À nos chères futures générations : comment faire face au rejet

Par À nos chères futures générations
5 octobre 2021
Mis à jour: 6 octobre 2021

Tout au long de notre vie, nous sommes tous confrontés au défi du rejet dans nos relations personnelles, à l’école, au travail, etc. Bien sûr, certaines personnes luttent plus que d’autres contre ce sentiment de perte. La façon dont les individus gèrent le rejet peut en partie déterminer la trajectoire de leur vie.

Certaines personnes peuvent s’attendre au pire si elles s’habituent au rejet et se réfugient dans une coquille d’anxiété et de dépression. À l’inverse, d’autres peuvent s’efforcer de développer des traits de caractère tels que la motivation et la persévérance à la suite de plusieurs rejets. Les athlètes célèbres, les hommes d’affaires, les artistes, les chefs militaires, etc., ont souvent dû travailler pendant des années par essais et erreurs avant de « réussir ».

Si vous faites l’expérience d’un rejet, il est essentiel de le considérer comme une facette naturelle de la fronde et des flèches de l’existence humaine. Cependant, il est normal de se sentir morose lorsque vous êtes confronté à un scénario de rejet. Je me souviens de quelques exemples dans ma vie lorsque j’ai tenté de surmonter la dépression à la suite de lettres de refus dans les domaines de l’emploi et de l’écriture. Oui, des lettres écrites livrées par la poste, alors qu’aujourd’hui vous pouvez recevoir un refus par courriel ou par texto !

Tout d’abord, il y a plusieurs années, j’ai postulé à la Gendarmerie royale du Canada (GRC) alors que je résidais à Winnipeg depuis environ cinq ans. Je n’ai pas obtenu l’entrevue qui suit le processus de demande. J’ai reçu une lettre de rejet « diplomatique », mais aucune raison n’était indiquée pour ce refus. Cela aurait pu être dû au fait que dans mon enfance, notre famille déménageait presque chaque année dans toute l’Amérique du Nord. Peut-être que la GRC préférait des candidats dont l’éducation était plus stable. J’étais un peu déprimé, mais je suis passé à autre chose parce que je fréquentais l’université et travaillais, alors je n’avais pas le temps de me complaire dans la dépression.

Ensuite, lors de mon affectation de quatre ans dans la Garde côtière américaine, j’ai vécu un événement en dents de scie. J’étais très intéressé par une carrière de pilote, alors j’ai postulé dans le secteur de l’aviation de la Garde côtière. J’ai réussi l’examen physique de vol et j’ai passé une entrevue devant un groupe d’officiers à Mobile, en Alabama. Quelques semaines plus tard, j’ai reçu l’une de ces lettres de refus « en douceur » qui ne donnait aucune raison précise de me rejeter. Je me suis dit que cela pouvait être dû au fait que je n’avais suivi que peu de cours de mathématiques/physique, qui sont indispensables pour le pilotage et la navigation.

Thomas Edison a dit : « Notre plus grande faiblesse est d’abandonner. Le moyen le plus sûr de réussir est de toujours essayer une fois de plus. » (Domaine public)

Il m’a fallu plus de temps pour me remettre de ce rejet, car j’avais déployé beaucoup plus d’efforts tout le long du processus. Cependant, j’ai poursuivi mon travail et je me suis juré de faire de mon mieux dans tout ce qui se présenterait dans ma vie, car certains événements sont indépendants de notre volonté. Je ne compte plus le nombre de lettres de refus que j’ai reçues d’institutions des secteurs privé et public, ainsi que d’articles soumis à des publications imprimées.

Enfin, ma troisième expérience a une évolution plus heureuse. Elle a renforcé le fait que nous obtenons rarement exactement ce que nous voulons, mais que nous obtenons souvent ce dont nous avons besoin pour renforcer notre objectif dans la vie. Au lycée, j’ai réalisé que j’avais un certain talent pour l’écriture, alors j’ai commencé à tenir un journal et à écrire des poèmes.

Quelques années plus tard, j’ai commencé à rédiger des essais sur une grande variété de sujets et à les soumettre pour publication. Pendant plus de 20 ans, j’ai également travaillé dans le domaine de l’éducation, où j’ai eu le privilège d’aider des étudiants qui avaient du mal à lire et à écrire.

J’ai découvert combien il était difficile pour certains de mes échantillons d’écriture d’être acceptés par la presse écrite. J’ai reçu d’innombrables refus par courriel ou par la poste, et souvent aucune réponse de la part de rédacteurs et d’éditeurs. Ces expériences d’apprentissage ont alimenté ma persévérance à écrire des articles convaincants et opportuns qui correspondent à la philosophie particulière de chaque publication. J’ai découvert que les écrivains ont de la chance si 20 % de leurs créations sont acceptées pour publication. J’ai publié plus de 100 articles, alors faites le calcul pour savoir combien j’en ai écrit !

Le rejet fait partie de la vie et il peut être douloureux, mais il peut aussi forger le caractère et vous conduire vers votre destin dans la vie. Chaque fois que vous êtes confronté au rejet, faites-y face en mettant la main à la pâte et en cherchant le bon côté de chaque situation. Avec le temps, vous pourrez même développer une peau coriace et ignorer chaque porte fermée en pensant à la prochaine occasion  d’apprentissage. La confiance dans les talents que vous avez reçus de Dieu peut également générer une perspective équilibrée de la vie. N’oubliez pas que l’acceptation ou le rejet peuvent arriver au moment où vous vous y attendez le moins, alors attendez-vous à l’inattendu et abordez chaque moment avec dignité.

Christian Milord, Californie

_____________

Quels conseils aimeriez-vous donner aux jeunes générations ?

Chers Lecteurs, si vous le souhaitez, vous pouvez aussi partager les valeurs de bien et de mal que la vie vous a apprises et transmettre le flambeau de cette expérience durement acquise aux générations futures. Nous avons le sentiment que la transmission de cette sagesse se perd au fil du temps alors qu’il s’agit d’une base morale indispensable aux générations futures pour pouvoir prospérer.

Envoyez-nous votre expérience et vos conseils pour les jeunes générations, ainsi que votre nom et vos coordonnées à redaction@epochtimes.fr ou par courrier : Epoch Times, À nos chères futures générations, 83 rue du Château des Rentiers, 75013 Paris.


Rejoignez-nous sur Télégram pour des informations libres et non censurées:
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ