À Toronto, un homme mourant lègue une peinture qui pourrait être un Da Vinci à son ami

Par Joan Delaney
18 août 2019 Mis à jour: 18 août 2019

Difficile d’obtenir l’authentification du travail représentant le doge de Venise, dit le propriétaire.

Aldo Martinek est convaincu qu’il a un tableau inestimable de Léonard de Vinci, mais il a du mal à obtenir une authentification définitive.

L’œuvre d’art lui a été confiée par un ami décédé d’un cancer et est entreposée depuis plus de 25 ans. Le père de l’ami, originaire d’Allemagne, a acheté le tableau en Italie dans les années 1800.

«Mon ami a reçu le tableau de son père. Journaliste en poste à Venise, il l’a acheté dans les années 1800», explique Martinek, âgée de 82 ans, qui exploite une entreprise de fabrication de meubles sur mesure à Scarborough, dans la banlieue de Toronto.

«Son père l’a rapporté chez lui en Allemagne. Et, lorsqu’il s’est trouvé à l’article de la mort il l’a envoyé à John au Canada. John n’avait plus de famille et il m’a dit: ‘Écoute, j’ai un tableau à te léguer avant de mourir’. C’est ainsi que j’ai eu le tableau»

Le sujet du tableau est Agostino Barbarigo, qui fut le doge (maire) de Venise de 1486 à sa mort en 1501. L’œuvre représente le maire montrant du doigt une tour d’horloge miniature en or, qui lui a été donnée en cadeau après qu’il eut fait réparer avec succès, selon Martinek, l’horloge astronomique de la célèbre tour d’horloge de Saint-Marc de Venise, qui se dresse encore aujourd’hui.

Le texte latin en haut à gauche du tableau, non signé, sans titre indique l’année 1500.

«Il a plus de 500 ans. Elle a été peinte du temps de Da Vinci », dit Martinek. «Les clous du cadre sont faits à la main».

Doge Agostino Barbarigo. Le texte latin en haut à gauche du tableau, indique l’année 1500

Martinek, qui a excellé dans le dessin à main levée dans sa jeunesse, croit que le style artistique de l’œuvre, et en particulier la manière dont le visage et les mains sont peints, est très proche de celui du génie de la Renaissance italienne, qui a vécu de 1452 à 1519.

«Si vous comparez Mona Lisa et le maire, vous pouvez dire que le même artiste les a peints», dit-il. «Personne ne peut me dire que ce n’est pas un Da Vinci».

Après la mort de Barbarigo et l’entrée en fonction d’un nouveau maire, le tableau a été entreposé à divers endroits et finit par arriver dans le studio Tintoretto de Venise, a déclaré Martinek. Tintoretto, le dernier grand peintre de la Renaissance italienne, est mort en 1594.

Il y a quelques années, Martinek a tenté de vendre le tableau chez Christie’s à New York, mais ils ont déclaré qu’il devait d’abord l’authentifier. Il a donc versé 15 000 dollars à une entreprise anglaise, mais leurs experts ont déclaré qu’ils ne pouvaient pas être sûrs à 100% de la provenance.

Un expert de Floride lui a dit que le tableau, qui mesure 205 cm de hauteur sur 138 cm de largeur (cadre non compris), est trop volumineux pour être un Da Vinci.

Après avoir regardé des photos de l’œuvre, Jacques Franck, expert de Da Vinci, a confié à The Epoch Times qu’il pensait que ce n’était pas du maître italien, mais qu’il avait été peint à la posthume au début du XVIe siècle.

«Beaucoup de ces portraits étaient posthumes», a-t-il déclaré dans un courrier électronique. «La datation résulte du style du tableau qui trahit une exécution qui n’a pas été antérieure au premier quart du XVIe siècle».

Détail, la main et une tour d’horloge miniature en or

Analyse scientifique

Nica Rieppi, chercheuse principale chez Art Analysis and Research, explique que les acteurs de l’industrie de l’art se tournent de plus en plus vers la science pour aider à l’authentification des œuvres d’origine inconnue.

La société basée à New York propose une analyse scientifique des peintures, notamment l’utilisation de technologies de pointe pour étudier des aspects tels que les pigments, le liant, les coups de pinceau et les sous-couches afin de déterminer s’ils sont compatibles avec la période d’un artiste. La toile, les panneaux et le bois peuvent également être datés de manière scientifique.

«Parfois, nous sommes en mesure de voir les œuvres d’un artiste de la radiographie qui sont des caractéristiques particulières de cet artiste. Il peut donc être extrêmement bénéfique d’aider à authentifier l’œuvre», déclare Rieppi. «De nos jours, la plupart des experts veulent ces informations. C’est devenu un élément essentiel du processus d’authentification.»

Rieppi faisait partie d’une équipe de scientifiques qui ont aidé à authentifier Salvator Mundi, l’œuvre de Da Vinci qui s’est vendue en 2017 pour 450 millions de dollars, le prix le plus élevé jamais payé pour un tableau. Il aurait été acheté par un prince saoudien qui l’aurait acquis pour le Louvre Abou Dhabi. Le Louvre à Paris a demandé un prêt du tableau pour sa grande exposition en octobre marquant le cinquantième anniversaire de la mort de Léonard de Da Vinci.

Il n’y a que 23 peintures de Da Vinci connues dans le monde, mais on pense qu’il reste encore des œuvres «perdues». Un possible Da Vinci, intitulé Miracle of San Donato, fait actuellement l’objet de recherches par des experts du Worcester Art Museum dans le Massachusetts.

Rieppi dit «il y a des chances» que d’autres œuvres de Da Vinci aient survécu. «Je pense que ce qui est passionnant, c’est qu’il y a plus d’œuvres perdues et je pense que le Salvator Mundi en était un exemple».

Gracieuseté de Heinz Nitschke

Le Doge Barbarigo a également été peint par d’autres artistes célèbres de l’époque, notamment Giovanni Bellini, Paolo Veronese et Marco Basaiti.

Heinz Nitschke, un ami de Martinek, l’aide dans ses efforts pour vendre le tableau. Il s’est rendu à Venise en 2014 et a pris des photos de l’œuvre pour les montrer à un musée mais n’a pas pu obtenir de réponse définitive.

«J’ai montré les photos à de soi-disant experts du musée et aucun de ces experts ne m’a donné une réponse directe. Ça a toujours été, ‘eh bien’, ‘peut-être’, ‘ça pourrait être’», a-t-il dit.

Traduction approximative du texte latin sur le portrait de Barbarigo. (Gracieuseté de Heinz Nitschke)

« Il est fort possible que ce tableau soit un Da Vinci, ce qui rapporterait à l’acheteur des millions de dollars », ajoute-t-il. «Nous savons avec certitude que la peinture est de la période où Da Vinci peignait. La ville était petite et de célèbres peintres auraient été les amis du maire et appartiendraient au cercle restreint. Il est fort possible que Da Vinci ait peint le maire comme une faveur à un ami ».

Il a ajouté que Martinek vieillissait et qu’il avait hâte de vendre le tableau. «Le fait est qu’Aldo veut vendre le tableau en raison de son âge et il ne peut le faire seul. Je dirais que le tableau est maintenant à vendre et ira pour la meilleure offre».

La Vierge avec le doge Agostino Barbarigo, 1488, Bellini  (Domaine public)

 

Mona Lisa, Loeonardo Da Vinci (Domaine public)
La Dame à l’hermine, Leonardo Da Vinci, (Domaine public)
RECOMMANDÉ