À nos chères futures générations : « Ne sous-estimez jamais ce que vous pouvez accomplir »

Par À nos chères futures générations
27 mai 2021
Mis à jour: 30 juin 2021

J’ai appris beaucoup de choses au cours de mes 70 ans sur terre, la plupart au cours des 50 dernières années. Il est important pour les jeunes générations d’apprendre les succès, les échecs et l’histoire de ceux qui les ont précédés. Je vais vous parler de quelques-unes des leçons les plus importantes que j’ai apprises et qui m’ont permis de mener une vie paisible et prospère.

L’une des leçons les plus importantes est probablement la prise de conscience que la vie n’est pas juste – elle ne le sera jamais. Vous devez l’accepter et ne pas rejeter la faute sur les autres. Il y aura toujours quelqu’un de plus intelligent, de plus riche, de plus athlétique et de plus beau que vous. Cela ne doit pas vous décourager de faire l’effort de devenir la meilleure personne possible.

Acceptez le fait que personne ne vous doive rien. Fixez-vous des objectifs et ne renoncez jamais à les atteindre. J’ai commencé ma vie en ayant tout contre moi : mes parents étaient adolescents et très pauvres. Lorsque j’avais 7 ans, nous vivions dans la chambre d’un duplex, sans climatisation ni télévision. Mon père avait des démêlés avec la justice, et mes parents ont donc fait leurs bagages et quitté Atlanta. Au bout d’un an, ils étaient tous les deux en prison, et ma sœur et moi nous sommes retrouvés dans un orphelinat, puis élevés par nos grands-parents. Sans véritable figure paternelle dans ma vie, j’ai dérivé, n’ayant pas de bons résultats au lycée, même si j’ai obtenu mon diplôme. Je n’ai jamais blâmé personne pour cela. Cela m’amène à la prochaine leçon apprise.

Prenez le contrôle de votre vie. Dans mon cas, à l’âge de 19 ans, en pleine guerre du Vietnam, j’ai pris la décision de m’engager dans l’armée. Le résultat a été que, pour la première fois, j’ai eu une véritable figure paternelle dans ma vie. Il m’attendait lorsque je suis descendu du bus. Mes instructeurs m’ont enseigné beaucoup de choses que j’aurais dû apprendre au début de mon adolescence : respecter ses aînés, nettoyer derrière soi, faire son lit tous les jours et être fier de soi. J’ai acquis des compétences dont j’ignorais l’existence. J’ai appris à m’entendre avec les autres, quelles que soient leur race et leur religion. J’ai été surpris d’apprendre que j’étais plus athlétique que je ne l’avais jamais imaginé et que j’étais bon au tir. Tout cela m’a donné un degré de confiance en moi que je n’avais jamais ressenti auparavant.

L’une des leçons les plus importantes que j’ai apprises au début du camp d’entraînement- et à laquelle j’adhère encore aujourd’hui – s’est produite sur le parcours d’obstacles par une chaude journée. Chaque jour, deux fois par jour, nous avions un entraînement physique. Il y avait une corde de six mètres que nous devions escalader. À chaque tentative, en utilisant seulement mes bras, je n’arrivais qu’à monter à mi-chemin. Puis un jour, alors que j’étais sur le point de lâcher la corde, l’instructeur a dit : « Enroulez votre jambe autour de la corde et tenez-vous debout dessus, puis utilisez votre autre jambe pour monter jusqu’au sommet. » À mon grand étonnement, je suis monté au sommet de la corde sans effort. Ce que j’ai appris, c’est que l’on peut accomplir plus que ce que l’on pense, il suffit de trouver comment le faire. C’est une leçon que j’ai enseignée à de nombreux jeunes au fil des ans. Ne sous-estimez jamais ce que vous pouvez accomplir.

Une autre leçon que j’ai apprise sur la réussite dans la vie s’est produite au début de ma carrière dans l’armée. J’étais caporal suppléant à l’époque. Les caporaux sont connus pour faire régulièrement des choses stupides. À une occasion, j’ai été surpris en train de faire quelque chose que je n’aurais pas dû faire. J’ai été envoyé chez le sergent-major et, alors que je me tenais devant lui en attendant ma punition, il m’a demandé : « Qu’as-tu fait ? ». J’ai dit la vérité et j’ai admis ce que j’avais fait. Le sergent-major connaissait déjà la vérité – il attendait simplement de voir si je lui donnerais l’une des nombreuses excuses boiteuses qu’il avait entendues au cours de ses 20 ans de carrière dans les Marines. Il m’a respecté pour avoir dit la vérité, et j’ai appris une leçon précieuse : dites toujours la vérité et acceptez la responsabilité de vos actes. Vous vous respecterez et les autres vous respecteront.

J’ai acquis de nombreuses compétences dans l’armée et j’ai obtenu un diplôme en ingénierie électrique après avoir été libéré du service actif. Bien que je possède de nombreuses compétences et connaissances techniques, j’ai appris plus tard – à la dure – que je manquais de sagesse. Cela m’amène à la prochaine leçon de réussite : vous devriez essayer d’acquérir de la sagesse à un jeune âge. Je ne l’ai pas fait et, par conséquent, j’ai pris de nombreuses mauvaises décisions. Qu’est-ce que la sagesse, me direz-vous, et pourquoi est-ce important ?

La sagesse est le bon usage des connaissances, ce qui n’est généralement pas enseigné dans les universités aujourd’hui. De nombreuses personnes bien informées qui enseignent à l’université manquent de sagesse – les universités en sont remplies. De nombreux jeunes, dans les écoles publiques et dans nos universités, sont endoctrinés avec des connaissances qui sont souvent fausses. Si l’on manque de sagesse, on agit en fonction de ces connaissances, ce qui peut conduire à la déception et à la frustration. Il suffit de regarder ce qui se passe lors des émeutes et des manifestations dans de nombreuses villes pour se rendre compte que beaucoup de ces personnes sont instruites mais manque de sagesse.

Où trouve-t-on la sagesse ? J’espère que vous commencerez avec vos parents et d’autres aînés. Je n’ai pas eu cette chance. J’ai commencé à apprendre la sagesse dans l’armée. Cependant, la meilleure source de sagesse se trouve dans la Bible. Il n’y a pas de livre plus complet sur l’apprentissage de la sagesse que la Bible. Vous pouvez commencer par les 10 commandements, la loi morale de Dieu. Sans une sagesse fondée sur la loi morale de Dieu, aucune civilisation ne peut exister. Dennis Prager a dit : « Sans sagesse, vous ne ferez rien de significatif dans la vie ou, au pire, quelque chose de mal. » Acquérez la sagesse et faites-en un aspect essentiel de votre vie quotidienne.

En résumé, la vie n’est pas juste. Acceptez-le et ne soyez pas envieux de ce que les autres ont. Dieu nous bénit tous de différentes manières, et les opportunités qui s’offrent à vous sont infinies, quelle que soit votre race ou votre religion. Prenez le contrôle de votre vie et commencez à faire quelque chose qui a du sens. Vous êtes capable d’accomplir plus que vous ne l’auriez jamais imaginé. Fixez-vous des objectifs et efforcez-vous de les atteindre. Dites toujours la vérité et ac-ceptez la responsabilité de vos actes. Enfin, gagnez en sagesse. Filtrez vos connaissances à travers la sagesse dans tout ce que vous faites.

Ce ne sont là que quelques-unes des leçons qui m’ont servi au fil des ans, alors que je me suis sorti de la pauvreté et d’une enfance difficile. Si vous faites cela, vous pouvez aussi réussir et trouver un niveau de paix et de prospérité dans votre vie que peu de gens pourront jamais réaliser.

Sincèrement,

Jim Bailey

________________

Quels conseils aimeriez-vous donner aux jeunes générations ?

Chers Lecteurs, si vous le souhaitez, vous pouvez aussi partager les valeurs de bien et de mal que la vie vous a apprises et transmettre le flambeau de cette expérience durement acquise aux générations futures. Nous avons le sentiment que la transmission de cette sagesse se perd au fil du temps alors qu’il s’agit d’une base morale indispensable aux générations futures pour pouvoir prospérer.

Envoyez-nous votre expérience et vos conseils pour les jeunes générations, ainsi que votre nom et vos coordonnées à redaction@epochtimes.fr ou par courrier : Epoch Times, À nos chères futures générations, 83 rue du château des rentiers, 75013 Paris.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ