Alors que les Américains commémorent l’anniversaire du 11 septembre, le chef d’al-Qaïda menace d’attaquer les États-Unis, l’Europe et Israël

Par Janita Kan
12 septembre 2019 Mis à jour: 12 septembre 2019

Dans un discours prononcé à l’occasion du 18e anniversaire des attentats terroristes du 11 septembre, le chef d’Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, a appelé les djihadistes à lancer des attaques contre l’Ouest.

Des groupes de renseignements surveillant les activités en ligne d’organisations djihadistes ont fait état d’une vidéo dans laquelle le chef du groupe terroriste, âgé de 68 ans, a appelé à des attaques contre des cibles américaines, européennes, israéliennes et russes. Il a également condamné les djihadistes qui se sont repentis en prison et qui ont critiqué les attentats terroristes du 11 septembre 2001 car des vies innocentes ont été prises.

Traduction : Le chef d’AQ, Zawahiri, appelle à des attaques contre les intérêts américains, européens, israéliens et russes dans une vidéo commémorant le 18e anniversaire du 11 septembre.

Traduction : Un média d’Al-Qaïda, alors que Sahab publie une nouvelle vidéo mettant en vedette le leader Ayman al-Zawahiri, marquant le 18e anniversaire des attentats terroristes du 11 septembre. Zawahiri se concentre sur les relations américano-israéliennes dans un autre appel au jihad mondial, appelant les musulmans à attaquer les intérêts américains, israéliens et occidentaux à l’étranger[…]

Le discours a été enregistré dans une vidéo de 33 minutes et 28 secondes produite par la Fondation des médias as-Sahab du groupe.

Dans son discours, al-Zawahiri a fait référence à la reconnaissance du plateau du Golan par le président Donald Trump en mars dernier comme territoire israélien. Appelant à la vengeance, le chef d’al-Qaïda a ensuite exhorté les Palestiniens à être impitoyables lorsqu’ils attaqueront les Israéliens avec des gilets-suicide.

Près de 3 000 personnes ont été tuées après que des terroristes affiliés à Al-Qaïda ont piloté des avions qui se sont écrasés sur le World Trade Center, le Pentagone ainsi que dans un champ en Pennsylvanie.

Lors d’une cérémonie commémorative au Pentagone le 11 septembre dernier, le président américain a averti les talibans et d’autres groupes terroristes qu’il utiliserait une force sans précédent contre eux s’ils décidaient d’attaquer de nouveau les États-Unis.

« Si, pour quelque raison que ce soit, ils reviennent dans notre pays, nous irons où qu’ils soient et déploierons plus de force [‘d’énergie’] que les États-Unis n’en ont jamais déployé, et je ne parle même pas de l’énergie nucléaire », a dit M. Trump. « Ils n’auront jamais rien vu de tel que ce qui leur arrivera. Aucun ennemi sur terre ne peut égaler la force et la puissance écrasante des forces armées américaines. »

Al-Zawahiri, un Égyptien, est devenu chef d’Al-Qaida à la suite de l’assassinat d’Oussama ben Laden en 2011 à Abbottabad, au Pakistan, par des membres des SEAL de la marine américaine. On croit généralement qu’Oussama ben Laden se cache quelque part dans les régions frontalières entre l’Afghanistan et le Pakistan. Un compte-rendu de juillet de l’ONU cite des informations selon lesquelles il serait « en mauvaise santé » mais ne donne aucun détail.

Trump annule les pourparlers de paix avec les talibans

En plus de son avertissement du 11 septembre, M. Trump a réitéré que les pourparlers de paix secrets à Camp David avec le président afghan Ashraf Ghani et les dirigeants talibans ont été interrompus parce que le groupe avait fait preuve d’une « lâcheté permanente » lorsqu’il a lancé une attaque terroriste à Kaboul, qui a fait 12 morts, dont un soldat américain de Puerto Rico.

Les pourparlers de paix avaient pour but de mettre fin à près de 18 ans de guerre en Afghanistan, une guerre qui a commencé lorsque l’administration Bush a envahi le pays en octobre 2001 à la suite des attaques du 11 septembre.

Depuis lors, les États-Unis ont perdu plus de 2 400 soldats et dépensé plus de 800 milliards de dollars pour la guerre. Les États-Unis et l’OTAN ont officiellement achevé leur mission de combat en 2014, mais les troupes américaines et alliées continuent de mener des frappes contre le groupe terroriste Daech et les talibans et de s’employer à former et à renforcer l’armée afghane.

Lors de son discours au Pentagone, M. Trump a déclaré : « Nous avions prévu des pourparlers de paix. Il y a quelques jours, je les ai annulés quand j’ai appris qu’ils avaient tué un grand soldat américain de Porto Rico et 11 autres personnes innocentes. »

« Ils pensaient utiliser cette attaque pour montrer leur force, mais ce qu’ils ont montré est en fait une lâcheté permanente. Ces quatre derniers jours, nous avons frappé notre ennemi plus fort qu’ils n’ont jamais été frappés auparavant. Et cela va continuer », a-t-il ajouté.

Le président a annoncé le 7 septembre que les négociations de paix avaient été annulées après avoir appris l’attaque de Kaboul. Il a déclaré sur Twitter, où il a fait l’annonce, que les talibans avaient admis qu’ils avaient lancé l’attaque « apparemment pour renforcer leur position de négociation ».

L’Associated Press a contribué à ce rapport.

RECOMMANDÉ