Alors que la Chine tient les non-vaccinés pour responsables, qui tiendra la Chine responsable du Covid-19 ?

Par John Mac Ghlionn
7 septembre 2021
Mis à jour: 7 septembre 2021

Alors que le régime chinois tient les non-vaccinés pour responsables, qui tiendra le régime responsable de la pandémie ? Après tout, le virus, qui a presque certainement émergé d’un laboratoire à Wuhan, a coûté la vie à plus de 4,49 millions de personnes dans le monde.

Combien de personnes devront encore mourir avant que Pékin ne reconnaisse sa culpabilité ?

L’année dernière, des chercheurs de Wuhan ont supprimé plus de 200 échantillons de virus d’une base de données publique hébergée par la National Library of Medicine des États-Unis, une branche des National Institutes of Health (NIH). Pourquoi ont-ils supprimé ces échantillons ? Pourquoi le NIH a-t-il autorisé leur suppression ? Tant de questions, très peu de réponses.

Dans une interview accordée au magazine Wired, Alina Chan, chercheuse au Broad Institute du MIT et de l’université de Harvard, a qualifié l’activité de Wuhan de « suspecte ». L’une des détractrices les plus virulentes de la duplicité du Parti communiste chinois (PCC), Mme Chan pose la question suivante : si les échantillons ont été retirés pour des raisons inoffensives, alors pourquoi le PCC ne « répondrait-il pas aux personnes qui l’ont contacté pour lui demander : ‘Qu’avez-vous fait des données ?’ »

En mai 2020, Mme Chan a cosigné un article plutôt intéressant discutant de la manière dont le virus « était déjà préadapté à la transmission humaine. » L’ « apparition soudaine d’un SRAS-CoV-2 hautement infectieux », selon les auteurs, « devrait motiver des efforts internationaux plus importants pour identifier la source et prévenir une réémergence proche ».

Quinze mois après la publication de l’article, nous ne sommes pas plus près d’obtenir un aveu de culpabilité de la part du PCC. Bien que le président Biden ait récemment réprimandé la Chine pour son refus de coopérer avec une enquête américaine sur les origines du virus mortel, les déclarations fermes ne nous rapprocheront pas de la vérité.

Dans un récent article publié dans Nature, les membres de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ont averti que « la fenêtre d’opportunité pour mener cette enquête cruciale se referme rapidement ». Tout retard « rendra certaines de ces études biologiquement impossibles ». Il est intéressant de noter que le Dr Peter Daszak, un homme dont j’ai déjà parlé, est l’un des auteurs de l’étude. Dr Daszak, comme vous vous en souvenez peut-être, a rapidement rejeté l’hypothèse de la fuite en laboratoire. Selon lui, un tel raisonnement mal informé était « politique et non scientifique ».

Néanmoins, selon les auteurs, lorsqu’il s’agit de déterminer les origines du virus, nous sommes maintenant à un « moment critique ». Chaque jour qui passe, les chances de parvenir à un consensus scientifique unifié s’amenuisent. Ceci, bien sûr, est le plan du PCC. Au fur et à mesure que le temps passe, les chances de parvenir à un tel consensus sont extrêmement minces, surtout maintenant que le PCC est occupé à promouvoir son propre récit sur l’origine du virus. Selon Pékin, ce sont les États-Unis, et non la Chine, qui sont responsables du virus. Ce n’est pas le cas, et tout le monde sait que ce mensonge n’est guère plus qu’une tentative désespérée de détourner les gens de la vérité. Mais encore une fois, traiter le régime de malhonnête ne nous rapproche pas d’une réponse. Que devons-nous faire, nous, le peuple, si le PCC continue à agir de manière aussi trompeuse ? C’est simple : nous devons demander à nos représentants élus de faire quelque chose de significatif. Des mesures doivent être prises, et elles doivent être prises immédiatement. La question, cependant, est de savoir quel type d’action est nécessaire.

Le pouvoir du Congrès

Paul D. Thacker, un journaliste américain spécialisé dans les reportages sur la science, la médecine et l’environnement, explique à ses lecteurs que « le Congrès a le pouvoir d’enquêter sur la façon dont la pandémie a commencé ». Pour ce faire, cependant, « il doit trouver la volonté d’obtenir les réponses que de plus en plus d’Américains exigent. » Avec 638 000 Américains morts, le moins que l’on puisse faire est d’exiger des réponses. Pour obtenir la vérité, M. Thacker avance quelques suggestions.

Tout d’abord, « le Congrès a l’obligation constitutionnelle de rassembler lui-même les réponses ». Grâce à ses « larges pouvoirs d’investigation », le NIH doit être contraint de « divulguer les documents concernant son financement de la recherche controversée sur les gains de fonction et les subventions accordées à EcoHealth Alliance ». Comme le note M. Thacker, « EcoHealth a fourni environ 600 000 dollars à l’Institut de virologie de Wuhan ».

Deuxièmement, selon le journaliste d’investigation, « la loi CARES (Coronavirus Aid, Relief, and Economic Security), un plan de relance économique de 2,2 billions de dollars », permet d’enquêter sur « l’origine de la pandémie ». CARES comprend « le bureau d’un inspecteur général spécial pour la relance de la pandémie, un comité de responsabilité de la réponse à la pandémie et une commission de surveillance du Congrès. » Bien qu’ils « aient des tâches légèrement différentes, liées au contrôle des fonds fournis dans le cadre de CARES », tous trois « ont le pouvoir d’enquêter sur la façon dont la pandémie a commencé ». Le Congrès, comme l’écrit M. Thacker, « devrait exiger qu’elles le fassent ». Si cela échoue, « le Congrès pourrait demander un examen de l’origine de la pandémie à la manière de la Commission du 11 septembre ».

Philip Zelikow, ancien directeur général de la Commission du 11 septembre, a déjà lancé une commission nationale très ambitieuse pour enquêter sur l’origine de la pandémie. Reste à savoir si cette commission sera couronnée de succès ou non.

Des réponses sont nécessaires ; la justice doit être rendue. Le régime chinois doit payer pour un virus qui a infligé des niveaux insondables de misère à travers le monde. Mais d’abord, le Congrès doit prendre l’initiative.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ