Alors que la Chine produit la moitié des véhicules à énergie nouvelle dans le monde, les batteries hors d’usage risquent de provoquer une pollution « explosive »

Par Kate Jiang et Jennifer Zeng
14 juillet 2021
Mis à jour: 14 juillet 2021

Alors que la production chinoise de véhicules à énergie nouvelle croît rapidement, la moitié de la production mondiale provenant désormais de Chine, l’énorme quantité de batteries hors d’usage pourrait entraîner des problèmes environnementaux « désastreux » et une « pollution explosive », dit le média d’État Xinhua.

Selon l’agence de presse Xinhua, le cumul des batteries retirées du marché en Chine aura atteint 200 000 tonnes (environ 25 GWh) en 2020 et passera à 780 000 tonnes (environ 116 GWh) en 2025.

Cependant, plus de la moitié des batteries hors d’usage ne sont pas recyclées par les voies appropriées, mais sont « happées » par de petites usines non qualifiées qui n’investissent pas beaucoup dans la protection de l’environnement, dit le rapport.

En général, la durée de vie des batteries des véhicules à énergie nouvelle est d’environ 5 à 8 ans. Si les batteries hors d’usage ne sont pas éliminées correctement, elles entraîneront une pollution désastreuse pour l’environnement, alors que ces véhicules à énergie nouvelle ont été conçus pour être « propres » et respectueux de l’environnement.

Le professeur Wu Feng de l’Institut de technologie de Pékin a déclaré aux médias chinois : « Une batterie de téléphone portable de 20 grammes peut polluer l’eau de trois piscines standard, et si elle est abandonnée sur la terre, elle peut polluer un kilomètre carré de terre pendant environ 50 ans. »

Par rapport aux batteries de téléphones portables, la pollution causée par les batteries des grands véhicules à énergie nouvelle est plus grave.

Ces batteries contiennent des métaux lourds tels que le cobalt, le manganèse et le nickel, qui ne se dégradent pas d’eux-mêmes. Le manganèse, par exemple, pollue l’air, l’eau et le sol, et plus de 500 microgrammes par mètre cube dans l’air peuvent provoquer un empoisonnement au manganèse.

En 2010, il y a eu une urgence concernant l’eau potable dans la province de Guangdong, en Chine, lorsque la teneur en manganèse de l’eau potable a dépassé les niveaux de sécurité standard.

L’électrolyte est une autre source importante de pollution dans les batteries lithium-ion. L’hexafluorophosphate de lithium (LiPF6) contenu dans l’électrolyte est facilement hydrolysé dans l’air pour produire du pentafluorure de phosphore, du fluorure d’hydrogène et d’autres substances nocives, ce qui constitue une menace majeure pour le sol et les ressources en eau.

Le pentafluorure de phosphore est un irritant puissant pour la peau, les yeux et les muqueuses humaines. C’est également un composé très réactif qui s’hydrolyse violemment dans l’air humide pour produire des fumées blanches toxiques et corrosives de fluorure d’hydrogène.

Élimination illégale et incorrecte des piles usagées et des déchets

En Chine continentale, il n’est pas rare que les électrolytes des batteries soient directement jetés sans traitement.

En 2015, le tribunal populaire du district de Tianhe, dans la ville de Guangzhou (province du Guangdong), a rendu un verdict sur une affaire d’élimination illégale de batteries usagées et de déchets.

Selon le verdict, le défendeur a démantelé les batteries usagées et a déversé l’électrolyte directement sur le sol. La valeur du pH, le zinc, le cuivre, le chrome, le plomb et d’autres polluants de l’eau dans les échantillons prélevés sur place dépassaient les normes de rejet stipulées dans les « Limites locales standard de la pollution de l’eau relatives aux rejets dans le Guangdong », la concentration de zinc dépassant la norme d’un facteur de 4,73, le cuivre de 5,29, le plomb de 5,42 et le cadmium de 27,1.

En 2016, la première affaire de pollution de batteries dans la ville de Suzhou, dans la province du Jiangsu, a été portée devant les tribunaux et l’homme impliqué a été poursuivi pour avoir directement déversé de l’électrolyte. En novembre 2016, il a été condamné à 6 mois de prison.

En 2018, la police de la ville de Shenyang, dans la province du Liaoning, a saisi une raffinerie de plomb illégale dans un parc industriel de la ville de Tieling, dans le Liaoning, et a saisi 330 tonnes de batteries usagées.

La police a constaté que la raffinerie de plomb illégale « a utilisé la force pour démonter les batteries de manière inappropriée » et a déversé illégalement 50 tonnes d’acide sulfurique directement sur les terres voisines, provoquant une pollution grave et irréversible.

Les cas ci-dessus ne sont que trois exemples. D’autres rapports font état de la pollution de l’eau, du sol et de l’air causée par les batteries électriques mises au rebut en Chine.

Li Yongwang, directeur général de Synfuels China, a dit dans une interview accordée au média chinois Yicai que les batteries des véhicules à énergie nouvelle sont susceptibles de causer beaucoup plus de pollution que les gaz d’échappement des véhicules à carburant.

Il dit que si la pollution des gaz d’échappement peut être contrôlée, le recyclage des batteries des véhicules à énergie nouvelle est difficile, le coût est élevé, et une fois que le volume total des véhicules électriques aura atteint 10 % du nombre total de véhicules, des problèmes « catastrophiques » se produiront.

Cao Hongbin, chercheur à l’Institut d’ingénierie des processus de l’Académie chinoise des sciences, a déclaré au média d’État Xinhua que les batteries mises au rebut contiennent encore des tensions élevées, allant de 300 à 1 000 volts. Si elles sont traitées de manière inadéquate au cours des étapes de recyclage, de démantèlement et de traitement, cela pourrait entraîner des incendies, des explosions, une pollution par les métaux lourds et des émissions organiques, entre autres.

Moins de la moitié des batteries mises au rebut sont recyclées via les circuits appropriés

Le ministère chinois de l’Industrie et des Technologies de l’information a publié en 2018 les « Mesures provisoires pour la gestion du recyclage des batteries d’alimentation des véhicules à énergie nouvelle », plaçant la responsabilité principale du recyclage des batteries d’alimentation sur les constructeurs automobiles et incluant 27 entreprises dans la liste de celles qui répondent à la « Spécification industrielle de l’utilisation complète des batteries d’alimentation usagées des véhicules à énergie nouvelle », ou « liste blanche ».

Toutefois, le média d’État People’s Daily a souligné que de nombreuses batteries retirées du marché étaient reprises par de petits fabricants non qualifiés à des « prix élevés ».

Feng Xingya, directeur général du groupe GAC, a déclaré au Quotidien du Peuple que « toutes les grandes usines essaient de recycler les batteries, mais peu d’entre elles sont vraiment capables de les recycler ».

Selon le média chinois Caixin, Yang Xulai, professeur au Hefei College et ancien vice-directeur de l’Institut de haute technologie Guoxuan, a dit que les déchets et les batteries usagées proviennent principalement de trois canaux : les magasins de vente et de service automobile, les voitures mises au rebut et les produits résiduels des entreprises de batteries.

Il a dit que seuls les produits résiduels des entreprises de batteries sont entrés dans les circuits de recyclage appropriés, tandis que personne ne sait où vont les batteries provenant des autres circuits.

Bao Wei, directeur général d’une entreprise figurant sur la liste blanche, Zhejiang Huayou Recycling Technology, a dit qu’à l’heure actuelle, moins de la moitié des batteries mises au rebut sont recyclées par les voies appropriées.

Une croissance rapide

Alors que le problème du recyclage des batteries n’a pas encore été résolu, le nombre de batteries hors d’usage augmente rapidement avec le développement rapide des véhicules à énergie nouvelle en Chine.

Le nombre de véhicules à énergie nouvelle en Chine est passé de 75 000 unités en 2014 à 1 367 000 unités en 2020. Et en mai 2021, les véhicules à énergie nouvelle de Chine continuent d’établir de nouveaux records mensuels de production et de vente.

Selon l’Association chinoise des constructeurs automobiles, à la fin du mois de mai 2021, le nombre de véhicules à énergie nouvelle en Chine est d’environ 5,8 millions, ce qui représente environ la moitié du nombre total de véhicules à énergie nouvelle dans le monde.

Cette évolution s’accompagne du développement rapide de l’industrie des batteries et de l’augmentation massive des batteries mises au rebut.

En 2020, la capacité installée cumulée des batteries en Chine a atteint 63,6 GWh, une hausse de 2,3 % en glissement annuel.

Selon Everbright Securities (pdf), de 2020 à 2060, la demande cumulée de batteries au lithium atteindra 25 TWh. Comme 1 GWh de batterie correspond à 600 tonnes de carbonate de lithium, la demande de carbonate de lithium atteindra 15 millions de tonnes.

Des politiques industrielles agressives

L’augmentation massive des batteries mises au rebut ne peut être dissociée de la croissance explosive des véhicules à énergie nouvelle, qui, à son tour, ne peut être dissociée des politiques industrielles agressives du Parti communiste chinois (PCC).

En 2009, la Commission du développement et de la réforme du PCC, le ministère des Sciences et des technologies, le ministère des Finances et le ministère de l’Industrie et des technologies de l’information ont lancé le projet « Dix villes, mille véhicules », qui visait à lancer 1 000 véhicules à énergie nouvelle dans 10 villes chaque année pendant 3 ans grâce à des subventions financières. Ces villes deviendraient alors des « villes modèles » que d’autres villes pourraient suivre.

Depuis lors, le PCC a introduit une série de politiques visant à soutenir le développement de l’industrie des véhicules à énergie nouvelle.

En 2014, le Conseil d’État a approuvé des exonérations fiscales sur les achats de véhicules à énergie nouvelle, et en avril 2015, le ministère des Finances a publié l’« Avis sur les politiques de soutien financier pour la promotion et l’application des véhicules à énergie nouvelle de 2016 à 2020 », qui prévoit des subventions pour les consommateurs qui achètent des véhicules à énergie nouvelle.

En septembre 2017, le ministère de l’Industrie et des Technologies de l’information, le ministère des Finances et 5 autres ministères ont publié conjointement le « Règlement relatif à la gestion parallèle de la consommation moyenne de carburant des entreprises de véhicules de tourisme et des points de véhicules à énergie nouvelle », également connu sous le nom de règlement « Dual Points ». Ce règlement stipule que si un constructeur automobile ne produit pas de véhicules à énergie nouvelle ou n’en produit pas suffisamment, il sera puni en étant suspendu de la production de voitures à forte consommation de carburant.

Avant l’introduction de ce règlement, les constructeurs automobiles n’étaient suspendus de la production ou de l’autorisation de produire des voitures à forte consommation de carburant que s’ils ne respectaient pas la norme de consommation moyenne.

« Ces politiques ont entraîné une croissance rapide du secteur », a dit à Epoch Times l’analyste financier hongkongais Jiang Tianming. « Cependant, si les batteries mises au rebut ne peuvent pas être recyclées de manière efficace et respectueuse de l’environnement, l’affirmation selon laquelle les voitures à énergie nouvelle sont ‘propres’ et ‘respectueuses de l’environnement’ est sans aucun doute une fausse affirmation. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ