À nos chères futures générations : mes réflexions sur le pardon

Par À nos chères futures générations
15 septembre 2021
Mis à jour: 15 septembre 2021

Les mots blessants

En utilisant votre imagination, imaginez un morceau de bois en chêne de 10 x 10 cm. Imaginez un gros clou. Prenez le clou et enfoncez-le profondément dans le bois, pas au point de ne plus pouvoir le retirer, mais très profondément. Retirez-le maintenant avec votre marteau à griffes. En le regardant, vous vous rendez compte que le trou est laid et ne convient pas à ce beau morceau de bois. Vous prenez donc du mastic à bois et remplissez le trou autant que possible. Vous attendez qu’il sèche, puis commencez à poncer, d’abord avec un grain grossier, puis avec un papier de verre plus fin. Vous ne pouvez plus sentir le trou, mais vous pouvez néanmoins le voir. Vous prenez alors un produit d’étanchéité, vous l’appliquez et vous poncez, vous faites une autre couche et poncez jusqu’à ce que le trou soit parfaitement lisse. Puis vous appliquez une couche de peinture, vous la laissez sécher, et vous appliquez une autre couche de peinture et la laissez sécher, et enfin une dernière couche de peinture. Quand c’est sec, vous ne pouvez plus voir ou sentir le trou.

Hourra.. mais prenez une fendeuse et coupez la bûche en deux depuis le haut. Vous verrez alors le trou du clou. On voit clairement qu’il a été perforé et qu’il ne pourra plus jamais être comblé. Maintenant, je vais vous dire – peut-être l’avez-vous deviné. Le clou est un mot dur et blessant, le bois est le cœur de quelqu’un. Il peut être recouvert de pardon, poncé avec amour et soins, mais ne peut jamais être effacé ou oublié.

Le pardon

C’est ce que faisait la commère de la ville, elle disait des vérités et des mensonges sur tout le monde en ville ; elle a fait cela pendant de nombreuses années, causant des déchirements, de la colère et du chagrin dans sa petite ville. Une nuit, elle a fait un rêve sur toutes les personnes qu’elle avait blessées avec sa mauvaise langue. À son réveil, elle était dans tous ses états. « Oh là là, pensa-t-elle, toutes ces personnes que j’ai blessées et meurtries avec mes commérages. Je suis tellement désolée », et elle s’est mise à pleurer et à sangloter en regrettant chaque mot. Elle voulait sincèrement être pardonnée, mais personne ne voulait le reconnaître lorsqu’elle essayait de s’excuser.

Elle s’est précipitée à son église et a parlé à son pasteur. « Que dois-je faire ? » s’est-elle écriée, de grosses larmes roulant sur ses joues, en sanglotant bruyamment. « Serai-je jamais pardonnée ? »

Le pasteur lui a souri et lui a dit : « Bien sûr, chère femme, mais vous devez d’abord faire pénitence. Ensuite, tout sera pardonné et oublié. »

« Dites-moi, dites-moi comment, et je le ferai tout de suite », a-t-elle dit.

Il lui dit : « Alors, vous devez d’abord acheter un gros oreiller en plumes de duvet. Ensuite, vous devez escalader le chemin pour vous rendre jusqu’au clocher de l’église. Ensuite, prenez l’oreiller et ouvrez le haut. Jetez toutes les plumes par les fenêtres du clocher. Chaque plume, prévient-il, ou vous ne trouverez pas le pardon que vous cherchez. Ensuite, vous devez sortir dans le village et ramasser tout, jusqu’à la dernière plume que le vent aura emportée. Chacune d’entre elles, car si vous ne le faites pas, si vous en ratez une, vous ne pourrez pas trouver le pardon. »

Il est beaucoup plus facile de répandre des ragots, des mensonges et des rumeurs comme les plumes que de les retrouver.

Demander le pardon

Si vous êtes dans une foule ou une pièce remplie d’amis ou d’inconnus, et qu’une conversation dérape et que vous crachez des remarques méchantes, déplacées et blessantes à quelqu’un, vous pouvez vous rendre compte plus tard que vous aviez réellement tort et que vous deviez simplement demander le pardon de la personne offensée. C’est un début, mais vous devez maintenant demander pardon à tous ceux qui ont entendu les insultes. Chacun d’entre eux. Il ne sert à rien de chercher la personne offensée et de s’excuser à elle seule. Vous avez diffamé, insulté, blessé et embarrassé une autre personne devant les autres. Vous ne pouvez pas espérer être pardonné sans le faire.

Soyez donc pleinement conscient de ce que vous dites, et gardez le contrôle de vos pensées et de votre bouche, car le pardon est une chose difficile à obtenir.

Joan Hughes Duszka, Michigan

___________________________________

Quels conseils aimeriez-vous donner aux jeunes générations ?

Chers Lecteurs, si vous le souhaitez, vous pouvez aussi partager les valeurs de bien et de mal que la vie vous a apprises et transmettre le flambeau de cette expérience durement acquise aux générations futures. Nous avons le sentiment que la transmission de cette sagesse se perd au fil du temps alors qu’il s’agit d’une base morale indispensable aux générations futures pour pouvoir prospérer.

Envoyez-nous votre expérience et vos conseils pour les jeunes générations, ainsi que votre nom et vos coordonnées à redaction@epochtimes.fr ou par courrier : Epoch Times, À nos chères futures générations, 83 rue du Château des Rentiers, 75013 Paris.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ