Alpes-Maritimes : «Je n’ai pas d’ordre à recevoir, y compris d’un ministre» dit le maire de Mandelieu, qui imposera le port du masque

Par Emmanuelle Bourdy
11 avril 2020
Mis à jour: 11 avril 2020

Jeudi, le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a demandé aux préfets de retirer les arrêtés municipaux pris par des maires pour rendre obligatoire le port du masque. Mais le maire de Mandelieu-la-Napoule, Sébastien Leroy, ne compte pas se soumettre à cette demande…

Interrogé par Nice Matin, le maire de Mandelieu explique son refus d’obéir au ministre de l’Intérieur.

Pour lui, sa décision relève du bon sens. Après avoir « consulté les avis de nombreux professionnels de santé », Sébastien Leroy est conscient que ce n’est pas la « réponse ultime, mais c’est une mesure de protection ». Il explique : « Christophe Castaner dit que ‘ce n’est pas scientifiquement démontré’, mais rien n’est médicalement démontré… Et beaucoup de pays ont opté pour les masques. Plutôt que nous accompagner, ils attendent ‘un consensus scientifique’ ! »

Le maire précise que lorsque le port du masque sera rendu obligatoire dans sa commune, celui qui ne le respectera pas sera sanctionné d’une contravention dont il n’a pas encore déterminé le montant. « Je préfère faire appliquer cette mesure forte avec force », soutient-il.

Et pour faire appliquer cette mesure, le maire prendra un arrêté, dès que le nombre de masques produits sera suffisant pour la population. « J’ai lancé en début de semaine une production de masques selon la norme AFNOR avec des matières premières fournies par la Ville. Ce sont 150 couturières de Mandelieu qui agissent dans un formidable élan de solidarité. L’objectif est d’en fabriquer 100 000. J’espère pouvoir commencer à en distribuer dans une huitaine de jours », explique-t-il. Dans un tweet, il a déclaré jeudi que « chaque citoyen se verra remettre un masque gratuitement et devra le porter dans l’espace public ».

Quant à la position de l’État, Sébastien Leroy ne lui « reproche pas de ne pas avoir été préparé à la crise », toutefois il revendique « que l’on n’aille pas dire aux gens de ne pas se protéger ». Il n’hésite pas à parler de « faute grave » et d’« incompétence » et trouve « déplorable de justifier la position de ne pas mettre de masques tout simplement parce que l’État n’en a pas ! »

Aujourd’hui, il a compris qu’une collectivité ne peut compter que sur elle-même, ainsi que sur « la débrouillardise et les dons ». Il juge toutefois la situation comme une honte, argumentant le fait que les citoyens sont « obligés de fabriquer leurs propres masques ! ».

Et même si la Ligue des droits de l’homme se manifeste, le maire de Mandelieu « l’attend de pied ferme ». Selon lui, « le bon sens et la responsabilité ne peuvent pas être contrebalancés par le dogmatisme et la justification, a posteriori ».

« Je n’ai pas d’ordre à recevoir, y compris d’un ministre. Je reçois des ordres du peuple », assène-t-il, inébranlable.

RECOMMANDÉ