Allier : certains cinémas choisissent d’abandonner le passe sanitaire, d’autres de faire un mix

Par Emmanuelle Bourdy
31 juillet 2021
Mis à jour: 31 juillet 2021

Depuis l’instauration du passe sanitaire dans les lieux accueillant du public, la fréquentation a abaissé de façon impressionnante. Afin de ne pas subir trop de pertes, certains cinémas de l’Allier ont décidé de limiter les entrées à 49 places par séance.

Nombreux sont les établissements qui se plaignent de la baisse importante de la fréquentation depuis le mercredi 21 juillet, jour où le passe sanitaire est devenu obligatoire dans certains lieux tels que les parcs de loisirs, les salles de sport ou encore les cinémas. Après de nombreux mois de fermeture en raison du confinement, les cinémas subissent de plein fouet cette nouvelle mesure, alors même qu’ils espéraient relever la barre avec des films très attendus, comme Kaamelott.

« Les gens n’avaient pas eu le temps de se faire vacciner »

Pour freiner cette chute, qui avoisine les 50 % au cinéma CGR à Moulins (Allier), l’établissement a opté pour une jauge réduite à 49 personnes, rapporte France 3 Auvergne-Rhône-Alpes. Selon sa directrice Charlène Bertrand, le problème vient principalement de la précipitation quant à l’instauration de cette mesure, prenant de court bon nombre de personnes. « On s’est rendu compte qu’il y avait pas mal de personnes qui n’étaient pas forcément réfractaires au vaccin mais qui n’avaient pas eu le temps de se faire vacciner », explique-t-elle. « Il y a eu une bousculade après les annonces du président. On est en plus en période de vacances scolaires donc des petits-enfants viennent chez leurs grands-parents ou la famille. Les gens n’avaient pas eu le temps de se faire vacciner », ajoute-t-elle encore.

Donc l’abandon du passe sanitaire au cinéma CGR a bien arrangé certains clients, qu’ils soient pour ou contre la vaccination. Une cliente a souligné que pour elle c’était plus simple, étant donné qu’elle est « entre deux doses de vaccination ». Une autre a indiqué que même si elle doit « faire demi-tour » (si la jauge est atteinte), cela ne l’empêchera pas « de venir au cinéma ». Quant à ceux qui sont réfractaires à la vaccination, ils sont satisfaits également puisqu’ils peuvent venir au cinéma sans risquer de se faire refouler à l’entrée, hormis si la capacité d’accueil est atteinte.

Le but : satisfaire tous les publics

Le cinéma de Moulins n’est pas le seul à se plaindre d’une diminution de clients. À une cinquantaine de kilomètres au sud, à Vichy, la fréquentation observée depuis mercredi 21 juillet a également été divisée par deux.

C’est la raison pour laquelle le cinéma Étoile Palace a quant à lui opté pour une formule légèrement différente, afin de satisfaire tous publics. Certaines séances sont prévues avec moins de 50 personnes quand d’autres n’ont pas de jauge, mais demandent la présentation du passe sanitaire.

Si cette formule permet de faire un plus grand nombre de gens satisfaits, la gestion n’est toutefois pas aisée pour tous, comme en témoigne ce client. « Ce n’est pas tellement compliqué mais on ne sait plus ce qu’il faut faire. Un jour c’est blanc et le lendemain c’est noir. C’est difficile quand même », reconnaît-il.

Jules Amossé, le directeur du lieu, a décidé d’appliquer cette formule même si « en termes économiques », c’est « plus compliqué car on n’est pas ouverts à 100 % en capacité de salle », pointe-t-il. Mais il a choisi de faire contre mauvaise fortune bon cœur. « Maintenant, si les gens arrivent à revenir au cinéma comme ça, il vaut mieux faire 49 entrées fois 3 dans la journée plutôt que 12 fois 3 », conclut-il auprès de France 3.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ