Aisne : un patient de 70 ans est-il vraiment resté plus de six jours sur un brancard aux urgences ?

Par Séraphin Parmentier
16 août 2019 Mis à jour: 16 août 2019

Si la polémique fait rage entre la direction de l’établissement et le collectif Inter-Urgence appuyé par une aide-soignante de l’hôpital concerné, le témoignage du patient pourrait permettre de connaître la vérité.

Alors que de nombreux services d’urgences poursuivent la grève entamée il y a cinq mois afin de demander davantage de moyens à l’État, le collectif Inter-Urgences à l’origine du mouvement social affirme qu’un patient de 70 ans est resté plus de six jours sur un brancard faute de lits disponibles dans l’hôpital de Saint-Quentin.

Une information corroborée par une aide-soignante de l’établissement interrogée par RMC : « Il est resté six jours parce qu’il n’y avait pas de place. La seule solution qu’on a dans ces cas-là, c’est qu’on le laisse ainsi […] malheureusement, c’est récurrent, il y a un problème aux urgences. »

« À Saint-Quentin, le record de Saint-Étienne a été battu hier, avec un patient de 70 ans stagnant aux urgences pendant 6 jours et 12 heures. Un record dans un contexte où la direction fait la sourde oreille sur les revendications du personnel », a renchéri le collectif Inter-Urgences dans un communiqué de presse publié le 16 août sur sa page Facebook.

La direction oppose un démenti

Si la direction du centre hospitalier a reconnu que le septuagénaire « avait bien été accueilli au service des urgences le 8 août à 15h28 », elle a publié son propre communiqué afin de « démentir l’information selon laquelle un patient âgé de 70 ans serait resté sur un brancard durant 6 jours ».

D’après la direction de l’établissement, le patient aurait été admis « dès 17h53 en Unité d’hospitalisation de courte durée [UHCD] pour se voir prodiguer les soins nécessaires à son état clinique ». « Le patient est resté au sein de l’UHCD, non pas par manque de places dans les services d’aval, mais pour affiner son diagnostic avec plusieurs avis de spécialistes », ajoute la direction.

« Durant toute son hospitalisation, le patient a bénéficié d’une prise en charge paramédicale et médicale répondant à son état de santé, sur un lit médicalisé adapté », poursuit le communiqué.

Le témoignage du patient attendu

Une version confirmée par François Gauthiez, directeur de l’hôpital de Saint-Quentin, dans les colonnes de L’Aisne Nouvelle. « Il n’est pas resté six jours sur un brancard comme il a été dit, mais moins de deux heures. Ensuite, il a été pris en charge dans un lit adapté », affirme M. Gauthiez.

Le septuagénaire a fini par rentrer chez lui ce jeudi, sept jours après s’être présenté au centre hospitalier. Si les versions relayées par le collectif Inter-Urgences ou l’aide-soignante interrogée par RMC et la direction de l’établissement s’opposent, le témoignage du patient concerné pourrait toutefois permettre d’y voir plus clair.

RECOMMANDÉ