Amazon censure discrètement des livres comportant des « discours de haine », sans définir clairement ce que cela veut dire

Par Petr Svab
4 mars 2021
Mis à jour: 4 mars 2021

Amazon a adopté une nouvelle directive concernant les livres qui contiennent tout ce que le groupe qualifie de « discours de haine ». Il semble qu’il n’y ait pas eu d’annonce de la nouvelle décision. Elle n’a été remarquée par les médias qu’après que le détaillant en ligne a récemment interdit un livre critiquant l’idéologie transgenre.

On ne sait pas très bien ce qu’Amazon entend par « discours de haine », ni même si la multinationale a utilisé cette étiquette pour retirer de la commercialisation ce livre en particulier. Les Américains ont, en général, des opinions très divergentes sur ce qui constitue un discours de haine, selon un sondage Cato de 2017. Certaines plateformes technologiques le décrivent comme un discours qui dénigre les gens sur la base de caractéristiques telles que la race, le sexe et les tendances sexuelles. Mais des preuves émanant d’initiés internes révèlent que les entreprises ne savent pas clairement où placer les limites, la manière de les redéfinir au fur et à mesure de leur évolution et, au moins dans certains cas, comment ignorer les violations quand cela est politiquement accepté.

« En tant que libraire, nous donnons à nos clients l’accès à une variété de points de vue, y compris des livres que certains clients peuvent trouver polémiques », a déclaré un porte-parole d’Amazon à Epoch Times dans un courrier électronique.

« Cela dit, nous nous réservons le droit de ne pas vendre certains contenus, comme décrit dans nos directives sur le contenu des livres, que vous pouvez trouver ici. Tous les commerçants prennent des décisions sur la sélection qu’ils choisissent d’offrir, et nous ne prenons pas les décisions de sélection à la légère. »

La déclaration omet de préciser que la multinationale qui pèse 1,5 milliards de dollars a modifié les règles quelque temps après le 10 août 2020, apparemment sans en informer ses clients.

Auparavant, Amazon interdisait « les produits qui promeuvent, incitent ou glorifient la haine ou la violence envers toute personne ou groupe », mais a explicitement déclaré que la politique ne s’appliquait pas aux livres.

Sa politique en matière de livres ne mentionnait pas les « discours de haine », selon une version de la page archivée le 10 août. Elle mentionnait qu’Amazon se réservait « le droit de ne pas vendre certains contenus, tels que la pornographie ou d’autres contenus inappropriés ».

L’actuel « Content Guidelines for Books » (Guide sur le contenu des livres) comprend une section intitulée « Offensive Content » (« Contenu offensant ») : « Nous ne vendons pas certains contenus, y compris ceux que nous considérons comme des discours haineux, qui encouragent la maltraitance ou l’exploitation sexuelle des enfants, qui contiennent de la pornographie, qui glorifient le viol ou la pédophilie, qui prônent le terrorisme ou tout autre contenu que nous jugeons inapproprié ou offensant. »

Le porte-parole d’Amazon n’a pas répondu aux questions envoyées par courriel sur la date d’adoption de la politique, sur ce qui constitue un « discours de haine » et sur la manière dont les clients d’Amazon ont été informés de ce changement.

Le changement est apparemment intervenu avant le 24 février, date à laquelle JustTheNews a fait un rapport sur la nouvelle politique. Le reportage faisait suite à l’interdiction de When Harry Became Sally: Responding to the Transgender Moment (quand Harry est devenu Sally : la question actuelle sur le transgendérisme), un livre publié en 2018 par Ryan Anderson, président du groupe de réflexion Ethics and Public Policy Center (Centre d’éthique et de politique publique), à Washington.

Amazon a interdit le livre aux alentours du 21 février, bien que le moment exact soit difficile à déterminer puisque l’auteur du livre n’a été informé de ce changement que par des personnes qui cherchaient le livre, a-t-il déclaré au média Daily Caller.

Anderson n’a pas pu obtenir d’Amazon une explication sur les raisons du bannissement de son livre.

« Une semaine après avoir retiré mon livre, Amazon refuse toujours de dire quel aspect de sa ‘politique de contenu’ le livre viole (après trois ans de non-violation de cette politique). Et ils refusent de dire quelle page du livre commet le délit », a-t-il écrit dans un tweet du 26 février.

Selon Matthew Franck, professeur de politique à l’université de Princeton, qui a examiné le livre en 2018, la volonté d’encourager les personnes qui se sentent de sexe différent à se soumettre à des procédures de changement de sexe est motivée par l’idéologie plutôt que par des conseils médicaux judicieux.

Le livre a disparu à peu près au même moment où Anderson a publié un éditorial dans le New York Post critiquant un projet de loi poussé par l’administration Biden qui introduirait l’orientation et l’identité sexuelles en tant que catégories protégées par la loi sur les droits civils de 1964.

Amazon n’a pas souhaité répondre à une demande antérieure d’Epoch Times de savoir pourquoi le livre avait été retiré.

L’idéologie transgenre est devenue l’un des points centraux de la politique progressiste d’extrême gauche. Elle associe la discussion sur les graves problèmes de qualité de vie auxquels sont confrontés les transsexuels aux théories critiques « intersectionnelles » quasi-marxistes qui divisent la société en « oppresseurs » et « opprimés » en fonction de critères tels que la race et l' »identité de genre ».

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ