Alsace: la naissance de Maëlle restera gravée à jamais dans la mémoire de ses parents

Par Emmanuelle Bourdy
1 septembre 2020
Mis à jour: 1 septembre 2020

Une arrivée surprise pour les parents de la petite Maëlle, née chez elle le 8 juillet dernier. Le bébé est arrivé deux jours après le terme, mais rien ne présageait que l’heureux événement se déroulerait au domicile parental puisqu’il était initialement prévu que la maman accouche à la Maison de naissance de Sélestat (Alsace).

Le matin même, tout allait bien !

C’est au sein de leur propre foyer que Colette Schmitt et son conjoint Lionel Spitz ont accueilli leur nouveau né, ainsi que le relate Dernières Nouvelles d’Alsace. « J’étais suivie régulièrement et le matin même, tout allait bien, rien n’était engagé », commente Colette.

Colette raconte que quelques heures avant la naissance de Maëlle, elle ramassait des tomates avec son fils aîné, Victor. « C’est dans la salle de bain pour sa toilette que j’ai ressenti une forte douleur au ventre et les premières contractions, m’obligeant à m’allonger sur le lit de mon fils », poursuit-elle.

Il a appliqué les consignes de la sage-femme…

Par chance, son mari se trouvait à la maison au moment des faits. « Heureusement, Lionel était là. Quand je lui ai dit que je ressentais l’envie de pousser, il a compris. Il a vite appelé sa mère qui habite à côté pour qu’elle s’occupe de Victor et a exécuté les gestes dictés au téléphone par la sage-femme, avant qu’elle n’arrive », explique encore Colette qui a été épatée par le sang-froid dont a fait preuve son conjoint et ce, « malgré les circonstances et l’absence de préparation spécifique ».

« Calme et méthodique, il a appliqué à la lettre les consignes de la sage-femme. Tout est allé très vite, on ne s’est pas posé de questions », précise Colette qui ajoute que « c’est Lionel qui a percé la poche des eaux, avec son ongle », ainsi que le rapporte encore DNA. « En 25 minutes et trois poussées, c’était réglé. Quand les pompiers et les sages-femmes sont arrivés, elle était née », termine Colette.

FOCUS SUR LA CHINE – Ouvrir la porte pendant le confinement est un crime

Mais si Maëlle est née rapidement, sa naissance n’en était pas moins exceptionnelle car la petite a eu droit à ce qu’on appelle une naissance « coiffée », c’est à dire entourée du sac de liquide amniotique. De plus, lorsque la petite est arrivée au monde, elle n’a pas crié et ne respirait pas. Colette confie : « On me l’a placée sur le ventre pour la frictionner et la sage-femme a vidé l’eau de ses poumons, elle a alors poussé quelques gémissements. »

« La vérité sort de la bouche des enfants ! »

Quant au père de famille, cette aventure aussi inoubliable qu’exceptionnelle lui a donné le second rôle d’acteur principal, alors qu’il ne s’y attendait pas.

Cet accouchement, qui a mobilisé pas moins de huit pompiers et des sages-femmes, Colette le voulait « naturel » et elle a été exhaussée. « Mon premier accouchement sous péridurale a été éprouvant et très long. Volontairement, j’avais décidé d’accoucher de façon naturelle pour mon deuxième enfant. J’ai bénéficié de tout un travail en amont qui m’a finalement servi », reconnaît Colette.

Mais le plus fort dans cette histoire, c’est que le grand frère de Maëlle était persuadé que le bébé naîtrait le 8 juillet, sa maman n’a pas pu s’empêcher de souligner que « la vérité sort de la bouche des enfants ». Pour l’heure, Colette et Maëlle se portent à merveille précisent nos confrères.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ