Qui a volé l’enfance de Greta Thunberg ?

Par Mark Hendrickson
21 novembre 2019 Mis à jour: 22 novembre 2019

Lorsque Greta Thunberg, âgée de 16 ans, s’est adressée au Sommet de l’action pour le climat de l’ONU le 23 septembre, elle s’en est pris aux dignitaires réunis en criant : « Vous avez volé mes rêves et mon enfance ».

Pour des raisons que je ne comprends pas, des experts américains se sont moqués d’elle ou l’ont critiquée. Bien que je pense que l’ONU l’a exploitée sans vergogne, je crois que son message était tout à fait authentique. Au lieu de s’inquiéter de préoccupations typiques de l’adolescence, le bonheur de Greta a été victime d’un déluge de pronostics apocalyptiques.

Le désespoir palpable dont souffre Greta est le fruit amer de l’environnementalisme païen moderne. Non seulement Greta, mais des millions d’enfants ont souffert à divers degrés d’anxiété et de dépression parce que les adultes les ont convaincus que la consommation humaine de combustibles fossiles pousse la planète vers un changement climatique catastrophique.

Greta a en effet été privée d’une enfance « normale », non pas par les entreprises de combustibles fossiles, comme elle le croit, mais par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) des Nations unies. Lorsqu’elle a comparu devant le comité du Congrès, elle a brandit le dernier rapport du GIEC et a essentiellement dit qu’il contenait la vérité.

Apparemment, elle ignorait malheureusement que des centaines de scientifiques, dont certains que j’ai mentionnés dans mon récent article sur les idéologues du changement climatique, partagent l’opinion de l’éminent physicien Freeman Dyson, qui a déclaré sans ambages que les modèles de changement climatique utilisés par le GIEC « ne commencent pas à décrire le monde réel ». (Entre autres déficiences, les modèles supposent apparemment que la Terre est plate.)

Bien que le GIEC soit le principal coupable, il n’aurait pas pu faire que Greta ait l’air misérable sans l’aide de médias sensationnalistes et d’enseignants et de programmes éducatifs ayant un parti pris idéologique. Tout cela a poussé la morosité et la fatalité verte tout en négligeant apparemment toutes les bonnes nouvelles et les développements positifs dans le monde qui lui auraient donné une vision plus saine et plus équilibrée de l’avenir.

Quelques bonnes nouvelles

Voici quelques points que je voudrais partager avec Greta et les millions de personnes qui partagent sa vision sombre et désespérée de notre monde.

Parmi les bonnes nouvelles, mentionnons les immenses progrès réalisés dans la réduction de la guerre et de la pauvreté dans le monde au cours des 50 dernières années. Alors que les manchettes des médias présentent une fois de plus des scénarios environnementaux effrayants, le fait est que de plus en plus de gens vivent dans la paix et la prospérité comme jamais auparavant.

D’autres bonnes nouvelles : les pays riches comme les États-Unis ont fait de grands progrès dans la réduction de la pollution. Un air plus pur, une eau plus propre, du reboisement, etc. – les améliorations des dernières décennies sont louables, et les tendances vont dans la bonne direction. (Ma priorité préférée pour l’avenir serait de mieux prendre soin des océans.)

Malheureusement, la génération de Greta comprend mal l’économie du profit. Les profits ne doivent pas être déplorés ou dénigrés, mais célébrés. Les profits représentent la création de nouvelles richesses et, comme le démontre la courbe de Kuznets, une fois que les nations atteignent un certain niveau de richesse, la pollution diminue à mesure que les coûts d’assainissement deviennent plus accessibles.

Un autre avantage de la richesse croissante est que le taux de mortalité lié aux catastrophes climatiques a chuté au cours du siècle dernier. Nous ne pouvons pas éviter les événements météorologiques destructeurs de se produire, mais la richesse nous aide à y faire face plus efficacement. Condamner l’abondance est ignorant et malavisé.

Les écoliers ont appris à mépriser les combustibles fossiles. La vérité est que ces combustibles ont fourni l’énergie bon marché et fiable qui a propulsé la croissance économique spectaculaire des deux derniers siècles. La consommation de combustibles fossiles est étroitement liée à l’augmentation de la richesse. Condamner les carburants qui ont sorti des milliards de personnes de la misère semble insensé, voire déraisonnable.

Les combustibles fossiles ont peut-être été utiles dans le passé, mais aujourd’hui, ils sont destructeurs, n’est-ce pas ? Faux. À vrai dire, la consommation humaine de combustibles fossiles a enrichi la concentration de CO2 dans l’atmosphère terrestre.

Selon une étude produite par une équipe multinationale de scientifiques et rapportée par la NASA, ceci a produit un verdissement marqué de la planète. « D’un quart à la moitié des terres végétalisées de la Terre ont montré un verdissement significatif au cours des 35 dernières années, dû en grande partie à l’augmentation des niveaux de dioxyde de carbone atmosphérique. » Il s’agit d’une superficie équivalente à deux fois celle de la zone continentale des États-Unis.

Mais l’augmentation des concentrations de CO2 atmosphérique ne réchauffe-t-elle pas dangereusement la planète ? Ce n’est pas ce qui se passe. Contrairement à la corrélation connue entre l’énergie et la richesse, le bilan à long terme montre très peu de corrélation entre le CO2 atmosphérique et les températures mondiales. Et comme le CO2 absorbe le rayonnement infrarouge (communément appelé « piège à chaleur ») sur une échelle logarithmique, une augmentation massive du CO2 aura un impact minimal sur les températures.

Cependant, même si la planète se réchauffe d’un autre degré Celsius, cela ne fera que ramener les températures mondiales à ce qui prévalait pendant la période de réchauffement médiéval ; deux degrés répliqueraient la période de réchauffement romaine d’il y a deux millénaires ; trois correspondraient approximativement à la période de réchauffement minoen d’il y a 35 siècles. Ces trois époques ont été des périodes de croissance impressionnante des civilisations. L’histoire montre que les températures chaudes ne sont après tout pas si problématiques.

Mais l’élévation du niveau de la mer ne submergera-t-elle pas d’immenses étendues de terre ? Pas du tout. Malheureusement, les médias se trompent encore une fois en matière d’environnement. Loin de la Terre qui risque de devenir un « Waterworld » comme le film hollywoodien de 1995 du même nom l’a décrit, il y a aujourd’hui plus de terres au-dessus de l’eau qu’il y a 30 ans. Il y a eu un gain net d’environ 13 500 kilomètres carrés de territoires non submergés. Certes, il faudra des efforts héroïques pour sauver des terres dans des endroits comme la baie de Chesapeake et le delta de la Louisiane, mais le problème là-bas, c’est l’affaissement des terres et non la montée des eaux.

Enfin, la crainte de Greta d’une extinction massive imminente repose sur des chiffres erronés. Les extinctions ont tendance à diminuer, et même des entités qui sont pro-réchauffement climatique comme la BBC et l’Union internationale pour la conservation de la nature calculent que le taux d’extinction dans la période d’après l’an 2000 se situe entre une tous les deux ans et une par décennie.

Greta a donné aux coordinateurs du Sommet des Nations Unies pour l’action climatique de septembre le drame émotionnel qu’ils souhaitaient. Ils étaient ravis de donner à cette enfant malheureuse une plateforme à partir de laquelle ils ont pu attaquer les gouvernements du monde entier pour avoir été trop lents à adopter la grande stratégie de l’ONU.

Quelle parodie que des bureaucrates égoïstes de l’ONU aient voulu terroriser des enfants innocents avec des histoires effrayantes et inquiétantes pour les utiliser cyniquement comme levier émotionnel afin de promouvoir leur grand projet de redistribution de la richesse mondiale. Comme je l’ai écrit en février 2018, cela équivaut à de la maltraitance des enfants.

Ces idéologues ont en effet volé l’enfance de Greta, et elle ne pourra absolument jamais la récupérer. Mais cette jeune fille et ses pairs peuvent encore sauver leur joie future en apprenant davantage sur l’état réel du monde. Ils constateront que les perspectives pour la race humaine – en dépit des problèmes et des défis – n’ont jamais été aussi bonnes.

Mark Hendrickson, économiste, a récemment pris sa retraite de la faculté du Grove City College, où il est toujours chercheur en politique économique et sociale à l’Institute for Faith and Freedom.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

RECOMMANDÉ