Affaire spygate : Obama bientôt sous enquête?

Par Masooma Haq
15 mai 2020
Mis à jour: 16 mai 2020

Au cours du week-end dernier, plusieurs législateurs républicains ont demandé une enquête sur l’ancien président américain Barack Obama et les connaissances de son administration sur l’espionnage du président Donald Trump, mais les principaux républicains du comité judiciaire du Sénat n’ont pour l’instant pas directement cité Obama alors que leur enquête progresse.

Le président américain Donald Trump a réagi aux documents récemment déclassifiés montrant qu’Obama était au courant des détails des appels téléphoniques mis sur écoute entre le général Michael Flynn et l’ambassadeur russe Sergey Kislyak.

Dans des tweets récents, D. Trump a souligné l’implication d’Obama dans le complot et qualifié les nouveaux développements de « #Obamagate », appelant à une enquête approfondie sur l’ancien président.

Un membre principal du comité judiciaire du Sénat, le sénateur Chuck Grassley (R-Iowa), a récemment demandé l’ouverture d’une enquête pour déterminer ce que savaient Obama et l’ancien vice-président Joe Biden, mais n’a pas précisé si le comité demanderait à MM. Obama et Biden de témoigner.

« Il est difficile de savoir dans quelle mesure ils ont discuté des détails de l’enquête entre eux, mais étant donné tout ce que nous savons maintenant concernant les fausses bases de l’enquête, il est temps que nous demandions. Que savaient MM. Obama et Biden ? Et quand l’ont-ils su ? » a déclaré le sénateur Grassley lundi au Sénat.

Le 5 janvier 2017, Obama a rencontré Biden, le directeur du FBI James Comey, le sous-procureur général Sally Yates et la conseillère en sécurité nationale Susan Rice ; juste après, l’agent du FBI Peter Strzok s’est précipité pour empêcher le FBI de fermer son enquête sur le général Flynn.

Les représentants Jim Jordan (R-Ohio) et Andy Biggs (R-Arizona) se sont exprimés lundi sur le thème de #Obamagate, dans l’émission Lou Dobbs Tonight de Fox Business Network.

Dans l’émission, Jim Jordan a décrit un calendrier dans lequel Barack Obama était informé par des membres de son équipe, y compris MM. Yates, Comey, le directeur de la CIA John Brennan et le directeur du renseignement national James Clapper sur des questions liées à la Russie. Joe Biden a également été inclus dans le briefing.

« Ces trois semaines de janvier nous disent tout, et le président a parfaitement raison », a déclaré Jim Jordan.

« Eh bien, je pense que toutes les preuves – Jim vous a donné un excellent calendrier – les preuves indiquent que tous les ordres viennent directement d’en haut, du président Obama, pour redescendre », a déclaré Andy Biggs.

Le député a qualifié les efforts de l’administration Obama contre Trump de tentative intentionnelle de saper les résultats des élections, en d’autres termes une tentative de coup d’État.

« C’était vraiment une conspiration pour faire quelque chose que nous n’avons jamais vu dans l’histoire américaine: réaliser un coup d’État », a déclaré M. Biggs. « C’est vraiment ce que c’était. Je veux dire, vous ne pouvez pas arriver à cette conclusion plus succinctement que cela. »

« C’était une tentative de saper l’élection du peuple. C’est un coup d’État », a poursuivi M. Biggs. « Et ils abusaient de leur pouvoir, abusaient du processus et utilisaient les médias. »

Mardi matin, Donald Trump a écrit sur Twitter pour commenter la déclaration de Gregg Jarrett, analyste juridique de Fox News, selon laquelle Obama était impliqué dans la machination contre le général Flynn.

« OBAMAGATE fait du Watergate une petite affaire ! » a écrit le président.

Politico a indiqué que le Sénat, pour le moment, ne souhaitait pas appeler l’ancien président Obama à témoigner.

Le président de la magistrature du Sénat enquête sur les origines de l’enquête sur la Russie en 2016 et devrait appeler MM. Yates et Comey pour témoigner, mais le sénateur Lindsey Graham (R-Caroline du Sud), président du comité, n’a pas inclus Obama dans la liste des personnes qu’il appellerait.

« Je ne prévois pas d’appeler le président Obama », a déclaré le sénateur Graham, mais a ajouté : « Vous savez, Barack Obama a déclaré que l’annulation des poursuites contre Flynn compromettait l’état de droit : Président Obama, vous savez ce qui a compromis l’État de droit : cacher des preuves à un tribunal, modifier des e-mails, en essayant de fabriquer un crime plutôt qu’enquêter sur le crime. »

L. Graham a déclaré qu’il appellerait M. Flynn à plaider sa cause et à surveiller les motivations politiques derrière les accusations de collusion de Trump avec la Russie.

« Je peux laisser le général Flynn parler de sa vie. Je peux donner au ministère de la Justice une chance d’expliquer pourquoi l’affaire a été rejetée », a déclaré M. Graham à Jeanine Pirro sur Fox News lundi.

Le représentant Doug Collins (R-Géorgie) a commenté l’affaire sur Twitter : « L’abus de pouvoir qui s’est produit dans l’affaire du General Flynn devrait effrayer tous les Américains. S’ils peuvent le faire à un candidat à la présidentielle – par le biais d’un général trois étoiles – ils peuvent le faire à n’importe qui. »

Pour en savoir plus sur le Spygate :

« SPYGATE – Le plus grand scandale politique de l’histoire moderne américaine »

« Bilan de l’année : 20 faits nouveaux et notables concernant le Spygate aux États-Unis en 2019 »

CORONAVIRUS : CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant. Il est différent des autres organisations médiatiques, car nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre public. Nous n’avons pas d’autres agendas que d’informer nos lecteurs et les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant nos principes de vérité et de tradition comme guide dans notre travail.

RECOMMANDÉ