Actes antichrétiens : un tag « Allah u Akbar » retrouvé sur la porte de l’église Notre-Dame du Taur à Toulouse

9 mai 2019 Mis à jour: 11 juillet 2019

Le graffiti a été découvert par des membres d’une organisation qui organisent des veilles à proximité des lieux de culte catholiques.

C’est la page Facebook de l’organisation « Protège ton église » qui a révélé l’information. Organisation « apolitique mais religieuse », elle se définit comme un collectif « de catholiques français » qui visent « à protéger les églises et autres lieux saints des profanations et autres attaques subies ».

Le lundi 6 mai, les membres du collectif ont publié un message sur Facebook pour signaler un acte de vandalisme ayant visé l’église Notre-Dame du Taur, située entre la place du Capitole et la basilique Saint-Sernin à Toulouse.

Classé aux monuments historiques, le bâtiment a vu sa porte principale recouverte d’un tag portant l’inscription « Allah u Akbar », suivie d’un cœur.

Les membres toulousains de l’organisation Protège ton église ont découvert l’inscription pendant une des veilles qu’ils organisent régulièrement à proximité des lieux de culte catholiques.

« Le curé de la paroisse et le commissariat de police ont été alertés par nos veilleurs ce jour même [le 6 mai, ndlr] », écrit l’organisme sur sa page Facebook.

« Rien ne prouve que ce graffiti soit l’œuvre d’un musulman »

D’après le collectif, aucun doute possible : le tag serait l’œuvre d’islamistes.

« Cette profanation n’est pas sans rappeler la place de l’islamisme dans les actes de christianophobes et le danger que ce phénomène représente pour nos églises et les chrétiens partout dans le monde. La France se souvient du père Hamel assassiné à ce cri », ont déclaré les membres de Protège ton église.

Le site christianophobie.fr, qui s’est donné pour objectif de recenser les actes antichrétiens commis en France et à l’étranger, se montre plus prudent et souligne que « rien ne prouve que ce graffiti soit l’œuvre d’un musulman ».

« J’y vois plutôt l’acte d’un provocateur, mais cet acte est, en soi, détestable », confie Daniel Hamiche – administrateur du blogue.

RECOMMANDÉ