Alors que l’écart se resserre, Trump intente un procès à la Pennsylvanie et au Michigan et demande le recomptage dans le Wisconsin

Par Ivan Pentchoukov
5 novembre 2020
Mis à jour: 5 novembre 2020

Aucun vainqueur n’ayant été prononcé lors de l’élection présidentielle de 2020, le 4 novembre, l’équipe de campagne de Trump a demandé un recomptage des voix dans le Wisconsin et a engagé des poursuites pour mettre fin au comptage des voix dans le Michigan et en Pennsylvanie jusqu’à ce que les observateurs républicains aient accès aux installations de comptage et de traitement des bulletins.

La campagne a également intenté une action en justice en Géorgie mercredi afin de séparer les bulletins arrivés en retard dans l’État contesté.

En plus du recomptage en cours au Wisconsin, 7 États comptaient encore les votes à 18h30 le 4 novembre, un processus qui peut retarder de plusieurs jours la déclaration d’un vainqueur. L’ancien vice-président Joe Biden était en tête dans le Nevada, l’Arizona et le Michigan. Le président Donald Trump était en tête en Pennsylvanie, en Géorgie, en Caroline du Nord et en Alaska.

Aucune des deux campagnes n’a annoncé de victoire générale, bien que chaque candidat ait manifesté sa confiance dans le résultat final.

« Je suis convaincu que nous sortirons victorieux », a déclaré M. Biden.

Le candidat démocrate à la présidence Joe Biden, rejoint par le candidat à la vice-présidence le sénateur Kamala Harris (D-Calif.), s’exprime un jour après le vote des Américains lors de l’élection présidentielle à Wilmington, Delaware, le 4 novembre 2020. (Drew Angerer/Getty Images)

Trump a annoncé des victoires en Pennsylvanie, en Géorgie, en Caroline du Nord et au Michigan dans la soirée du 4 novembre. Le même jour, sa campagne a engagé des poursuites en Pennsylvanie et au Michigan pour se prémunir contre les prétendues manœuvres des démocrates visant à « priver les républicains de leurs droits de vote et à les réduire ».

« Nous nous préparions à gagner cette élection », a lancé M. Trump au début du 4 novembre. « Franchement, nous avons gagné cette élection. Notre objectif est donc maintenant d’assurer l’intégrité, pour le bien de cette nation. »

La campagne D. Trump a officiellement demandé un recomptage des voix dans le Wisconsin, où J. Biden a mené de 0,6 points avec 99 % des votes comptés. La législation de l’État permet de demander un recomptage lorsque tous les votes ont été comptabilisés, ce qui n’était pas encore le cas à 18h30, le 4 novembre. Si la demande est acceptée, le recomptage peut prendre jusqu’à 13 jours.

L’un des procès intentés en Pennsylvanie demande qu’un tribunal ordonne une pause dans le décompte des votes jusqu’à ce que les observateurs républicains aient un accès adéquat pour superviser le processus. Le même jour, la campagne a intenté une action similaire dans le Michigan.

L’autre procès en Pennsylvanie conteste une prolongation de délai ordonnée par le tribunal pour les nouveaux électeurs qui doivent remplir une condition d’identification manquante. La campagne intervient également dans une autre affaire de prolongation de délai en Pennsylvanie qui est en instance devant la Cour suprême.

Rudy Giuliani, ancien maire de New York et avocat personnel du président Donald Trump, passe devant une marche et un rassemblement en faveur du président Donald Trump à New York le 25 octobre 2020. (David Dee Delgado/Getty Images)

Lors d’une conférence de presse de la campagne Trump à Philadelphie, l’ancien procureur général de Floride Pam Bondi a révélé que l’équipe de campagne de Trump intentait un procès pour arrêter le décompte des voix parce que les scrutateurs républicains étaient trop éloignés des tables de décompte et des scanners. L’avocat personnel du président, Rudy Giuliani, a laissé entendre que la campagne pourrait étendre les contestations à d’autres États.

« Nous étions censés être autorisés par la loi à observer le décompte des voix », a dit M. Giuliani. « Maintenant, ‘observer’ signifie que toute personne intelligente doit pouvoir le regarder. L’interprétation qu’en fait la machine tordue des démocrates de Philadelphie est que les observateurs peuvent être à une distance de 6 ou 9 m, sans jamais pouvoir voir le bulletin de vote lui-même, sans jamais pouvoir voir s’il a été correctement oblitéré, adressé et signé à l’extérieur – toutes choses qui conduisent souvent à la disqualification. »

Pennsylvanie

D. Trump détenait une formidable avance de 5,3 points en Pennsylvanie, avec plus de 85 % des votes comptés à 18h30 le 4 novembre. Le directeur de campagne de D. Trump, Bill Stepien, a confié que la campagne avait une grande confiance dans sa déclaration de victoire en s’appuyant sur les résultats au niveau du comté. Lorsque la campagne a fait connaître sa victoire en Pennsylvanie, 1,12 million de votes n’avaient pas encore été comptés. Joe Biden a donc besoin de 78 % des votes non comptés pour remporter l’État.

Bill Stepien a noté que si certains des votes non comptés se trouvent dans les régions bleues, d’autres proviennent des « régions en faveur de Trump », y compris des régions où 70 à 80 % des électeurs ont choisi Trump.

Michigan

Le 4 novembre à 18h30, Joe Biden avait 1,2 point d’avance dans le Michigan, avec plus de 99 % des votes comptés. Le résultat de D. Trump doit être proche de 1 % de celui de Joe Biden, une fois tous les votes comptabilisés, pour demander un recomptage.

« Nous avons déposé une plainte aujourd’hui devant la Cour des réclamations du Michigan pour arrêter le comptage jusqu’à ce qu’un accès significatif ait été accordé », a énoncé M. Stepien dans un communiqué. « Nous demandons également de revoir les bulletins qui ont été ouverts et comptés alors que nous n’avions pas un accès significatif. Le président Trump s’engage à faire en sorte que tous les votes légaux soient comptés dans le Michigan et partout ailleurs. »

Nevada

Au Nevada, où Joe Biden avait une mince avance de 0,6 point, le secrétaire d’État a reporté la publication des résultats du comptage supplémentaire au 5 novembre à 9 heures du matin. Plus de 87 % des votes avaient été comptés dans l’État au moment de l’annonce.

« Il est évident qu’il y a beaucoup d’intérêt sur la façon dont le vote se déroule au Nevada et nous le reconnaissons », a convenu le secrétaire d’État adjoint aux élections, Wayne Thorley, à 8 News Now. « Nous aurons une mise à jour assez importante, espérons-le, plus tard dans la journée, ce qui nous rapprochera encore plus des résultats définitifs des élections non officielles. »

Au moment de l’annonce, la division électorale de l’État avait compté tous les votes en personne, en avance et le jour du scrutin, ainsi que tous les bulletins de vote par correspondance reçus jusqu’au 2 novembre. L’État n’avait pas encore compté les bulletins de vote par correspondance reçus le jour du scrutin, ceux qui devaient être reçus la semaine suivante, et les bulletins provisoires.

Le bureau de décision a désigné le Michigan en faveur de Joe Biden peu après 17 heures le 4 novembre. Mais Associated Press n’avait pas annoncé de vainqueur à 18h30.

Des supporteurs of US President Donald Trump watch the television to see the numbers coming in at the Cochise County Republican Headquarters in Sierra Vista, Arizona on Les supporteurs du président américain Donald Trump regardent la télévision pour voir les chiffres arriver au siège républicain du comté de Cochise à Sierra Vista, Arizona, le 3 novembre 2020. (Ariana Drehsler/AFP via Getty Images)

Arizona

Bill Stepien a demandé à Associated Press et à la chaîne de télévision Fox News de retirer leurs annonces, attribuant l’Arizona à Joe Biden. D’autres commentateurs de la course électorale, dont le Decision Desk HQ, n’ont pas désigné de vainqueur dans cet État à 18h30, le 4 novembre.

La secrétaire d’État de l’Arizona, Katie Hobbs, a mis en garde contre les annonces anticipées, car l’État continuait à compter un grand nombre de bulletins de vote.

« J’avais 44 000 votes de moins et maintenant je suis secrétaire d’État. Cela a pris 10 jours », a fait remarquer Katie Hobbs, une démocrate, à la station de radio KTAR News le 4 novembre, citant sa propre victoire électorale.

« Je n’ai pas pour mission d’organiser des élections … mais il reste encore des centaines de milliers de bulletins à compter en Arizona, principalement dans le comté de Maricopa, donc je pense que je conseille la prudence en termes de célébration des victoires en ce moment. »

Associated Press a attribué la victoire à l’ancien vice-président Joe Biden en Arizona à 2h50 du matin le 4 novembre, alors que 20 % des votes attendus n’avaient pas encore été comptés. AP a dit qu’il n’y avait pas assez de bulletins de vote restants pour que Trump puisse rattraper son retard. Les autres commentateurs des élections, y compris le siège du bureau de décision, n’avaient pas encore dévoilé de vainqueur.

Le gouverneur de l’Arizona, Doug Ducey, un républicain, a exprimé dans une déclaration de l’après-midi du 4 novembre que les Arizoniens qui ont voté méritent que leur voix soit « entendue de façon juste et précise ».

« Les Arizoniens se sont présentés en nombre historique pour cette élection, et nous leur devons de compter leurs votes. Les résultats ont beaucoup changé d’heure en heure, et d’hier soir à aujourd’hui », a écrit M. Ducey. « Avec des centaines de milliers de votes encore en suspens, il est important que nous soyons patients avant de déclarer le moindre courant en hausse ou en baisse du scrutin. »

Doug Ducey, gouverneur de l’Arizona, s’exprime lors d’un rassemblement de la campagne « Make America Great Again » le 19 octobre 2020 à Prescott, Arizona. (Caitlin O’Hara/Getty Images)

Katie Hobbs a précisé que 250 000 bulletins de vote n’étaient toujours pas comptés dans le comté de Maricopa.« Ce sont des bulletins anticipés qui ont été déposés [mardi] ou reçus lundi », a-t-elle ajouté.

Les comtés de l’Arizona ont cinq jours pour vérifier les bulletins provisoires et traiter les erreurs de signature, a signalé Mme Hobbs. Chaque comté a jusqu’à 20 jours après l’élection pour finaliser les résultats.

« Rien n’est officiel tant que notre bureau n’a pas terminé la vérification à la fin du mois de novembre », a déclaré Mme Hobbs. « Ce sur quoi je me concentre, c’est de m’assurer que nous avons bien fait les choses. Et cela prend du temps. »

FOCUS SUR LA CHINE – Une crise immobilière fait scandale en Chine

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ