Acte VIII des Gilets jaunes : un gendarme blessé va porter plainte contre un ex-boxeur

7 janvier 2019
Mis à jour: 7 janvier 2019

Pour ce premier samedi de l’année, 50 000 Gilets jaunes ont parcouru les rues en France. A Paris, ils étaient 3500 et des heurts ont, une fois de plus, émaillé les manifestations.

Outre des départs de feu qui ont été déclenchés sur le boulevard Saint-Germain ou encore sur une péniche près du Musée d’Orsay, des affrontements ont aussi eu lieu entre des « Gilets jaunes » et les forces de l’ordre.

Une vidéo, relayée par l’agence de presse Line Presse, a suscité de nombreuses réactions. Et pour cause. La scène se passe vers 15h sur la passerelle Léopold-Sédar-Senghor, reliant les deux rives de la Seine au niveau du Jardin des Tuileries. Des Gilets jaunes décident de traverser la passerelle mais sont repoussés par des gendarmes.

Sur la vidéo, on voit un homme de haute stature, vêtu de noir mais sans gilet jaune, le visage à découvert, porter des coups répétés avec ses poings sur l’un des gendarmes.

Sur d’autres images, on le voit s’en prendre aussi à un gendarme à terre.

Suite à cet épisode, ce gendarme a été évacué, il a quitté l’hôpital dimanche matin avec de nombreuses contusions au torse et aux jambes et s’est vu prescrire 15 jours d’ITT.

Il a décidé de porter plainte.

Surnommé « le boxeur » sur les réseaux sociaux, l’agresseur présumé a été identifié par les services de la Direction opérationnelle des services techniques et logistiques (Dostl): Christophe Dettinger, âgé de 37 ans est un ancien boxeur professionnel. Devenu champion de France dans les années 2000 en catégorie poids lourd-léger.

L’enquête a été confiée à la Sûreté territoriale 75. Cet homme n’a toujours pas été retrouvé ce lundi matin.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ