Une entreprise italienne transforme un masque Décathlon en masque respiratoire pour aider les soignants

Par Alexandre Roche-Nuit
26 mars 2020
Mis à jour: 26 mars 2020

En Italie, pour faire face à la pénurie de matériel pour les patients atteints de troubles graves à cause du coronavirus de Wuhan, une entreprise a pris les devants afin de créer des respirateurs, fabriqués à partir de masques de plongée Décathlon.

La pandémie se poursuit, et bien que le fautif soit le Parti communiste chinois (PCC) en ayant dissimulé l’existence de ce virus pendant plusieurs semaines permettant ainsi sa diffusion mondiale, l’Italie en paie le prix fort avec plus de 74.000 cas répertoriés et 7.500 victimes à l’heure actuelle.

Face à l’urgence des patients atteints du stade le plus avancé de l’infection entraînant de grandes difficultés pour respirer, l’installation d’un masque respiratoire est devenu indispensable pour assurer une bonne ventilation.

Problème, avec le trop grand nombre de patients, le matériel médical manque. Cependant, grâce à l’ingéniosité de certaines personnes, une solution a été trouvée !

Depuis quelques jours sur les réseaux sociaux, des photos circulent montrant des patients équipés de respirateurs fabriqués à partir de masques de plongée Décathlon. Ce n’est pas une blague. L’idée provient d’un médecin et de plusieurs ingénieurs italiens:

Cette invention particulière est le fruit d’une collaboration entre le docteur Renato Favero, de l’hôpital de Gardone Vol Trompia, et l’entreprise Isinnova, basée à Brecia, dans le nord de l’Italie.

Interrogé par le quotidien Corriere della Sera, Alessandro Coraioli, un des inventeurs, explique que « Le Dr Favero est venu nous proposer l’idée. Il avait entendu parler de notre entreprise par un confrère d’une installation pour laquelle nous créons des valves d’urgence pour respirateurs avec une impression 3D. Nous avons analysé sa proposition et conclu que le masque de Décathlon Easybreath était celui qui correspondait le mieux à sa demande. »

L’entreprise Isinnova a ensuite contacté la société Décathlon en Italie et, comme l’explique à LCI la porte-parole de Décathlon : « La branche italienne a immédiatement accepté de collaborer avec ces ingénieurs. Nous avons fourni les plans techniques du masque pour les aider. »

Ce masque, conçu en 2017 par la marque Subea, est présenté comme « le premier masque facial de snorkeling [randonnée sous-marine] pour voir et respirer dans l’eau aussi facilement que sur terre. Doté d’une vitre unique recouvrant tout le visage, il permet à son utilisateur d’observer facilement les fonds marins, tout en respirant à la fois par le nez et par la bouche. L’air entre et sort via un tuba placé au sommet du masque. »

Une disposition parfaite pour être modifiée et réadaptée. D’après les explications du Dr. Favero, « Les ingénieurs ont démonté un de ces masques pour évaluer les changements à effectuer. Et à l’aide d’une imprimante 3D, ils ont fabriqué les raccords de connexion entre le masque modifié et les tubes hospitaliers. Nous avons fabriqué des produits aussi standards que possible, capables de s’adapter à la plupart des tuyaux utilisés par les hôpitaux. »

Selon le journal La Repubblica : « Le premier prototype a été testé dans deux hôpitaux, à Bresciano et Brescia, et les résultats sont encourageants. »

Marco Ruocco, l’un des concepteurs, précise également : « La valve a été brevetée pour éviter toute spéculation future, mais l’ensemble du projet est disponible en ligne et tout le monde peut télécharger la documentation et imprimer librement la valve, tant qu’ils ne l’utilisent pas à des fins commerciales. L’utilisation par le patient sera soumise à l’acceptation de l’utilisation d’un appareil biomédical non certifié, à travers une déclaration signée. »

Qu’en est-il en France ?

D’après la porte-parole de Décathlon, interrogée par LCI : « L’entreprise travaille et accompagne techniquement quelques centres de recherches en France. Actuellement, nous réalisons des tests. »

La porte parole de Décathlon indique cependant que l’enseigne souhaite « rappeler que si elle est totalement mobilisée pour soutenir toutes les initiatives visant à lutter contre l’épidémie de coronavirus, ses produits ne sont pas à usage médical et appelle donc à la plus grande prudence. »

À l’heure actuelle, l’hôpital Brescia aurait commandé 500 masques à Décathlon ainsi que les nouveaux adaptateurs fabriqués par Isinnova. Plusieurs pays européens sont également entrés en contact avec les inventeurs italiens, précise la chaîne de télévision RaiNews.

Epoch Times désigne le nouveau coronavirus, responsable de la maladie du Covid-19, comme le « virus du PCC », car la dissimulation et la mauvaise gestion du Parti Communiste Chinois (PCC) ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale.

RECOMMANDÉ