« Aidez-nous ! » Les habitants de Wuhan demandent de l’aide de l’intérieur de la ville fermée

Par Angela Bright
2 février 2020 Mis à jour: 3 février 2020

Bien que le Parti communiste chinois (PCC) ait été contraint d’augmenter rapidement le nombre de cas confirmés de coronavirus et de décès à Wuhan sous la pression intense de l’opinion publique, la situation réelle de la pandémie et des patients à Wuhan est bien pire que ce que l’on dit officiellement.

Par le biais d’interviews et d’enquêtes, Epoch Times a découvert que les patients de Wuhan et leurs familles ont été réduits au désespoir en raison de l’infection par le coronavirus et de la quarantaine elle-même. Avant la récente répression du régime concernant le coronavirus, Epoch Times a tenté de parler en leur nom : « Aidez-nous ! »

Le 26 janvier, le régime a entamé une nouvelle série d’opérations de censure après deux mois de campagne visant à dissimuler la situation sanitaire et arrêter les internautes pour divulgation d’informations.

Le régime a menacé d’arrêter et de condamner des personnes pour avoir publié des « rumeurs sur la nouvelle pneumonie à coronavirus », selon une annonce de WeChat et un avis diffusé par la « Cyberspace Administration of China » (CAC : Administration du cyberespace chinois) et le bureau de la sécurité publique.

WeChat, la plateforme de médias sociaux la plus utilisée en Chine, a activement bloqué toute information sur le coronavirus qui ne correspondrait pas aux rapports officiels. Elle exige même que tous les internautes qui postent des messages de demande d’aide sur WeChat s’authentifient avec leur vrai nom, faute de quoi les messages seront supprimés.

Pour la grande majorité des personnes qui comptent sur des médias tels que WeChat pour obtenir des informations au-delà de la propagande officielle, cela signifie les priver de leur droit à la vérité.

Une telle censure est encore plus meurtrière que la fermeture de la ville de Wuhan, car elle signifie que de nombreux Chinois qui ont été infectés par le nouveau coronavirus seront non seulement contraints d’attendre la mort en l’absence de soins médicaux et de médicaments, mais leurs efforts désespérés pour se sauver pourraient être interrompus par le PCC.

Le 28 janvier, avant que le PCC n’intensifie ses efforts pour faire taire les discours, Epoch Times a interviewé et enregistré les demandes d’aide des habitants de Wuhan sur les médias sociaux.

Résident de Wuhan : « Nous n’avons pas d’issue »

Mme Sun, qui se fait appeler « Jacky-gaga », a déclaré à Epoch Times : « Ma famille de quatre personnes vit dans le district de Qiaokou à Wuhan. Ma mère a 50 ans. Elle est allée à l’hôpital populaire du district de Dongxihu à Wuhan à cause d’une fièvre. Les résultats de ses tests ont révélé une pneumonie virale. Les médecins ont d’abord mis ma mère en quarantaine, mais l’hôpital n’avait pas de lit pour nous. La maladie de ma mère est grave, elle doit être sauvée, et nous implorons l’attention du public ».

Il reste à voir si le bouclage de Wuhan sera une mesure efficace contre la pandémie, mais de nombreux habitants de la ville qui ont été ou sont soupçonnés d’être infectés sont en danger.

Mme Sun a appelé le centre de services communautaires et la commission locale de la santé, mais personne ne l’a aidée. « Il y a des voitures dans la communauté, mais ils n’envoient pas les patients pour un traitement médical. Nous devons payer le prix fort pour un taxi sans permis pour envoyer ma mère à l’hôpital le plus proche désigné par le gouvernement, l’hôpital de Dongxihu ».

« Wuhan est fermée et la circulation est coupée, nous ne pouvons donc pas nous rendre à l’hôpital plus loin. De plus, les hôpitaux n’acceptent pas les patients d’autres districts, nous n’avons donc pas d’autre choix que de nous rendre à l’hôpital le plus proche ».

« L’hôpital de Dongxihu ne dispose d’aucun lit, ils ont appelé une ambulance pour envoyer ma mère à l’hôpital de Taikang. »

Cependant, le fait d’avoir des ambulances ne semble pas offrir d’espoir aux patients ou à leurs familles. « L’ambulance ne fait que transporter les gens à l’hôpital », a déclaré Mme Sun. « Après être allés à l’hôpital de Taikang, il n’y avait pas de solution. Nous devions attendre. L’hôpital de Taikang ne disposait pas non plus de lits. L’hôpital a refusé d’accepter ma mère et nous avons dû rentrer à la maison ».

« Beaucoup de gens ont été infectés, l’ambulance était pleine », a déclaré Mme Sun à Epoch Times. Elle a déclaré que les internautes lui ont expliqué que maintenant, ils pouvaient demander de l’aide en ligne uniquement, en espérant que les médias interviendront et attireront l’attention du gouvernement.

« J’ai dû poster un message d’aide sur WeChat. J’ai laissé mon numéro de téléphone », a dit Mme Sun, impuissante. « Nous n’avons pas de solution. »

Je supplie le gouvernement de m’arrêter si cela peut sauver mes parents

« Je vous prie de trouver quelqu’un pour réfuter cette rumeur, et alors la police m’arrêtera, et le gouvernement me recherchera, tant que mes parents pourront être sauvés. S’il vous plaît, sauvez mes parents », Lin, qui se fait appeler « Un jeune plant à Taihe 18 », a posté ce message sur son WeChat le 28 janvier.

Mme Lin, dont le vrai nom a été vérifié sur WeChat, a posté un message à 13h48 le même jour, disant : « Voilà à quoi ressemble Wuhan maintenant. Finalement, l’ambulance a envoyé mon père à l’hôpital, mais l’hôpital n’a pas de bouteille d’oxygène. Les patients ne peuvent être soignés que dans les services de consultations externes. Mon père est en train de mourir. Pneumonie virale grave, insuffisance respiratoire, diabète grave. On a également diagnostiqué une pneumonie virale chez ma mère il y a une semaine. Je ne sais pas s’ils vont s’en sortir ».

A 21h16, elle a écrit : « Jusqu’à présent, papa est toujours allongé dans le service de consultations externes et il ne mange pas. Sa situation ne cesse de s’aggraver. Je ne sais pas du tout quoi faire ».

Au petit matin du 29 janvier, elle a continué à envoyer des messages depuis l’hôpital, « à 12h40, toujours incapable de s’endormir. Je continue à passer des appels téléphoniques en me basant sur les informations que vous nous avez tous fournis, et je fais tout ce que je peux. Pourtant, il n’y a toujours pas d’issue. Mes parents sont toujours allongés dans le service de consultations externes ».

Depuis le 26 janvier, Yu, qui se fait appeler « Une bouteille d’eau salée », est sur WeChat pour demander de l’aide pour son père, qui a contracté le coronavirus.

Le 27 janvier, un internaute qui a utilisé son vrai nom a posté sur WeChat : « Après avoir dormi un moment, je pense que j’ai un peu de fièvre. Y a-t-il des gens du coin qui peuvent m’envoyer des médicaments, des bouteilles d’oxygène et un thermomètre ? J’ai appelé le 110 (numéro de la police locale) et ils m’ont dit de demander au centre de services communautaires. J’ai appelé le 120 (numéro d’urgence) pour contacter un hôpital. Le centre de services communautaires a également signalé ma situation. Je n’ai plus d’autre solution maintenant. Je ne peux que tenir bon, en attendant que l’hôpital m’accepte. Mon père ne peut pas sortir de son lit maintenant ».

« Si quelqu’un pense que je répands des rumeurs, j’espère que vous pourrez vous dépêcher de demander à la police et au gouvernement central de m’arrêter ».

A 16h11 le 27 janvier à Wuhan, un autre internaute appelait l’hôpital lorsqu’il a écrit : « Après avoir composé le 120, ils l’ont envoyé à l’hôpital, son père ne peut que s’allonger par terre. Mon père est en train de mourir. Je ne sais pas qui peut le sauver ».

Trois heures et demie plus tard, il a continué à écrire : « Il y a deux type de voitures que j’ai vues aujourd’hui, l’une était noire et l’autre blanche. (en référence aux voitures funéraires ?) Mon père est assis dans l’allée maintenant. Je ne sais pas combien de temps il peut tenir. »

Il a écrit en désespoir de cause : « Je vous prie d’envoyer quelqu’un pour réfuter cette rumeur. Je supplie la police de me chercher et le gouvernement de me chercher. Ainsi, mon père pourra être sauvé. J’ai des détails sur mon WeChat. S’il vous plaît, aidez mon père. »

Nous devons rester à la maison et attendre la mort

Hu Weili, enseignante à la ville de Hangzhou, est revenue à Wuhan cette année pour célébrer le Nouvel An avec ses parents. Cependant, elle ne s’attendait pas à ce que le coronavirus de Wuhan, que le gouvernement ne cessait de décrire comme « évitable, contrôlable et guérissable », devienne une catastrophe qui tue tant de gens en un clin d’œil.

Pour ajouter à son désespoir, son père a contracté le coronavirus à l’hôpital, mais n’a pu être soigné nulle part, et la plupart des adultes de sa famille sont maintenant suspectés d’avoir la maladie. La famille a dû rester à la maison et attendre de mourir.

Elle a écrit dans un message de demande d’aide sur son Weibo : « Mon père a commencé sa dialyse en décembre dernier. Le 18 janvier, mon père est revenu de sa dialyse de l’hôpital Puren avec de la fièvre… L’après-midi du 27 janvier, mon père a été diagnostiqué comme porteur du coronavirus, maintenant mon père est à la maison, sans personne pour s’occuper de lui ».

« Cela fait maintenant trois jours que j’ai de la fièvre, ma mère en a aussi, et ma belle-sœur aussi. Nous n’avons personne pour prendre soin de nous… nous ne pouvons pas sortir… nous ne pouvons que rester à la maison et attendre la mort. »

Mme Hu a appelé à l’aide. « Le gouvernement s’en moque. Même les patients diagnostiqués sont laissés seuls ! Il y a aussi trois enfants mineurs à la maison ! Comment ma famille peut-elle vivre comme ça ? Comment pouvons-nous vivre ? Aidez-nous, s’il vous plaît ! Mon numéro de contact est le 13606717635 ».

Mme Hu Weili est quasiment seule. La famille de Mme Yu, résidente de Wuhan, est elle aussi prise au piège par le désespoir. Le gouvernement leur a dit d’attendre la mort chez eux.

Le 27 janvier, les enfants de Mme Yu ont posté un message de demande d’aide sur les médias sociaux étrangers : « Ma mère a contracté une pneumonie de Wuhan et l’hôpital a caché sa maladie. Elle est restée alitée pendant 12 jours avec une forte fièvre… Le directeur du centre communautaire nommé par les communistes a déclaré qu’il ne pouvait pas trouver de lit d’hôpital et a suggéré d’attendre la mort à la maison. Mon père a également été infecté et a dû s’occuper de ma mère. Ils n’ont pas de médicaments, pas de nourriture, pas de traitement. Aidez-les, s’il vous plaît ! »

« Le Parti communiste chinois (PCC) a fait preuve d’un mépris total pour la vie humaine en fermant la ville sans fournir de nourriture et de médicaments à la population ».

« Nous sommes coincés ».

Le réseau « Waiting for Death » fait de l’intimidation

L’expérience de la famille de Jiawei, un internaute de Wuhan, est encore plus effrayante.

Cette personne, dont le pseudonyme est « Jiawei petite boulette », a publié le 24 janvier un message annonçant que sa tante et sa soeur étaient suspectées d’avoir contracté le coronavirus de Wuhan.

Au début, elles avaient de la fièvre et sont allées à l’hôpital. Les patientes ont été infectées en faisant la queue. « Je ne peux pas m’en empêcher. J’ai été renvoyée à la maison la première nuit. » Le lendemain, ma tante n’a pas tenu le coup : « Mon beau-frère a pleuré et a supplié l’hôpital pour qu’ils l’acceptent, mais il était trop tard. Au bout de deux jours, elle est morte ».

« L’hôpital refuse toujours d’accepter ma sœur à présent. Elle a également peur d’aller à l’hôpital, car il n’y a pas de quarantaine du tout ».

M. Jiawei s’est plaint amèrement à la fin : « Largement informé, contrôlable ? Pas de transmission interhumaine ? … Le gouvernement continue à cacher des faits. Combien de vies innocentes ont été perdues ! »

« Que pouvons-nous faire, nous les gens ordinaires ? Il n’y a pas de place pour la responsabilité. Si vous mourez, vous mourez. Le gouvernement peut-il rembourser une vie ? ! »

Le parent de l’intéressé, sous le pseudonyme « soeur Shan est puissante », a expliqué dans le message que le corps de la tante était toujours sur le lit de l’hôpital Hankou.

L’hôpital a refusé de transporter le corps à la morgue, demandant aux familles de désinfecter le corps et de contacter elles-mêmes un funérarium. Ce n’est qu’à 11 heures du matin, le 24, que la voiture du funérarium est arrivée, car ce funérarium ne dispose que d’une seule voiture capable de désinfecter. La voiture a transporté des cadavres de toute la ville, hôpital par hôpital.

Lorsque la famille de Jiawei a révélé la vérité sur l’épidémie de Wuhan par le biais des médias sociaux, elle a été victime de graves brimades et critiques de la part du Fifty Cent Party (les commentateurs Internet rémunérés du PCC).

Finalement, un camarade de classe de « Jiawei petite boulette » a contacté une célébrité sur Internet qui a le sens de la justice.

Après avoir fourni un justificatif pour prouver son authenticité, la célébrité sur Internet a fait appel à la vigilance du public sur les médias sociaux et a permis de restaurer la réputation de la famille Jiawei en ligne.

RECOMMANDÉ