Un an de prison et une amende élevée pour un homme qui a mutilé un poisson-scie en Floride

Par Sebastian Puerta
8 novembre 2019 Mis à jour: 8 novembre 2019

C’est sur la côte de Jacksonville, en Floride, que Chad Ponce, un homme de 38 ans, a attrapé et démembré un poisson-scie en voie de disparition. L’action de M. Ponce pourrait mener à une peine d’emprisonnement d’un an et à une amende de 45 000 €.

La commission de la faune et de la conservation de la Floride a commencé à enquêter sur l’affaire après que plusieurs témoins eurent rapporté que Chad Ponce avait été vu l’année dernière en train de couper la scie plate d’un poisson dont l’espèce était en voie d’extinction.

La partie qui a été découpée s’appelle le rostre, et il s’agit d’une longue et étroite extension avec des dents alignées des deux bords pour aider l’animal à se défendre des prédateurs et à attraper ses proies.

Le suspect a utilisé une scie électrique pour découper le poisson, selon les déclarations des procureurs dans cette affaire. M. Ponce a plaidé coupable aux accusations portées contre lui, selon le bureau du procureur du district de la Floride centrale dans un communiqué.

Les poissons-scies se trouvent de préférence dans les eaux côtières peu profondes et pénètrent parfois dans les systèmes fluviaux d’eau douce, de sorte qu’ils sont le plus souvent observés dans des zones semi-fermées où les rivières rejoignent la mer. Aux États-Unis, on les trouve principalement sur les côtes de la Floride.

Leur déclin drastique est principalement dû à la perte d’habitat associée au développement côtier, à la présence de bateaux, de quais et de prises accessoires dans les pêcheries. Le National Office of Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) a créé une série de protocoles pour les protéger contre la pêche accidentelle et veiller à ce qu’ils soient remis à la mer dans les meilleures conditions.

Poisson-scie (Flavia Brandi, creative commons)

Face au grave déclin des jeunes poissons-scies, les autorités américaines ont décidé d’accorder une protection fédérale en tant qu’espèce menacée d’extinction en vertu de la loi de 2003 sur les espèces menacées d’extinction.

Bien que l’apparence du poisson-scie ressemble davantage à la forme des requins, sa parenté la plus proche est celle des raies de mer parce que ses branchies et sa bouche sont situées sur la face inférieure de son corps.

Selon un groupe de défense de l’environnement appelé le Natural Resources Defense Council (NRDC), la population de cette espèce peut varier de 5 000 à seulement 500 individus. Leur viande n’est pas attrayante et ils ne représentent pas un danger pour les humains puisqu’ils évitent la confrontation, à moins qu’ils ne se sentent gravement menacés.

Leur alimentation comporte des poissons ou des espèces invertébrées comme les crabes et les crevettes, et ils utilisent leurs dents comme une lance pour croiser leurs proies en les balançant d’un côté à l’autre pour les assommer. L’accent est mis sur le fait que dans leur face se trouvent les organes électrosensibles (la scie), qui leur permettent de trouver leurs proies dans les fonds marins.

Le crime que Chad Ponce a commis contre la loi sur la conservation des animaux est poursuivi par le procureur fédéral adjoint Jay Taylor et la condamnation devrait être résolue dans les prochains jours, selon le portail officiel d’information.

RECOMMANDÉ