À nos chères futures générations : « Les bonnes manières sont essentielles »

Par À nos chères futures générations
12 juin 2021
Mis à jour: 30 juin 2021

Aujourd’hui, les jeunes ont une meilleure maîtrise de la technologie que la plupart d’entre nous, les grands-pères, et ils sont doués pour nous enseigner ce qu’ils connaissent.

J’ai maintenant 88 ans et je sais qu’il y a certaines choses qu’une personne ne peut comprendre ou sur lesquelles elle ne peut réfléchir si elle n’a pas vécu certaines expériences dans la vie.

Voici quelques-unes de mes réflexions et conclusions tirées de mon expérience personnelle :

1. Respectez les opinions des autres, même si vous n’êtes pas du même avis. Cela inclut particulièrement vos parents.

2. Ne portez pas de jugement sur les autres… c’est le rôle de Dieu.

3. Soyez toujours reconnaissant pour ce que les autres font pour vous ou vous apportent. Ils ne vous doivent rien. La reconnaissance est une qualité importante pour un chrétien.

4. Soyez confiant, mais pas arrogant. Une très petite ligne les sépare. C’est une pente glissante.

5. N’essayez pas d’être quelqu’un d’autre, ils sont pris. Ayez une bonne estime de vous et soyez bien dans votre peau.

6. N’essayez pas de vous valoriser auprès des autres. Si vous avez confiance en vous, restez humble, compatissant et à l’écoute des autres, ils vous estimeront dans leur esprit.

7. Enfin, si vous voulez vous sentir bien, faites du bien aux autres. Par exemple, faites quelque chose d’attentionné, au hasard, pour quelqu’un sans attendre quelque chose en retour.

Steve Osborn

________________

J’ai grandi dans les années 1940 et 1950, et les règles du savoir-vivre nous étaient répétées par tous les adultes : parents, grands-parents, oncles et tantes, parfois même les voisins. Voici quelques-unes des règles que nous devions respecter :

– Les enfants doivent être vus et non entendus.
– S’asseoir droit avec les deux pieds sur le sol.
– Toujours dire « s’il vous plaît » et « merci ».
– Toujours demander la permission en disant « Puis-je… ? ».
– Pendant les repas, attendez toujours que votre hôte prenne un couvert avant de commencer à manger.
– Ne commencez jamais à manger avant que tout le monde ait été servi.
– « Les dames (et les jeunes filles) d’abord » en toutes circonstances.
– Les messieurs ouvrent et tiennent les portes aux femmes.
– Les messieurs marchent entre les femmes et la rue sur un trottoir (sans doute pour les protéger des éclaboussures des véhicules).

Il y en avait beaucoup plus encore. Ces règles de civilité et de savoir-vivre semblent étranges de nos jours, dans notre nouveau monde avec la libération de la femme, mais quelque chose s’est perdu à travers ce mouvement. La grossièreté et la vulgarité abondent, et la retenue de l’époque à l’égard des femmes est souvent accueillie avec animosité. La politesse, la courtoisie et le respect envers les autres ont disparu en même temps que les bonnes manières. Sans ces valeurs, la vie elle-même devient de plus en plus cruelle, et la violence devient plus fréquente. Les gens deviennent plus égocentriques et la société commence à se dégrader. La société dans son ensemble commence également à s’effondrer et les conflits politiques se multiplient.

Les jeunes générations feraient bien de connaître et de pratiquer les bonnes manières (même si elles semblent dépassées) ; de respecter tout un chacun, particulièrement les femmes et les personnes âgées, tant qu’elles n’ont pas démontré qu’elles ne sont pas dignes de votre respect ; de faire les choses avec modération et en évitant les extrêmes. Respectez la règle d’or : « Traitez les autres comme vous voudriez qu’ils vous traitent. » Respectez la devise des scouts : « Soyez prêt », et la règle des scouts : Soyez « digne de confiance, loyal, serviable, amical, courtois, gentil, obéissant, joyeux, économe, courageux, honnête et respectueux ». Soyez indépendant autant que possible, mais acceptez gracieusement l’aide qui vous est offerte lorsque vous en avez besoin, et faites de même pour les autres.

Le grand écrivain Louis L’Amour a écrit un jour que la dignité d’un homme est tout, et que s’il la perdait, il n’aurait plus rien ; il n’aurait plus d’amis, il ne pourrait plus emprunter d’argent, et il serait incapable de trouver un travail honnête. La dignité se définit par toutes les valeurs mentionnées ci-dessus : la civilité, les bonnes manières, le respect, la gentillesse, la modération, mais surtout l’honnêteté.

James Mulholland

________________

Quels conseils aimeriez-vous donner aux jeunes générations ?

Chers Lecteurs, si vous le souhaitez, vous pouvez aussi partager les valeurs de bien et de mal que la vie vous a apprises et transmettre le flambeau de cette expérience durement acquise aux générations futures. Nous avons le sentiment que la transmission de cette sagesse se perd au fil du temps alors qu’il s’agit d’une base morale indispensable aux générations futures pour pouvoir prospérer.

Envoyez-nous votre expérience et vos conseils pour les jeunes générations, ainsi que votre nom et vos coordonnées à redaction@epochtimes.fr ou par courrier : Epoch Times, À nos chères futures générations, 83 rue du château des rentiers, 75013 Paris.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ