Ain : un Gilet jaune poursuivi pour avoir planté un petit potager sur un rond-point

Par Nathalie Dieul
1 février 2020
Mis à jour: 1 février 2020

Un petit potager de deux mètres sur un avait été planté par un Gilet jaune à la fin mai 2019 sur un rond-point du plateau d’Hauteville, une commune de près de 5 000 habitants dans l’Ain. Son initiative n’a pas été appréciée par le maire qui a porté plainte. Rémi Virard a été convoqué devant le tribunal pour répondre de ses actes.

« On voulait faire quelque chose de symbolique de ce rond-point, montrer le gaspillage de l’argent public », explique le menuisier de 33 ans, qui est le seul du groupe à avoir été convoqué devant le tribunal, même si d’autres personnes avaient déclaré être co-responsables de la réaffectation du rond-point, raconte France 3.

La plainte qui a mené à l’enquête de la gendarmerie avait été déposée pour « dégradation et détérioration volontaire d’un bien destiné à l’utilité et la décoration publique ».

Le maire Philippe Émin a expliqué son geste il y a quelques jours au journal régional Le Progrès, déclarant avoir « voulu arrêter l’escalade qui se profilait et je ne voulais pas voir se reproduire ce qui se passait sur d’autres ronds-points avec construction de cabanes et entretien permanent d’un feu ».

Très rapidement, les salades, tomates et potimarrons ont été arrachés du giratoire. Le Gilet jaune retenu comme le meneur de cette action est passé au tribunal mercredi. Le procureur de Nantua (Ain) lui a proposé une journée de stage de citoyenneté, au coût de 150 €, à ses frais.

Rémi a 10 jours pour réfléchir à la proposition du tribunal d’instance. En cas de refus, l’affaire sera probablement renvoyée en audience devant le tribunal correctionnel.

« Je ne sais pas encore ce que je vais faire, mais si on considère que planter des légumes sur un rond-point, c’est un acte citoyen, alors un stage de citoyenneté comme sanction c’est quand même un peu absurde », a déclaré le menuisier au Progrès.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ