Un ancien agent de sécurité dans un hôpital y retourne travailler en première ligne en tant qu’étudiant en médecine

Par CNN
21 août 2020
Mis à jour: 21 août 2020

Russell Ledet ne pensait pas qu’aller à l’université était envisageable pour lui en raison du coût.

Après que Russell a finalement fait ses études en passant par la marine américaine, il a travaillé dans un hôpital de Louisiane comme agent de sécurité. Aujourd’hui, il est retourné dans ce même hôpital pour travailler en première ligne en tant qu’étudiant en médecine pendant la pandémie du virus du PCC*.

* Epoch Times qualifie le nouveau coronavirus, à l’origine de la maladie Covid-19, de « virus du PCC » parce que la dissimulation et la mauvaise gestion du Parti communiste chinois ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale.

Russell Ledet, étudiant en médecine à l’Université de Tulane, se tient à l’extérieur du centre médical général de Bâton-Rouge, où il travaillait auparavant comme agent de sécurité. (Avec l’aimable autorisation de Russell Ledet)

Élevé par une mère célibataire, Russell a déclaré à CNN que sa famille recevait des bons d’alimentation dans un quartier pauvre de Lakes Charles, en Louisiane, où sévit un fort taux criminalité.

« Quant à l’idée même d’aller à l’université, nous n’y pensions même pas », a-t-il dit. « C’était comme si c’était réservé aux seuls riches. La seule chose que je pouvais faire pour sortir du quartier où j’étais, c’était d’entrer dans l’armée. »

Grâce à des années de scolarité, des tuteurs, de la persévérance et le soutien de son épouse, Russell pourra ajouter le titre de Dr à son nom dans deux ans.

Travailler en première ligne pendant l’épidémie du virus du PCC (virus du Parti communiste chinois), communément appelé le nouveau coronavirus, est un peu effrayant, mais aussi un privilège, a déclaré Russell – un privilège qu’il ne prend pas à la légère.

« Je dis que c’est un privilège, parce que je pense qu’à chaque fois qu’on vous donne l’occasion de vous occuper des autres, vous ne la prenez jamais à la légère », a-t-il déclaré. « C’est un peu effrayant parce que j’ai des enfants et une partenaire quand je rentre à la maison. Mais J’ai signé pour cela, je dois donc honorer mon contrat et faire mon travail avec fierté et dignité. »

Centre médical général de Bâton-Rouge. (Capture d’écran / Google Maps)

Retour à l’hôpital en tant qu’étudiant en médecine

À 18 ans, Russell a rejoint la Garde de cérémonie de la marine américaine à Washington. Après deux ans de service, il est retourné en Louisiane pour fréquenter la Southern University et l’A&M College.

Il a ensuite obtenu un doctorat en oncologie moléculaire et en immunologie tumorale à l’université de New York et travaille actuellement sur son doctorat et son MBA dans le cadre d’un double programme à l’université de Tulane, dont il sera diplômé en mai 2022.

« C’est comme un terrain de jeu pour moi maintenant que je comprends et que je réalise que je peux faire toutes ces choses », a-t-il déclaré. « Personne ne m’a jamais dit que c’était bon ou que j’en étais capable. »

À l’université, Russel avait entrepris de suivre un cursus en travail social afin de pouvoir retourner dans le quartier où il a grandi et de se vouer à sa communauté. Mais ce plan a changé lorsqu’il a mémorisé le tableau périodique des éléments de chimie (tableau ou table de Mendeleïev), pendant un cours de chimie. Son professeur l’a remarqué et il l’a convaincu de poursuivre des études de médecine.

Alors qu’il était inscrit à l’école, Russel a décroché un poste d’agent de sécurité au centre médical général de Bâton-Rouge. Pendant ses heures de travail, Russel étudiait les fiches de chimie organique pendant ses heures de repos et demandait à d’autres médecins de le suivre.

Centre médical général de Bâton-Rouge. (Capture d’écran / Google Maps)

Ils lui disaient : « Vous êtes un agent de sécurité, vous ne pouvez pas être médecin », a-t-il dit.

Finalement, toutes ces demandes ont porté leur fruit quand le Dr Patrick Greiffenstein, alors interne en chirurgie, a accepté de suivre Russel sans hésitation.

« La majorité des médecins étaient des hommes blancs », a déclaré M. Ledet. « Dans ma vie de jeune homme, je n’ai pas rencontré beaucoup de Blancs qui étaient gentils avec moi, c’est plutôt rare. Vous devez y réfléchir, j’ai grandi dans le Sud profond, beaucoup de Blancs ont été méchants avec moi, alors c’était difficile d’approcher ces gens et leur demander de l’aide. »

Russell vient de terminer son stage de chirurgie et commence son stage de pédiatrie au Centre médical général de Bâton-Rouge.

« C’était surréaliste de retourner travailler dans la même salle d’opération où j’avais assuré la sécurité du Dr Greiffenstein en tant qu’agent de sécurité », dit-il.

Un homme aux multiples titres

En plus d’être un mari, un vétéran de l’armée, un père, un étudiant en médecine et un étudiant en école de commerce, Russell ajoute un autre titre à cette liste.

Russell est président et directeur de 15 White Coats, un groupe d’étudiants d’origine africaine en médecine de l’université de Tulane qui s’est formé en 2019 à la suite d’une visite à la Whitney Plantation à Edgard, en Louisiane.

Au cours de ce voyage, 14 étudiants ont rejoint Russell pour poser pour une photo devant les anciens quartiers des esclaves afin de montrer le chemin parcouru par les Afro-Américains.

Les étudiants de Tulane espéraient que leur photo de groupe ferait une différence pour tous les étudiants d’origine africaine. (Avec l’aimable autorisation de Sydney Labat)

Les élèves, qui portaient leur blouse blanche pour l’occasion, espéraient pouvoir mettre des photos dans les écoles de tout le pays afin d’inspirer les générations futures.

M. Ledet s’est dit fier qu’au fil des ans le groupe des 15 blouses blanches ait pu évoluer et faire octroyer des bourses d’études à d’autres étudiants en médecine. Une partie du problème tient au fait que les gens restent dans leur coin en disant « malheur à moi » et ne demandent aucune aide, a déclaré M. Ledet.

« Si vous tendez la main à dix personnes, l’une d’entre elles vous tendra la main. Ce n’est pas tout le monde qui le fera, mais quelqu’un le fera », a-t-il ajouté.

« Notre grand projet est de créer un lycée à la Nouvelle-Orléans », a-t-il déclaré. « Et ensuite, nous voulons trouver un grand donateur pour payer toute une classe d’étudiants en médecine issus de communautés marginalisées dans tout le pays. »

Quant à ses objectifs personnels, M. Ledet a déclaré qu’il voulait être « un triple pensionnaire, c’est-à-dire quelqu’un qui est certifié en pédiatrie, en psychiatrie générale et en psychiatrie pour enfants et adolescents. »

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ