A Dunkerque, deux ours bientôt libérés du zoo !

22 août 2018
Mis à jour: 22 août 2018

C’est une victoire pour les associations de défense des animaux. Deux ours vont bientôt déménager du zoo Fort-Mardyck à Dunkerque, où ils vivent depuis maintenant dix ans.

C’est aussi grâce à l’intervention de l’humoriste Rémi Gaillard, qui s’était insurgé sur Twitter le 15 août dernier, des conditions de vie des deux animaux.

Il avait alors interpellé Jean-Jacques Annaud, le réalisateur du film, L’Ours, dans lequel Kiwi, l’un des deux ours du zoo, avaient tourné comme « acteur principal »en 1988.

« Kiwi, la star de votre film, continue de tourner… mais en rond. Elle se fait chier quoi ! On fait quoi maintenant ? »

Depuis plusieurs mois, des associations de défense des animaux avaient pris fait et cause pour Kiwi et Dominique, à l’image de One Voice, qui avait manifesté devant les portes du zoo samedi dernier afin de demander la libération des deux ours et leur transfert dans un autre environnement.

« Ils tournent en rond non-stop dans leur enclos, qui est au soleil tout l’après-midi. Kiwi se cogne la tête contre la vitre. Ils sont de plus en plus tristes, déprimés au possible », déclarait ainsi un manifestant, selon la Voix du Nord.

De son côté, Rémi Gaillard a lancé sa propre association de défense des animaux, Anymal, et raconte avoir été sensibilisé au sort des deux ours par des militants locaux. « Comme je ne suis pas vétérinaire, j’ai montré ça à des spécialistes, qui m’ont dit que c’était un grave signe de mal-être », a-t-il expliqué à Midi Libre.

En fin de compte, la communauté urbaine de Dunkerque (CUD), propriétaire du zoo, a fait savoir que les deux animaux seront transférés en juin 2019 au parc animalier de Zoodyssée, au sud de Niort (Deux-Sèvres). Ils bénéficieront d’un espace de 30 hectares au total, contre 550 m² à Dunkerque.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ