Amputée après une fracture, Ebonie, la turbulente ponette peut de nouveau trotter grâce à une prothèse

Par Léonard Plantain
31 décembre 2020
Mis à jour: 31 décembre 2020

Après des mois de travail et grâce à la mobilisation des propriétaires, de vétérinaires et de prothésistes, une ponette ayant été amputée peut de nouveau trotter dans son champ à Crozon-sur-Vauvre, dans l’Indre.

Ce fut une longue épreuve, mais couronnée de succès et finalement, de bonheur ! Tout commence en juin 2020 : « Ebonie, qui est très turbulente, s’est sauvée et s’est pris la patte dans un fil de fer. La patte pendait, elle s’est cassée », a raconté James Kasza, son propriétaire.

Par la suite, alors qu’elle portait un plâtre et était confinée dans son écurie le temps de guérir, Ebonie s’est échappé à nouveau, a brisé son plâtre et a aggravé sa blessure. Cette fois, avec une fracture ouverte, sa patte a commencé à se nécroser. Et malgré deux opérations, un choix s’est imposé : euthanasier Ebonie ou l’amputer, relate France 3 Régions.

Pour Fabrice Fosse (le vétérinaire) et les propriétaires d’Ebonie, la réponse a été claire : ne pas baisser les bras et tout faire pour la remettre sur pattes, quitte à lui rajouter une jambe artificielle.

Leur décision a été motivée « par la gentillesse de la ponette, la sympathie des propriétaires et l’envie d’essayer, dans des conditions qui ne sont pas celles d’une grande clinique équine, mais d’une clinique mixte », a partagé Fabrice Fosse. « C’est un challenge qui a motivé toute l’équipe », a-t-il ajouté.

S’en est suivie une mobilisation de plusieurs mois, entre vétérinaires et prothésistes. « Au début, c’était un petit peu compliqué de transposer les connaissances qu’on a des prothèses sur l’homme à l’anatomie du cheval », a déclaré Hyppolite Macké, prothésistes de l’hôpital de la Tour blanche à Issoudun (Indre).

« On a dû s’adapter et, finalement, on a trouvé la solution après plusieurs essais et plusieurs prototypes de prothèses », a-t-il précisé. En effet, la cinquième, posée en novembre 2020, a été la bonne ! Entièrement articulée, celle-ci possède même un sabot. « Elle court quelquefois. Elle vit, c’est merveilleux ! » se réjouit aujourd’hui James Kasza.

Pour la suite, l’équipe de vétérinaires et de prothésistes va tenter d’améliorer ce type de prothèse. On leur souhaite de réussir !

Élections américaines – Des pirates dans les systèmes de l’État de Washington


Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ