Un ancien alcoolique célèbre ses quatre ans de sobriété avec des images d’une transformation épique

Par Louise Bevan
28 décembre 2020
Mis à jour: 28 décembre 2020

Un alcoolique de Vancouver, Washington, fête ses quatre ans d’abstinence. Après avoir pris la décision d’arrêter de boire, l’homme a subi une transformation digne de figurer dans une épopée, tant au niveau du corps que de l’esprit, qui lui a permis de retrouver un nouveau souffle de vie.

Le 2 novembre, Kenny Dunn a partagé d’incroyables selfies côte à côte sur Instagram dans le but de célébrer ses progrès et de motiver les autres. « La progression de la sobriété, 24 heures contre 4 ans », a-t-il légendé. « Un jour à la fois. »

(Avec l’aimable autorisation de Kenny Dunn)

Lorsqu’il est entré en convalescence en 2016, Kenny, qui a maintenant 38 ans, buvait jusqu’à 24 verres par jour et s’évanouissait chaque semaine. Cette dépendance a pris racine lorsque Kenny était un étudiant de 159 kilos, mais elle est devenue incontrôlable en 2009.

La consommation d’alcool et les sautes d’humeur de Kenny sont devenues trop importantes pour que sa femme, Julie, puisse les gérer. Elle l’a supplié d’arrêter, mais même après un an d’abstinence, Kenny a rechuté.

(Avec l’aimable autorisation de Kenny Dunn)

En raison de sa dépendance, Kenny disait des choses blessantes à sa femme et ne se souvenait même pas le lendemain de ce qu’il lui avait dit et qui l’avait amenée à pleurer.

« J’avais des remords, mais je ne savais même pas ce que j’avais fait », a déclaré Kenny, ingénieur des chemins de fer, à Best Life. « C’était presque comme si une autre personne me contrôlait. »

Cependant, en 2016, Kenny se sentait désespéré jusqu’à ce qu’un coup de semonce le pousse à prendre des mesures drastiques. Une nuit, après avoir mis son fils Parker au lit, Kenny décida de ne pas boire plus de trois bières, mais finit par en boire 19 en trois heures.

(Avec l’aimable autorisation de Kenny Dunn)

Le lendemain, malade, en état de choc et rongé par la culpabilité, Kenny a alors pris contact avec une amie qui était devenue sobre depuis un an et lui a demandé de l’aide. L’amie l’a conduit à une réunion en douze étapes des Alcooliques anonymes, où il a trouvé l’espoir pour la première fois depuis des années.

Lors de ces réunions, Kenny a obtenu le support dont il avait besoin pour comprendre sa dépendance et les outils dont il avait besoin pour résoudre ses problèmes sans recourir à l’alcool.

(Avec l’aimable autorisation de Kenny Dunn)

Pour compléter le programme, Kenny s’est lancé dans une révision radicale de son régime alimentaire et de son mode de vie. Au début de sa convalescence, il a commencé à suivre un régime cétogène, qui lui a fait perdre beaucoup de poids. Il a commencé à comprendre à quel point les glucides étaient bénéfiques lorsqu’ils étaient consommés en petites quantités.

« J’ai passé la plus grande partie de ma vie à lutter contre une dépendance au sucre et […] j’étais obèse à cause de cela », a déclaré Kenny au site Bored Panda. « Une fois que je me suis désintoxiqué du sucre et des glucides, j’ai pu voir plus clairement quels glucides étaient bons pour mon corps et lesquels étaient mauvais. »

En outre, Kenny a également fait des séances de yoga, de levage d’haltères, de kettlebell et de vélo d’appartement. La routine d’entraînement de Kenny est l’antithèse de ses jours de consommation d’alcool, auparavant sédentaires.

S’unissant à 6 autres hommes pour leur propre parcours de remise en forme, le groupe s’est donné un surnom : « Team Savages » (les sauvages). Kenny a décrit son parcours d’entraînement comme l’une des expériences les plus « spirituellement éclairantes » de sa vie.

(Avec l’aimable autorisation de Kenny Dunn)

« Je n’aurais jamais pu atteindre le meilleur de ma forme à 38 ans si je n’avais pas été cohérent », a-t-il estimé. « Au début, le fait d’avoir à rendre compte de mes entraînements quotidiens était un obstacle majeur, mais aujourd’hui, cela semble aussi naturel que de se réveiller et de préparer son petit déjeuner. »

« J’étais autrefois un homme qui ne pouvait pas faire plus d’une seule pompe et encore moins une traction », a ajouté Kenny Dunn. « Au mois d’octobre 2020, j’ai fait 1 500 tractions et 7 000 pompes. »

(Avec l’aimable autorisation de Kenny Dunn)

« Je suis sûr que cela semble beaucoup », a reconnu M. Dunn, en pensant à la révision de son régime alimentaire et de ses exercices, « mais cela ne compensera jamais le temps que j’ai perdu à boire sur le canapé. »

Le mari et père d’un enfant a également économisé plus de 36 000 dollars US (29 307 €) depuis 2016, qu’il aurait dépensés en alcool, selon le Daily Mail.

(Avec l’aimable autorisation de Kenny Dunn)

En plus de tous les changements qu’il a connus, il souhaite également aider les autres à atteindre leurs objectifs de sobriété, et il a donc décidé de lancer un podcast.

L’ancien toxicomane a réalisé un podcast intitulé « Quoi d’autre ? Postcard des changements survenus dans le cadre de mon rétablissement«  avec un épisode publié à ce jour. Kenny est à la recherche de futurs invités qui vivent leur meilleure vie et souhaitent partager leurs histoires.

(Avec l’aimable autorisation de Kenny Dunn)

« Maintenant, je suis le père et le mari que j’ai toujours voulu être », a déclaré Kenny au Daily Mail. « Ma relation s’est tellement améliorée et je suis si fier de mon fils. Il est si bon dans tout ce qu’il fait et dans tout ce qu’il essaie de faire. »

« J’ai l’intention de ne plus jamais boire, mais nous prenons chaque jour à la fois », a-t-il confié. « Ma vie entière tourne autour de la guérison, et pour cette raison, je crois que je ne le ferai plus. »

Élections américaines – Trump pardonne à Papadopoulos


Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ