À nos chères futures générations : le souvenir d’un « esprit de solidarité » dans le quartier

Par À nos chères futures générations
12 novembre 2021
Mis à jour: 12 novembre 2021

Voici quelques leçons que j’aimerais partager avec la future génération, tirées de mes 85 années de vie.

Notre quartier

Lorsque j’étais enfant en ville, nous jouions avec tous les enfants de notre quartier. La couleur de la peau ou la croyance n’avaient pas d’importance. Nous étions tous égaux dans notre communauté de jeu. Nos amis étaient importants, et nous prenions soin de nos jeunes frères et sœurs ou veillions à la sécurité des jeunes enfants du voisin pendant que nous jouions. Ensemble, nous nous soutenions et nous défendions les uns les autres, que ce soit dans une querelle de voisinage ou sur le terrain de l’école. Notre esprit de solidarité était fort, à la maison ou à l’extérieur. Nous avions une imagination débordante, qu’il s’agisse de savoir où placer un pont pour nos petites voitures et camions dans la cour ou comment construire une tente pour nous cacher dans notre chambre.

Nos habitudes personnelles

Que nous soyons dans les scouts ou non, nous portions une attention particulière aux qualités suivantes : confiance, loyauté, serviabilité, courtoisie, gentillesse. Le plus souvent, nous disions la vérité lorsque l’on nous interrogeait. Nous essayions d’obéir à nos parents, que les autres enfants obéissent aux leurs ou non. Nous faisions toujours preuve de respect envers nos aînés.

C’était un tel plaisir d’utiliser la bibliothèque publique. La lecture transportait nos esprits vers des contrées lointaines, et nous apprenions beaucoup de nouvelles choses. L’on nous encourageait à économiser une partie de notre argent de poche et l’argent gagné en rapportant des bouteilles de boisson gazeuse. Nous étions fiers d’ouvrir un petit compte en banque bien à nous où nous pouvions économiser de l’argent pour acheter quelque chose de spécial. Cela nous a toujours procuré une réelle satisfaction.

On attendait de nous de bonnes notes à l’école, et nous nous efforcions de les obtenir. L’objectif d’avoir une note parfaite aux examens ne nous a pas gâché la vie.

La religion faisait partie de notre vie. Nous avions hâte de nous habiller pour aller à l’église. Les règles que nous y avons apprises nous ont peut-être sauvés de plusieurs désastres dans notre vie.

Chère future génération, j’espère que ce qui précède vous aidera sur le chemin de la vie.

« Ce qui comptait compte toujours : être une génération aimable. Comme c’était le cas à l’époque, cela peut l’être aujourd’hui, lorsque nous nous soucions des autres. »

Dale Best, Virginie

_____________

Quels conseils aimeriez-vous donner aux jeunes générations ?

Chers Lecteurs, si vous le souhaitez, vous pouvez aussi partager les valeurs de bien et de mal que la vie vous a apprises et transmettre le flambeau de cette expérience durement acquise aux générations futures. Nous avons le sentiment que la transmission de cette sagesse se perd au fil du temps alors qu’il s’agit d’une base morale indispensable aux générations futures pour pouvoir prospérer.

Envoyez-nous votre expérience et vos conseils pour les jeunes générations, ainsi que votre nom et vos coordonnées à redaction@epochtimes.fr ou par courrier : Epoch Times, À nos chères futures générations, 83 rue du Château des Rentiers, 75013 Paris.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ