Adam Schiff falsifie la transcription de Trump au cours d’une audience à la Chambre des représentants et affirme qu’il s’agissait d’une parodie

Par Zachary Stieber
28 septembre 2019 Mis à jour: 28 septembre 2019

Le représentant Adam Schiff (D-Calif.) a ajouté des mots qui n’ont pas été prononcés par le président Donald Trump lors de la lecture de la transcription de l’appel entre Trump et le président ukrainien Volodymyr Zelensky, au cours d’une audience de la Commission des renseignements du Parlement le 26 septembre.

M. Schiff, président de la commission et grand partisan de la théorie de la collusion Russie-Trump, a ouvert l’audience. Dans son allocution d’ouverture, il a déclaré que la transcription de l’appel de juillet « Se lit comme une forfaiture classique du crime organisé ».

« C’est l’essence même de ce que le président communique », a poursuivi M. Schiff.

Le président a ensuite cité une partie de la transcription avant de changer des paroles pour d’autres qui n’avaient pas été prononcés par le président Trump.

« Nous avons été très bons avec votre pays, très bons, aucun autre pays n’en a fait autant que vous, mais vous savez quoi ? Je ne vois pas beaucoup de réciprocité ici. J’ai entendu ce que vous voulez, mais j’ai un service à vous demander. Et je ne le répéterai seulement sept fois, alors vous feriez mieux d’écouter attentivement, je veux que vous inventiez de la saleté sur mon adversaire politique, comprenez-vous ? Que vous en fassiez beaucoup, sur ceci et cela », a lu M. Schiff.

« Je vais vous mettre en contact avec des gens, pas n’importe qui, je vais vous mettre en contact avec le procureur général William Barr… et Rudy [l’avocat de Trump] [Guliani]. »

Le président Donald Trump et le président ukrainien Volodymyr Zelensky tiennent une réunion à New York en marge de l’Assemblée générale des Nations unies le 25 septembre 2019. (Saul Loeb / AFP / Getty Images)
– (G) Le président Donald Trump prend la parole devant l’Assemblée générale des Nations unies au siège de l’ONU à New York le 24 septembre 2019. (Drew Angerer / Getty Images) – (D) Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s’adresse à l’Assemblée générale du Siège de l’ONU le 25 septembre 2019. (Drew Angerer / Getty Images)

« Et au fait, ne m’appelez plus, je vous appellerai quand vous aurez fait ce que j’ai demandé », a continuité M. Schiff, avant d’ajouter : « C’est en somme ce que le président essayait de communiquer avec le président de l’Ukraine. Ce serait drôle si ce n’était pas une représentation aussi explicite du serment du président. »

Le représentant Mike Turner (R-Ohio) a appelé Adam Schiff un peu plus tard.

« Pendant que le président parlait, quelqu’un m’a envoyé un texto : ‘Est-ce qu’il fait juste inventer cela ?’ », a déclaré Mike Turner. « Et oui, c’est exactement ce qu’il faisait. Parce que parfois, la fiction est meilleure que les mots ou le texte. Mais heureusement, le public américain est intelligent et dispose de la transcription. Ils ont lu la conversation, ils savent quand quelqu’un invente de toutes pièces. »

Après les remarques de Mike Turner, Adam Schiff a dit à ceux qui étaient rassemblés : « Mon collègue a raison […] ce n’est pas bien. Mais mon résumé de l’appel du président était destiné, au moins en partie, à être une simple parodie. Le fait que ce n’est pas clair est un problème distinct en soi. Bien sûr, le président n’a jamais dit : ‘Si vous ne me comprenez pas, je vais le répéter encore sept fois.’ Ce que je veux dire, c’est que c’est le message que le président ukrainien recevait en peu de mots. »

L’équipe de campagne 2020 de Trump a mis en lumière la parodie d’Adam Schiff.

« Quand Adam Schiff a été confronté à sa version inventée de la transcription ukrainienne, il a admis que c’était une ‘parodie’. Les démocrates savent que le président Trump n’a rien fait de mal, alors ils inventent des choses pour vous piéger », a déclaré l’équipe de campagne sur Twitter, partageant un extrait de l’audience.

RECOMMANDÉ