Alsace : il entre dans une boulangerie armé de deux couteaux pour affronter les gendarmes et « mourir en martyr »

Par Séraphin Parmentier
7 août 2019 Mis à jour: 7 août 2019

Adepte de l’islam radical depuis 2013, le suspect avait consulté des vidéos de propagande islamiste la veille des faits.

Vendredi dernier, un jeune homme de 19 ans a été interpellé à Marlenheim, une commune d’un peu plus de 4000 habitants située à 20 kilomètres au nord-ouest de Strasbourg, alors qu’il avait l’intention d’attaquer les gendarmes et de « mourir en martyr ».

En possession de deux couteaux, il a fait irruption dans une boulangerie où il a déclaré qu’il voulait provoquer un affrontement avec les membres de la gendarmerie avant de mourir sous leurs balles. Lorsque les forces de l’ordre sont arrivées sur place, il a finalement lâché ses armes et s’est laissé arrêter sans opposer de résistance.

Jugé en comparution immédiate par le tribunal correctionnel de Saverne ce lundi, le suspect a expliqué qu’il voulait « faire comme les terroristes », avant d’ajouter qu’il comptait commettre un « attentat suicide », rapportent les journalistes du quotidien régional Les Dernières Nouvelles d’Alsace.

Le suspect avait élaboré trois scénarios pour commettre un attentat

Décrit par le parquet comme un individu « désocialisé, imprévisible et sans projet », Yoann H. aurait épousé l’islam radical en 2013 et faisait l’objet d’une surveillance de la part des services de renseignement.

Selon les enquêteurs, il aurait « visualisé des vidéos de propagande » islamiste et aurait cherché à se procurer des armes, notamment des explosifs, la veille de la mise à exécution de son projet d’attentat.

Le prévenu avait échafaudé trois plans différents : un attentat suicide à l’explosif visant les gendarmes, la prise d’otage d’un policier municipal et une prise d’otages dans une boulangerie.

À l’issue de l’audience du 4 août, il a été condamné à une peine de deux ans de prison – dont un an avec sursis et mise à l’épreuve. Il devra également indemniser les victimes et a interdiction de détenir une arme pendant cinq ans. Le prévenu a été incarcéré.

RECOMMANDÉ