparez là avec ce qu’Andraka a inventé : il a mis au point une méthode de détection du cancer 168 fois plus rapide que les tests existants, qui coûte environ 26.000 fois moins chère et qui est 400 fois plus sensible que les tests de diagnostic actuels. En résumé, il ne prend que 5 minutes, pour une fiabilité avoisinant les 100 %.

Pas mal pour un jeune de 15 ans, non ?

Comment il a réussi à le faire, par contre, est une histoire à raconter.

« Étonnamment, il y a tellement d’informations à portée de main ». « J’ai fait cette découverte avec un ordinateur portable, un smartphone et quelques recherches en ligne », dit-il via National Geographic. Google et Wikipédia étaient ses principaux outils de recherche, selon Get Holistic Health.

Bien sûr, il a fallu un peu de génie aussi.

La première tâche d’Andraka a été d’isoler une molécule en tant que « marqueur biologique » du cancer du pancréas survenu au stade précoce de la maladie, qu’il a réussi à localiser à son 4.000 eme essai, sur les 8 000 protéines possibles. Le nom de la protéine est mésothéline.

Avec un peu de chance, il est tombé sur un article de recherche sur les nanotubes de carbone, qui sont des cylindres d’un cinquantième du diamètre d’un cheveu humain, plus fort que l’acier et plus conducteurs que le cuivre – nous reviendrons plus tard sur les nanotubes.

Puis, par hasard, la classe de sciences de l’école d’Andraka discutait des anticorps – qui sont des molécules qui se lient à une protéine spécifique, ce qui lui a donné l’idée de trouver un anticorps qui se lierait avec son marqueur biologique, la mésothéline.
Andraka a ensuite mis en commun toutes ces connaissances et a eu l’idée de combiner des anticorps sensibles à la mésothéline avec un réseau de nanotubes qui pourraient (peut-être) détecter des niveaux élevés de mésothéline présents dans des échantillons sanguins de patients au stade précoce du cancer pancréatique. C’était une bonne théorie.

C’était un bon point de départ, mais Andraka ne serait pas en mesure de faire ses recherches sur sa table de cuisine à la maison. Il avait besoin d’un espace de laboratoire adéquat, ce qui représentait un autre challenge pour ce scientifique autodidacte plein d’espoir.

De toute évidence très déterminé, Jack décide de rédiger un plan de développement et un budget et envoie son projet à 200 professeurs. Il obtient 199 réponses négatives et une invitation du professeur Maitra, professeur de pathologie, d’oncologie et de génie biomoléculaire et chimique de l’école de médecine de l’Université John qui lui a finalement dit oui.

Illustration – Shutterstock | MDGRPHCS

Andraka était enfin en voie de créer son invention, mais il devait encore remédier à des lacunes dans sa méthode. Il a fait toutes les erreurs possibles dans le laboratoire, comme il l’a déclaré plus tard dans une conférence TEDx. Mais avec toute cette détermination, il était promis au succès.

Ce qu’il a fini par inventer, c’est un petit appareil, une sonde à jauge avec papier filtre – en fait une bandelette de test, semblable à celles utilisées pour calculer le taux de glucides du sang et qui mesure le niveau de la mésothéline. Il est utilisé avec un instrument de mesure de la résistance électrique qu’il a acheté dans une quincaillerie, pouvant détecter le cancer tôt et être précis à 100 %, bien que l’efficacité du test reste encore à prouver, son utilité réelle étant encore à l’étude.

Andraka est convaincu que le même appareil pourrait potentiellement détecter n’importe quelle maladie en utilisant des concepts similaires. Il détient actuellement le brevet international de l’appareil.

Selon le National Geographic, « en changeant l’anticorps, ce capteur pourrait détecter les biomarqueurs de la maladie d’Alzheimer, des maladies cardiaques, du VIH / SIDA, du paludisme et d’autres cancers », dit-il.

« Je n’ai pas pu sauver mon ami mort d’un cancer du pancréas, mais j’espère avoir découvert quelque chose qui évitera à d’autres familles d’avoir à faire face aux mêmes épreuves ».

RECOMMANDÉ